ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


12/01/09 (B481) Le départ des Ethiopiens de Somalie est annoncée par l'ensemble de la Presse, mais des difficultés surviennent sous forme d'accrochages. Les troupes de l'UA sont en difficulté. Les groupes islamistes tentent d'occuper le terrain libéré et se livrent à une concurrence terrible sur le terrain, causant de nombreuses victimes. (4 dépêches en Français)

____________________________ 4 // (3/01/09) - XINHUA

Somalie : deux soldats éthiopiens tués lors d'explosion de mines à Mogadiscio

Deux soldats éthiopiens ont été tués vendredi à Mogadiscio lors d'explosions des mines présumément enterrées par les insurgés islamistes somaliens.

Deux soldats éthiopiens ont trouvé la mort lors d'une opération de déminage dans le sud de la capitale.

Cet incident a eu lieu alors que les forces éthiopiennes, déployées en Somalie pour soutenir le gouvernement de transition, ont commencé son retrait vendredi.

"Le processus (de retrait) a été démarré, mais il prendra un peu plus de jours", a affirmé à Xinhua Bereket Simon, conseiller aux relations publiques du Premier ministre Meles Zenawi.

Le retrait des troupes éthiopiennes intervient sur fond d'une crise politique qui s'est aggravée en Somalie après la démission du président Abdullahi Yusuf Ahmed.

En décembre, le gouvernement éthiopien avait annoncé, dans une lettre adressée à l'Union africaine et aux Nations Unies, qu'il avait décidé de retirer ses troupes vers la fin de l'année 2008, mais les opérations de retrait ont été entravées par un manque de soutien logistique.

L'Ethiopie avait envoyé fin 2006 des troupes en Somalie pour aider le gouvernement de transition somalienne à mettre en déroute les forces des tribunaux islamiques, qui avaient une fois pris le contrôle de la capitale.

Depuis début 2007, les insurgés, transformés en guérilleros, mènent une guerre similaire à celle d'Irak contre les forces somaliennes et éthiopiennes ainsi que les Casques bleus de l'Union africaine (UA), composés de 3.400 soldats ougandais et burundais.

Actuellement, les insurgés occupent la plupart du territoire du Centre et du Sud de la Somalie, tandis que le gouvernement de transition ne contrôle que Mogadiscio et Baidoa, où siège le Parlement.

Le retrait des forces éthiopienne a provoqué des incertitudes sur la sécurité dans ce pays de la Corne de l'Afrique, en proie à une guerre civile depuis 1991.

Les forces de l'UA, dont le mandat a été prolongé de deux mois à partir du 16 janvier, sont déployées depuis mars 2007 notamment à Mogadiscio.


____________________________ 3 // (3/01/09) - AFP

Retrait éthiopien de Somalie: "toutes les mesures prises pour éviter un vide sécuritaire"

Le gouvernement éthiopien a assuré samedi dans un communiqué transmis à l'AFP, que "toutes les mesures sont prises pour éviter un vide sécuritaire" en Somalie, avec l'Union Africaine (UA) et les autorités somaliennes, alors que les troupes éthiopiennes se retirent.

"Sur la base de l'accord de Djibouti (entre les parties somaliennes), nos forces de défense ont entamé la mise en oeuvre de la décision de retrait à la fin 2008", rappelle le communiqué du ministère éthiopien des Affaires étrangères.

"Les mesures nécessaires sont prises pour éviter un vide sécuritaire et le retour à la situation antérieure d'anarchie", ajoute le texte annonçant la "confirmation" du renforcement de la force de paix de l'UA en Somalie (Amisom).

"Pour éviter ce type de scénario, les chefs de l'Amisom, de l'armée du gouvernement fédéral somalien de transition (TFG) et des forces de défense éthiopiennes présentes à Mogadiscio, se sont déjà rencontrés à Addis Abeba pour analyser la situation et établir des plans à appliquer" à la suite du retrait.

