ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


13/12/08 (B478) Somalie - Les Ethiopiens et les forces de l'UIC se prennent et se reprennent des villes, bien que l'on assiste à un retour en force des Ethiopiens. Toujours des violences dans les rues et en particulier à Mogadiscio. La communauté internationale et en particulier l'ONU sont incapables de constituer une force pour remplacer l'armée éthiopienne. En dépit de déclarations contradictoires, il semble que les contingents de l'Ouganda et du Burundi, engagés sous la bannière de l'U.A. puissent aussi quitter le pays en même temps que les éthiopiens. Champs libre aux islamistes ensuite ? (9 dépêches en Français et en Anglais)

__________________________________ 9 - REUTERS

L'Onu échoue à lever une force de stabilisation pour la Somalie


Les Nations unies n'ont pas réussi à lever les forces nécessaires à la stabilisation de la Somalie qui restera livrée à elle-même, estiment certains diplomates.

A Mogadiscio, victime d'un tir de mortier lors d'affrontements entre rebelles islamistes et forces gouvernementales. Les Nations unies n'ont pas réussi à lever les forces nécessaires à la stabilisation de la Somalie qui, selon certains analystes, restera livrée à elle-même. (Reuters/Feisal Omar)

Dans un rapport remis le mois dernier au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'organisation souligne que la mission dont le pays a besoin ne relève pas du rôle habituel des casques bleus, déployés d'ordinaire pour veiller au respect d'un accord de paix, pas pour mettre fin à une guerre civile.

Ban Ki-moon a ainsi recommandé la mise sur pied d'une force de stabilisation de 10.000 hommes "parfaitement opérationnelle" et "pleinement en mesure de se défendre", mais aucun Etat membre n'a jusqu'ici accepté d'en prendre le commandement.

Le diplomate sud-coréen s'est efforcé en vain de convaincre la Turquie, pays membre de l'Otan doté d'un puissant appareil militaire et majoritairement musulman, comme la Somalie.

"Un pays a proposé de fournir des moyens de transport aériens, un appui logistique et des fonds", a rapporté un diplomate, qui s'est refusé à le nommer. D'autres ont fait savoir qu'il s'agissait des Etats-Unis. "Personne ne veut aller en Somalie. C'est trop dangereux", a-t-il résumé.

PROJET DE RÉSOLUTION

Privé d'autorité centrale depuis le renversement de Siad Barré, en 1991, le pays est depuis livré au chaos. La guérilla islamiste chassée de Mogadiscio début 2007 avec l'aide décisive des forces éthiopiennes, tient le sud du pays.

Le reste, qui échappe pour l'essentiel au gouvernement intérimaire mis en place avec l'appui de la communauté internationale, est aux mains de clans lourdement armés qui se livrent à toutes sortes de trafic et à une piraterie qui a atteint un niveau alarmant dans le golfe d'Aden.

L'envoi d'une force navale dans ces eaux qui commandent l'accès au canal de Suez, pièce essentielle des échanges entre l'Europe et l'Asie, a certes réduit d'un tiers le taux de réussite de leurs abordages, mais les causes de la crise restent entières.

L'Otan, en première ligne de la mobilisation, n'a rien dévoilé de ses intentions au sujet des racines du problème. Le même silence règne au sein de l'Union européenne et au Pentagone, où l'on reste traumatisé par la mort de 18 soldats américains en 1993, qui a sonné le glas des tentatives de rétablissement l'Etat de droit.

Un projet de résolution d'inspiration américaine, qui propose d'autoriser la poursuite des pirates sur terre comme en mer, a été mis en circulation au Conseil de sécurité, mais plusieurs Etats membres tels que l'Indonésie et l'Afrique du Sud le jugent insuffisant.

Version française Jean-Philippe Lefief


__________________________________ 8 - SwissInfo (Ch)


L'ONU ne parvient pas à lever une force pour la Somalie

Les Nations unies n'ont pas réussi à lever les forces nécessaires à la stabilisation de la Somalie. Elle restera livrée à elle-même, estiment certains diplomates.

