ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


27/11/08 (B475-B) La Grande époque avec Reuters / Le monde peu enclin à s'impliquer dans le chaos somalien

Écrit par Mark John et David Clarke, Reuters

Tout en dépêchant des escadres dans les eaux infestées de pirates qui baignent la Somalie, le monde paraît peu enclin à s'impliquer dans le rétablissement de la sécurité dans l'ex-colonie italienne.

La communauté internationale est de plus en plus préoccupée par les risques d'instabilité régionale causés par le chaos chronique régnant dans l'«Irak de la Corne de l'Afrique», les États-Unis craignant plus particulièrement qu'un retour des islamistes au pouvoir ne fasse de la Somalie un havre pour Al-Qaïda.

Mais la conviction que la Somalie n'est pas encore au bout de dix-sept ans d'absence de pouvoir étatique, le souvenir douloureux d'interventions passées et l'urgence d'éteindre d'abord d'autres incendies, en Afghanistan ou au Congo-Kinshasa, ont eu pour le moment raison de toute velléité d'immixtion.

Même si elle a dépêché une flottille de bâtiments de guerre dans la région dans l'espoir d'intimider les flibustiers, l'OTAN n'a engagé aucun débat sur le traitement de la «racine du mal, à savoir l'instabilité politique», confirme un porte-parole de l'Alliance atlantique.

«Assez à faire ailleurs»
Le même silence règne dans les couloirs des Nations Unies, de l'Union européenne et du Pentagone, où l'on reste traumatisé par la mort de dix-huit soldats américains en 1993 dans une bataille avec les chefs de guerre somaliens, qui avait sonné le glas d'une intervention commune américano-onusienne visant à rétablir l'état de droit.

«Je ne connais personne qui parle d'intervention militaire américaine en Somalie. Nous observons la situation. Mais nous nous en tenons à une attitude de stricte non-intervention. Nous avons assez à faire ailleurs», confie un responsable du Département américain de la Défense.

Formellement, le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé au secrétaire général, Ban Ki-moon, de hâter la préparation de plans d'urgence pour remplacer par des Casques bleus les 3000 hommes mal préparés du contingent de l'Union africaine en Somalie, en vue de superviser un accord de paix remontant au 18 août.

Mais l'aile la plus radicale des islamistes a rejeté cet accord et la violence fait rage entre les insurgés et les forces du fragile gouvernement fédéral transitoire somalien, reconnu par la communauté internationale, mais soutenu à bout de bras par l'armée éthiopienne.

Véritable armada
Les efforts de l'Italie et de l'Afrique du Sud pour que cette mission des Nations Unies voie le jour ont été contrariés par Londres et Washington qui estiment qu'à l'heure actuelle en Somalie il n'y a tout simplement pas de paix à maintenir.

«Au moins, au Congo, il y avait un processus politique auquel nous pouvions nous raccrocher», souligne un responsable de l'UE, dressant un parallèle avec l'engagement dans l'ex-Congo belge, où la paix est aujourd'hui sérieusement menacée par une rébellion tutsie, dans l'Est.

L'inaction internationale en Somalie est d'autant plus criante que nombre de pays, de l'Inde aux États-Unis en passant par la Russie, la France ou la Grèce, ont dépêché une véritable armada au large de ses côtes pour protéger les navires marchands de pirates de mieux en mieux armés.

Cela n'a pas empêché le détournement inédit, la semaine dernière au large du Kenya, d'un pétrolier géant transportant deux millions de barils de brut saoudien destiné aux États-Unis, un coup de main audacieux qui inquiète la communauté internationale et annonce une flambée des coûts de transports maritimes.

Descente aux enfers
L'OTAN, qui soutient que la présence de son escadre dans la région est cruciale pour la protection des navires du Programme alimentaire mondial (PAM) acheminant l'aide destinée au million de civils déplacés par les combats, se dit prête à étendre son opération l'an prochain en parallèle avec une action analogue de l'UE.

Mais les analystes ne voient aucune perspective d'engagement européen ou occidental à terre.

Quant au Conseil de sécurité, il a promis d'envisager une opération de paix «en fonction du processus politique et de l'amélioration de la situation sécuritaire», une promesse peu contraignante.

Ces dernières années, l'aviation américaine est parfois intervenue en Somalie pour frapper des cibles censées être liées à Al-Qaïda. Mais, au Pentagone, on exclut toute intervention en fin de mandat de George W. Bush.

Et si nombre de Somaliens désespérés placent leurs espoirs en son successeur Barack Obama, celui-ci a fait savoir que sa priorité serait l'Afghanistan et les analystes ne s'attendent pas à ce qu'il prête de sitôt quelque attention à un pays dont la descente aux enfers se poursuit inexorablement.

Besoin d'un règlement politique
La capture du superpétrolier par des pirates souligne plus que jamais la nécessité d'un règlement politique dans ce pays de la Corne de l'Afrique.

Se moquant des bâtiments de guerre déployés en urgence ces dernières semaines par multiples gouvernements et organisations multilatérales, les pirates se sont tout simplement emparés au large du Kenya d'un navire grand comme trois porte-avions transportant le quart des exportations journalières de pétrole brut de l'Arabie saoudite.

«C'est à l'évidence une escalade», estime Roger Middleton, un spécialiste de la région travaillant au sein de l'institut de recherches Chatham House à Londres. «Il n'existe pas de capacité navale pour couvrir la région qu'ils menacent. La solution militaire n'est donc pas une réponse.»