L'Ethiopie, qui intervient militairement en Somalie depuis fin 2006, a entamé son plan de retrait final de ses troupes du territoire somalien, laissant la force de paix de l'UA en première ligne face à une insurrection islamiste qui ne cesse de gagner du terrain.

Mal équipée et sous-financée, l'Amisom, déployée depuis mars 2007 essentiellement à Mogadiscio, est forte de seulement 3.400 soldats burundais et ougandais, alors que son mandat initial prévoyait un contingent total de 8.000 hommes.

Trois autres bataillons (environ 800 hommes chacun) ont été promis par le Burundi, l'Ouganda et le Nigeria mais on ignore encore la date de leur déploiement.

"Comme il a été confirmé que le Burundi et l'Ouganda souhaitent augmenter leurs forces en Somalie, les Forces de défense éthiopiennes sont entrées avec succès dans le dernier chapitre de leur retrait de Mogadiscio", indique le communiqué de la diplomatie éthiopienne.

"Sur la base de ces faits, toutes les zones où patrouillaient les forces éthiopiennes ont été tranférées à l'Amisom et aux troupes du TFG. Le gouvernement poursuit l'application de son voeux de se retirer complètement dès que ces mesures seront effectivement en place", souligne le texte.

Le gouvernement du premier ministre Meles Zenawi rappelle également que l'armée éthiopienne était intervenue fin 2006 en Somalie "après que les forces extrêmistes aient menacé de lancer un +jihad+, constituant une menace substancielle à la sécurité du pays".

"Les forces de défense éthiopiennes ont déjà réussi à éliminer cette menace et ont conclu leur mission avec succès", déclare Addis Abeba rappelant que les troupes éthiopiennes "ont connu beaucoup de sacrifices au cours des deux dernières années pour affaiblir les extrémistes et établir une paix durable en Somalie".

L'armée éthiopienne était intervenue officiellement fin 2006 pour soutenir le gouvernement somalien de transition, et a mis en déroute début 2007 les forces des tribunaux islamiques qui avaient contrôlé pendant quelques mois l'essentiel du centre et du sud de la Somalie.

L'Ethiopie, en majorité orthodoxe, avait justifié cette intervention en arguant que les tribunaux islamiques menaçait sa sécurité.

Mais Addis Abeba est désormais soucieuse de s'extraire du bourbier somalien et a annoncé fin novembre le retrait, déjà largement entamé, de ses troupes à la fin 2008.

____________________________ 2 // (3/01/09) - Le Figaro avec AFP

Somalie : 10 morts dans des combats

Des combats à l'arme lourde opposant des milices islamistes rivales dans le centre de la Somalie ont fait six morts, tous des combattants, ont rapporté des chefs coutumiers locaux.

Les combats ont éclaté samedi matin entre les shebab, des insurgés islamistes extrémistes, et des milices locales fidèles à un groupe islamiste rival, Ahlu Sunna Wal-jamaah, dans la banlieue de Guriel, à environ 400 km au nord de la capitale Mogadiscio.

"Les combats ont repris aujourd'hui et ont fait six morts, tous des combattants, et sept autres ont été blessés. Les deux camps se font toujours face dans les environs de la ville", a déclaré par téléphone un chef coutumier de la ville, Mohamed Warsame Hirsi.

Un habitant a confirmé ce bilan et expliqué que la population avait en grande partie déjà quitté la ville à la suite de précédents combats entre les deux groupes la semaine dernière.

"Aujourd'hui, six combattants sont morts dans les nouveaux combats car la plupart des habitants avaient déjà fui et le reste a commencé à partir aujourd'hui après le début des combats", a indiqué Abdifatah Moalim Dahir.

"De nombreuses personnes meurent dans ces combats absurdes et nous essayons de négocier avec les deux groupes religieux", a pour sa part expliqué un chef coutumier de la localité voisine de Dhusamareb.