Dans un rapport remis le mois dernier au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'organisation souligne que la mission dont le pays a besoin ne relève pas du rôle habituel des casques bleus. Ils sont d'ordinaire déployés pour veiller au respect d'un accord de paix et non pour mettre fin à une guerre civile.

Ban Ki-moon a ainsi recommandé la mise sur pied d'une force de stabilisation de 10 000 hommes "parfaitement opérationnelle" et "pleinement en mesure de se défendre". Mais aucun Etat membre n'a jusqu'ici accepté d'en prendre le commandement.

Le diplomate sud-coréen s'est efforcé en vain de convaincre la Turquie, pays membre de l'Otan doté d'un puissant appareil militaire et majoritairement musulman, comme la Somalie.

"Un pays a proposé de fournir des moyens de transport aériens, un appui logistique et des fonds", a rapporté un diplomate, qui s'est refusé à le nommer. D'autres ont fait savoir qu'il s'agissait des Etats-Unis. "Personne ne veut aller en Somalie. C'est trop dangereux", a-t-il résumé.

Le diplomate sud-coréen s'est efforcé en vain de convaincre la Turquie, pays membre de l'Otan doté d'un puissant appareil militaire et majoritairement musulman, comme la Somalie.

Privé d'autorité centrale depuis le renversement de Siad Barré, en 1991, le pays est depuis livré au chaos. La guérilla islamiste chassée de Mogadiscio début 2007 avec l'aide décisive des forces éthiopiennes, tient le sud du pays.

Le reste échappe pour l'essentiel au gouvernement intérimaire mis en place avec l'appui de la communauté internationale. Il est aux mains de clans lourdement armés qui se livrent à toutes sortes de trafic et à une piraterie qui a atteint un niveau alarmant dans le golfe d'Aden.

__________________________________ 7 - Shabelle (En Anglais)

Un responsable ougandais a confirmé que les forces de l'UA pour le maintien de la paix en Somalie, quitteraient le pays avec le départ des forces éthiopiennes, car elles n'auront pas les moyens de mener leur mission. // Uganda says AU will follow Ethiopian forces out of Somalia

A Ugandan government official on Friday confirmed that the African Union peacekeeping force in Somalia will pull out should Ethiopia stick to its promise of withdrawing its troops before the end of the year.

'If the Ethiopians pull out ... the AU force will pull out because it will not have adequate numbers,' James Mugume, permanent secretary at the Ugandan Foreign Ministry, told Deutsche Presse-Agentur dpa.

The Ethiopian government in late November said it would extract its several thousand soldiers unconditionally by the end of the year.

Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi on Thursday broke the news that the AU force would also leave and promised to help the Ugandan and Burundian peacekeepers, numbering around 3,000, to pull out.

Ethiopian forces invaded in 2006 to help kick out the Islamic Courts' Union (ICU) - a hardline Islamist regime that was in power for six months.

A bloody insurgency in Southern and Central Somalia then kicked off in early 2007.

Aid agencies say around 10,000 civilians have died and over 1 million have fled as al-Shabaab, a militant splinter group of the ICU, has made huge gains.

The insurgent group is now perched on the edge of Mogadishu and is on the verge of over-running the squabbling and ineffective Transitional Federal Government.

Should both Ethiopia and the AU leave, the only force standing between the insurgents and victory would be a collection of pro- government armed militia and poorly trained recruits.

A report by the UN monitoring group on Somalia, released Thursday, said that 80 per cent of Somalia's soldiers and police - some 15,000 - had deserted or defected, often taking their weapons and vehicles with them.

The AU's top diplomat, Jean Ping, said Friday that he hoped the Ugandan and Burundian forces could be persuaded to stay.

Mugume, however, said that the AU force would only remain in Somalia if long-standing calls for a UN peacekeeping force to be deployed were answered.