Car même si le ministre saoudien des Affaires étrangères a promis d'employer les grands moyens face à ces flibustiers d'un nouveau genre, les navires se heurtent à un grand nombre d'obstacles : couvrir, donc, une région d'une taille équivalente à celle de la mer Rouge et de la Méditerranée, identifier les pirates avant leurs assauts ou protéger les otages sur les bateaux détournés.

La piraterie découle en grande partie de l'absence d'autorité centrale à Mogadiscio, ce qui assure une sorte d'impunité aux clans qui s'en partagent les bénéfices.

«La communauté internationale doit réfléchir avec l'esprit ouvert au genre de gouvernement possible en Somalie. Le gouvernement fédéral intérimaire [soutenu par l'Occident] n'a pas apporté la paix et le développement comme espéré», souligne Roger Middleton.

L'envoi d'une force navale dans le golfe d'Aden, l'une des principales routes maritimes commerciales de la planète qui évite aux navires de contourner l'Afrique par le cap de Bonne-Espérance, a certes réduit à 31 % le nombre d'assauts réussis par les pirates en octobre, contre 53 % en août.

Mais «les opérations de sécurité maritimes dans la région ne sont qu'un emplâtre, elles répondent aux symptômes, pas aux causes», insiste Jason Alderwick, expert à l'Institut international d'études stratégiques.

«Le gouvernement intérimaire ne remplit pas ses obligations d'État sur le maintien de l'intégrité dans ses propres eaux territoriales. Il lui faut un plan pour l'aider dans cette tâche, ou bien choisir une autre option.»

Cette option pourrait prendre la forme d'un accord de partage du pouvoir soutenu par les Nations Unies entre l'actuel gouvernement et les islamistes modérés.
 
Activité lucrative

Les islamistes, qui sont aux portes de la capitale Mogadiscio en partie contrôlée par le gouvernement intérimaire soutenu par l'armée éthiopienne, assurent que s'ils prenaient le contrôle du pays, ils mettraient fin à la piraterie comme ils l'ont fait pendant leur brève mainmise sur le sud du pays, pendant six mois en 2006.

«Nous sommes contre la piraterie, car elle impose des pénuries économiques au peuple somalien affamé», déclare un porte-parole des islamistes, Abdirahim Isse Adow, par allusion à l'impact négatif de ces actes sur les prix alimentaires locaux.

«Nous ne pouvons rien faire contre les pirates à moins que nous retrouvions notre puissance de 2006, quand nous protégions la terre et la mer.»

Les experts soulignent pourtant que toutes les parties prenantes au conflit somalien retirent des bénéfices de cette activité lucrative et Washington redoute qu'un gouvernement islamiste en Somalie ne transforme le pays en sanctuaire du terrorisme international.

Mais certains experts font valoir qu'en cas de marginalisation de l'aile la plus radicale, Al-Shabaab, l'arrivée au pouvoir d'islamistes modérés pourrait constituer la solution la plus réaliste.

«Étant donné les autres options, qui ne sont pas très reluisantes, l'administration Bush et son allié éthiopien pourraient désormais faire preuve de souplesse pour accepter une participation islamiste au gouvernement, à condition qu'il n'y ait pas de liens avec les terroristes internationaux», estime Philippe de Pontet, analyste au groupe Eurasia.

«Pour l'instant, cependant, il est probable que la Somalie et la piraterie en Somalie ne feront que s’aggraver.»

Un problème plus large

Le premier ministre somalien, Nour Hassan Hussein, estime que la piraterie au large des côtes de son pays participe d'un phénomène international qui va au-delà de la région de la Corne de l'Afrique.

Dans une interview à l'agence Reuters, Hussein estime que les patrouilles maritimes internationales ne suffiront pas à éradiquer le phénomène de la piraterie et assure que celui-ci n'est pas cantonné à la Somalie.

«Nous sommes désolés, mais ce problème de piraterie n'est pas cantonné seulement à la Somalie; il affecte l'ensemble de la région, il affecte le monde.»

Selon les experts, les pirates ont montré qu'ils pouvaient frapper sur une large étendue maritime puisque la zone de leurs agissements dépasse plus d'un million de km2.

«Les opérations navales à elles seules ne sont pas suffisantes, car les pirates disposent d'un réseau, ce qui veut dire un réseau opérationnel en mer, à terre et aussi parfois à l'étranger», affirme-t-il.

«Je crois que tout cela est lié à d'autres organisations. Je ne pense pas qu'il s'agisse purement et simplement de piraterie somalienne.»

«Il y a des groupes criminels, assurément, du moins c'est une hypothèse. Mais, bien sûr, on y verra plus clair dans les mois qui viennent.»

Un certain nombre d'experts de la région n'excluent pas que les pirates somaliens bénéficient de l'aide de hors-la-loi yéménites et nigérians et que les butins – notamment les rançons obtenues des armateurs des bateaux détournés – finissent entre les mains de groupes terroristes internationaux.

C'est pourquoi ils estiment que, en plus de dépêcher des navires de guerre dans la région, la communauté internationale devrait se pencher sur les réseaux financiers susceptibles de recycler les dizaines de millions de dollars de rançon perçus rien que cette année.

Hussein fait valoir que son fragile gouvernement fédéral de transition somalien n'a pas les moyens de s'attaquer au phénomène et il réclame à la communauté internationale qui le soutient une aide pour mettre sur pied une garde-côtes digne de ce nom.

«Nous sommes très satisfaits de constater que le problème de la piraterie est devenu un problème commun et que des efforts communs sont déployés pour y faire face. Nous jouerons bien sûr notre rôle, mais nos moyens sont très limités», ajoute-t-il.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.