Guriel et Dhusamareb avaient été le théâtre de combats similaires le week-end dernier.

Les shebab avaient repris le contrôle des deux villes où ils avaient été attaqués quelques jours plus tôt par les combattant d'Ahlu Sunna Wal-jamaah, un groupe jusqu'alors peu connu.

Le 28 décembre, ce groupe avait appelé pour la première fois à combattre les shebab, les accusant d'avoir perpétré des "atrocités" et d'être responsables de l'insécurité dans le pays.

"Les factions wahhabites en Somalie, tels que les shebab et les tribunaux islamiques, sont la cause des problèmes sécuritaires et religieux dans le pays depuis 20 ans", avait affirmé le groupe dans un communiqué distribué à Nairobi.
Le lendemain, un responsable shebab accusait l'Ethiopie, intervenue en Somalie fin 2006 et dont les troupes ont entamé leur retrait final ces derniers jours, de soutenir ces milices sunnites.

L'Ethiopie, qui a mis en déroute début 2007 les tribunaux islamiques, a entamé son plan de retrait final, laissant la force de paix de l'Union africaine (UA) en première ligne face à une insurrection islamiste emmenée par les shebab et qui ne cesse de gagner du terrain.

Ce retrait éthiopien fait planer encore plus d'incertitudes sur la sécurité dans ce pays pauvre de la Corne de l'Afrique, en guerre civile depuis 1991.

_____________________________ 1 // (3/01/09) - AfrikLive avec RFI

Ethiopie / Somalie : Les Ethiopiens entament leur retrait de Somalie.

Annoncé depuis la fin novembre, le retrait des soldats éthiopiens en Somalie a commencé. L'Ethiopie est sur le territoire de son voisin depuis 2006 après son intervention pour chasser du pouvoir les Tribunaux islamiques. Ce départ marque l'échec d'Addis-Abeba, incapable de mater la rébellion islamiste, toujours aussi active et qui gagne peu à peu du terrain. L'Union africaine regrette un départ précipité alors que les forces africaines qui doivent remplacer les soldats éthiopiens ne sont pas toutes sur place.

L'Ethiopie et la Somalie.(Carte : RFI) On est désormais bien loin de la victoire écrasante de l'Ethiopie en 2006, sur les Tribunaux islamiques. Il y a deux ans, Addis-Abeba décide d'envoyer ses troupes pour déloger le nouveau régime. Selon les autorités éthiopiennes, les maîtres du pays soutiennent ses opposants, comme les militants Oromo et les séparatistes de l'Ogaden. Elles accusent également les islamistes d'être liés à al-Qaïda. L'Ethiopie déploie alors plusieurs dizaines de milliers de soldats, des chars, des hélicoptères, et remporte une victoire sans appel.

Les troupes restent dans le pays et cette présence d'un ennemi - perçu parfois comme héréditaire - sert de terreau à l'insurrection. En 2007, les islamistes adoptent une stratégie de guérilla et harcèlent au quotidien les soldats éthiopiens. Les insurgés se servent notamment d'explosifs, commandés à distance. Au fil du temps, ils gagnent du terrain, notamment dans le Sud et reprennent des villes telles que Kismayo (sud), Merka (centre-est) et Brava (sud-est).

Depuis plusieurs mois, les effectifs éthiopiens avaient diminué et leur retrait était programmé. L'Ethiopie laisse derrière elle un pays où l'insécurité est totale. L'autorité somalienne – en déliquescence – et les troupes sans moyens de l'Union africaine sont désormais bien seules.

Bereket Simon, porte-parole du Premier ministre éthiopien
« Nous avons travaillé pour éviter de laisser un vide sécuritaire derrière nous et nous ne sommes pas contraints de rester en fonction de ce qui va se passer dans l'avenir. »

Jean Ping, président de la Commission de l'Union africaine
« Les Etats-Unis réagissent favorablement à l'envoi d'une mission des Nations unies. »

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.