'If the Ethiopians are replaced by other troops like UN peacekeepers, a number of about 8,000, we will stay,' he said.

However, the UN has appeared reluctant to deploy and analysts say this is unlikely to change.

'I don't think there is a realistic prospect for substitute troops,' Roger Middleton, Horn of Africa analyst at London-based think tank Chatham House, told dpa.

The AU force was supposed to have been much larger, but many nations have failed to meet their commitments. As a result, the AU force is undermanned and overwhelmed.

Ping said that he had asked other African countries to contribute troops to bring the AU force up to the full complement of 8,000 originally envisaged.

Middleton said that the AU peacekeepers would have little choice but to leave should the Ethiopians stick to their promise to go.

'If the Ugandans stayed ... they would become greater targets,' he said. 'Even if they stayed, I don't think they would have a stabilizing impact. Their force is tiny and can't even secure (Mogadishu) airport.'

Hardline Islamists have refused to talk peace unless the Ethiopians first left Somalia, but it is not clear if they will now come to the table or continue to advance.

Al-Shabaab has already rejected a peace deal agreed between moderate opposition figures and the government.

There are fears that in the absence of the common enemy, the Ethiopians, the insurgent groups will splinter and begin fighting, creating more chaos.

However, Middleton said that the worst-case scenario would be that al-Shabaab remained united and decided to finish off the government.

'The scariest scenario is that al-Shabaab holds together ... and we see an al-Shabaab regime with the attended radicalization of the population.'

The US says that al-Shabaab has links to al-Qaeda. In May it launched an airstrike that killed al-Shabaab leader Aden Hashi Ayro.

Al-Shabaab has also been implementing strict sharia, or Islamic law, in the towns it has seized from the government.

So far this year, a teenage girl has been stoned to death for adultery after being raped and people have been whipped for dancing and playing music.

The developments are also unlikely to be good news for plans to fight a surge in piracy off Somalia, which peaked with the recent seizure of a Saudi supertanker carrying crude oil worth 100 million dollars.

Delegates at a international conference on Thursday said that piracy was inextricably linked to the insecurity in Somalia and called for stronger efforts to help build a stable government.

The Horn of Africa nation has been plagued by chaos and civil war since the ouster of dictator Mohamed Siad Barre in 1991.

__________________________________ 6 - TV5

Somalie : l’UA se dit inquiète d’un retrait de la force de paix africaine

Jean Ping, le président de la Commission de l’Union Africaine (UA) s’est dit, ce vendredi, « très inquiet » d’un éventuel retrait des 3 400 soldats de la force de paix africaine en Somalie (Amisom), rapporte TV5.

Il a fait ces déclarations au lendemain de l’annonce par le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, du souhait du Burundi et de l’Ouganda de retirer leurs hommes de Somalie avant le départ des troupes éthiopiennes prévu début 2009.

« Nous espérons que quelque chose sera fait pour éviter un tel retrait » qui risque de créer un vide sécuritaire, a indiqué Jean Ping.


__________________________________ 5 - Afrik.com

Somalie : l’UA se dit inquiète d’un retrait de la force de paix africaine


Jean Ping, le président de la Commission de l’Union Africaine (UA) s’est dit, ce vendredi, « très inquiet » d’un éventuel retrait des 3 400 soldats de la force de paix africaine en Somalie (Amisom), rapporte TV5.

Il a fait ces déclarations au lendemain de l’annonce par le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, du souhait du Burundi et de l’Ouganda de retirer leurs hommes de Somalie avant le départ des troupes éthiopiennes prévu début 2009.

« Nous espérons que quelque chose sera fait pour éviter un tel retrait » qui risque de créer un vide sécuritaire, a indiqué Jean Ping.


__________________________________ 4 - Reuters (En Anglais)

De nombreuses désertions dans les rangs de l'armée gouvernementale somalienne et de la police, tandis que l'influence du Gouvernement semble s'évanouir de plus en plus. // Somali security forces desert, government vanishing: UN (Info lecteur)

The ranks of Somalia's army and police have been gutted as most soldiers and police officers have deserted, often taking their weapons and vehicles, according to a new U.N. Security Council report.

The chairman of the council's Monitoring Group on Somalia said on Thursday that this was one of the main sources of weapons and ammunition in Somalia, along with illegal imports from Yemen and purchases of arms for opposition groups with funds from various domestic and foreign financiers.

There has been "an 80 percent erosion and attrition in the (interim government's) security sector, by which over 15,000 soldiers and police had deserted or defected along with their arms, uniforms, skills and vehicles in some cases," South Africa's U.N. Ambassador Dumisani Kumalo told the council.

A U.N. arms embargo has been in place on the now lawless Horn of Africa country since 1992.

In a four-page summary of the monitoring group's biannual report for the council, Kumalo also said his committee had observed a "steady disintegration" of the government since he gave the group's last report to the Security Council in May.

He said that 70 percent of the transitional Somali government's revenues were earmarked for supporting the security sector, but very few of those funds were ever spent on security due to corruption.

"Charitable organizations and the Internet were the main sources of funding for armed opposition groups and ... payment mechanisms involving cash couriers and contributions in kind had emerged," Kumalo said in his summary.

On the topic of piracy, he described it as a "multimillion dollar industry, with a total of 1,000-1,500 pirates employed, using over 60 small boats and mother ships."

He added that pirates were invoking "legitimate Somali grievances regarding foreign exploitation of marine resources and degradation of the marine environment, thus gaining community support." He was referring to illegal fishing and toxic waste dumping in Somali waters.

The monitoring group had also found that the pirate leaders were well known in Somalia and therefore identifiable.

Many pirates are based in Somalia's semi-autonomous northern region of Puntland.

Regarding allegations of complicity between Puntland officials and pirates, he said the regional authorities' steps against the menace were "selective" and that "senior government officials had been so compromised that these measures would be of little consequence."

A surge in piracy this year in the busy Gulf of Aden and Indian Ocean off Somalia has driven up insurance costs, brought the gangs tens of millions of dollars in ransoms and prompted foreign navies to rush to the area to protect shipping.

The U.S. delegation has circulated to members of the U.N. Security Council a draft resolution that would give countries the right to pursue pirates on land as well as at sea. Several council diplomats told Reuters the powers were too broad and predicted the text would not pass in its current form.

__________________________________ 3 - JDD

Somalie: L'UA partira avec les Ethiopiens

La force de maintien de la paix de l'Union africaine (UA) a demandé à partir de Somalie en même temps que les forces éthiopiennes avant la fin du mois de décembre, a annoncé jeudi le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi.

Quelque 3200 soldats burundais et ougandais avaient installé dans la capitale le gouvernement fédéral transitoire reconnu par l'Occident et l'UA, mais ses dissensions internes, le coût de l'opération d'Addis-Abeba et la passivité de la communauté internationale ont fini de convaincre Meles Zenawi de retirer ses troupes.

Cette décision, qui pourrait ouvrir la voie à un assaut final des islamistes, que l'UA ne serait pas en mesure d'endiguer, est définitive, a souligné le chef du gouvernement éthiopien devant le parlement national.

__________________________________ 2 - XINHUA

Somalie : 14 morts et 20 blessés dans des combats à Mogadiscio

Près de quatorze personnes ont été tuées et une vingtaines d'autres blessées dans les affrontements violents qui ont éclaté entre les combattants insurgés et les forces du gouvernement somalien appuyées par les soldats de l'Union africaine (UA) à Mogadiscio, selon des témoins et des sources médicales jeudi.

Les combats ont commencé quand les combattants islamistes ont attaqué les bases du gouvernement somalien dans le sud de la capitale, et les forces du gouvernement et les soldats de l'UA ont répondu avec de l'artillerie lourde.

Des officiels de la santé à l'hôpital de Daynile ont déclaré qu'au moins dix personnes, y compris des enfants, sont mortes de leurs blessures à leur arrivée. Elles venaient du district de Wardigley, où a lieu le plus gros des affrontements.

Les officiels ont ajouté que 11 personnes blessées étaient actuellement soignées.

Quatre personnes ont également été tuées et neuf autres blessées près du marché Bakara, le plus grand marché de Mogadiscio, après qu'un obus a atterri sur l'endroit où ces personnes trouvaient refuge, ont rapporté à Chine Nouvelle des témoins.

"C'était vraiment terrifiant, il y a eu un grand bruit et ensuite les gens ont commencé à crier, et ensuite quatre d'entre eux ont été r éduit en pièces par l'obus", a expliqué Omar Yusuf, témoin, à Chine Nouvelle.

Les combats éclatent alors que Cheikh Sharif Sheikh Ahmed, haut leader de l'opposition islamiste, se trouve à Mogadiscio pour ce qu'il qualifie de "visite de consultation".

M. Ahmed est le chef de la coalition de l'opposition, l' Alliance pour la Re-Liberation de la Somalie (ARS), qui a signé un accord de paix et de partage des pouvoirs avec le gouvernement de transition somalien en début d'année.

Cependant, une autre faction de l'ARS et d'autres groupes ont rejeté cet accord, promettant qu'ils poursuivront les combats jusqu'au retrait des troupes éthiopiennes.

D'après l'accord entre l'ARS et le gouvernement de transition, entre autres, les troupes éthiopiennes devront se retirer de Somalie alors que les forces de l'UA autorisées par l' ONU seront renforcées jusqu'à ce que des casques bleus les remplacent.

Egalement d'après l'accord, l'actuelle adhésion du parlement somalien sera doublée pour inclure des membres de l'opposition, des groupes de la société civile somalienne, alors que le parlement élira un nouveau pouvoir pour le pays, qui est dépourvu de gouvernement effectif depuis près de deux décennies.


__________________________________ 1 - Lecteur (En Anglais)

Des combattants de l'UIC capitulent devant les forces ethiopiennes lorsqu'elles ont pénétré dans la ville d'Abudwaq, au centre la Somalie. // UIC surrenders Somali town to Ethiopia

Al-Shabaab fighters have surrendered Abudwaq, a central Somali district, to Ethiopian troops following their entry into the region, reports say.

Ethiopian soldiers, on board military vehicles, entered the Abudwaq district in Galgadud region prompting forces belonging to the Somali opposition, the Union of Islamic Courts, to leave the region, a Press TV correspondent in Somalia reported Thursday.

Though, there have been no reports of violence, Ethiopian forces' entry into the town caused many of the locals to flee the area.

The incident defies the recent course of events in Somalia where al-Shabaab fighters affiliated to the UIC, forcing back the Ethiopians and the government troops, have been enlarging their territory.

The militia have been engaged in pitched battles with pro-government forces in the capital Mogadishu which was taken by them last month.

Ethiopian troops entered Somalia in 2006 to help the trouble-ridden transitional government there. Ever since, they have been constantly attacked by the al-Shabaab gunmen.

Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi said the AU forces wanted to leave before them raising fears of increased instability.

Ethiopia has announced that it plans to withdraw its forces from Somalia by the end of the year and prepares to hand over to UN forces. Addis Ababa has been complaining of poor commitment on the part of the Somali Transitional Federal Government (TFG).

Until then, the security of the war-ravaged country would be entrusted to the African Union peacekeepers, Somali troops and forces from a Djibouti-based opposition faction.

However, the Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi, said earlier in the day that "they (the AU forces) have already informed us that they would want to withdraw before we do," raising fears of increased instability in the country.

Uganda, though, has denied the premier's remarks saying the forces intended to increase their presence in Somalia following the Ethiopian pullout.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.