ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


14/01/09 (B481) La crise en Somalie et les conséquences du départ des Ethiopiens ( 5 articles en Français du 3 au 10/01/09)

___________________________ 5 - Afrique en Ligne (09/01/09)

L'ONU pourrait fournir un soutien militaire à la Somalie

Le Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, l'ambassadeur Ramtane Lamamra, doit rencontrer une délégaion d'experts du maintien de la paix des Nations unies pour discuter d'un soutien militaire lourd à apporter à la Somalie. L'ambassadeur Lamamra a déclaré que l'ONU préparait un plan global de soutien de la paix pour aider à sauver le fragile processus de paix en Somalie et pour soutenir les efforts visant à mettre en place une autorité centrale dans ce pays de la Corne de l'Afrique.

"L'ONU préparer un soutien global à la Somalie. Il y aura un soutien important des Nations Unies et nous estimons que l'implication de l'ONU va signifier une plus grande capacité d'être opérationnelle pour la Mission de maintien de la paix de l'Union africaine en Somalie (AMISOM)", a-t-il déclaré à Addis-Abeba vendredi.

Les Etats-Unis sont à l'avant-garde des efforts pour ramener la stabilité en Somalie en encourageant les états africains à s'engager militairement en Somalie, et en apportant un soutien militaire direct au Burundi, au Nigeria et en Ouganda.

"Certains partenaires internationaux fournissent des équipements", a déclaré l'Ambassadeur Lamamra à la presse à Addis-Abeba, quand on lui a demandé de donner des détails spécifiques sur les progrès de l'Union africaine dans le maintien de ses troupes sur le terrain.

Les efforts pour soutenir les initiatives de paix en Somalie nécessitent des financements importants. Le Commissaire à la paix et à la sécurité a déclaré que l'organisation mettait en place un budger de 68 millions de dollars pour soutenir la force de paix de janvier à mars de cette année.

"Nous avons bon espoir de pouvoir réunir ces fonds", a déclaré l'ambassadeur Lamamra.

Le Nigeria, qui a promis le déploiement de troupes en Somalie, envisage d'envoyer trois bataillons dans ce pays de la Corne de l'Afrique, après avoir initialement accepté de déployer un bataillon.

L'UA a indiqué n'avoir que deux bataillons sur le terrain en Somalie et qu'arriver à en déployer cinq pourrait aider à sauver le pays d'une crise avant le déploiement total d'une force de maintien de la paix des Nations Unies, qui devrait être autorisé.

Le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a déclaré vendredi que le Secrétaire Général de l'ONU Ban Ki-Moon a confirmé il y a trois jours qu'une requête serait déposée devant le puissant Conseil de Sécurité de l'ONU pour l'examen de l'envoi d'une force en Somalie.

Précédemment, le patron de l'ONU aurait déclaré que l'éventualité de voir les principales puissances mondiales accepter d'envoyer des troupes en Somalie étaient minces.

Mais M. Ping semblait plus optimiste vendredi et son Commissaire à la sécurité a annoncé que des discussions auraient lieu samedi avec une délégation en visite d'experts de la sécurité des Nations Unies.

M. Lamamra a ajouté que l'UA envisageait de placer les propres troupes entraînées de la Somalie sous le commandement de l'AMISOM pour renforcer cette mission.

___________________________ 4 - Le Monde (09/01/09)

L'armée éthiopienne se retire de Somalie sur un constat d'échec

Sur la pointe des pieds, l'Ethiopie s'apprête à se retirer de Somalie. Deux ans après avoir lancé chez son voisin somalien une opération militaire d'envergure (près de 15 000 hommes à son pic), avec le soutien des Etats-Unis, pour chasser du pouvoir les Tribunaux islamiques, dont les éléments les plus radicaux hébergeaient une poignée de membres d'Al-Qaida, les soldats d'Addis-Abeba se préparent à abandonner le terrain sur un constat d'échec.

Leurs ennemis se sont renforcés et le pays est dans un état désastreux. La Somalie, sans pouvoir central digne de ce nom depuis 1991, n'avait pas attendu l'Ethiopie pour s'autodétruire. Mais le génie somalien des affaires avait suppléé progressivement à l'absence d'Etat, développant une forme limitée de prospérité, entre commerce et trafics.

L'intervention armée éthiopienne, fin 2006, devait chasser les Tribunaux islamiques, qui avaient pris le pouvoir six mois plus tôt, en soutenant la structure faible et contestée du Gouvernement fédéral de transition (TFG). Les Tribunaux étaient traversés par plusieurs courants religieux, dont une version fruste et violente du salafisme, en contradiction avec la tradition des confréries somaliennes. Washington, voyant en la Somalie l'une des tranchées de sa guerre mondiale contre le terrorisme, avait apporté un soutien matériel.

L'ENFER DE MOGADISCIO

L'opération avait déclenché un mécanisme simple, d'une redoutable efficacité, scellant entre groupes somaliens prompts à la division une union sacrée contre "l'Abyssin", l'ennemi séculaire ayant le tort d'apparaître comme chrétien. Les plus extrêmes des insurgés, regroupés dans l'organisation Al-Shabab ("la jeunesse"), étaient devenus le fer de lance d'un djihad proclamé à de nombreuses reprises.

Leurs bases visées par des attaques-suicides, leurs convois sautant sur des dispositifs enterrés et commandés à distance, leurs positions frappées par des tirs de mortier, les troupes éthiopiennes ont vécu l'enfer à Mogadiscio, dont certains quartiers ont été ravagés, en vain, par leurs tirs d'orgues de Staline.

Près du tiers de la population éthiopienne dépend à présent de l'aide humanitaire laborieusement distribuée par des organismes devenus eux aussi la cible d'assassinats et d'enlèvements. Les pertes éthiopiennes, jamais avouées, se monteraient à plusieurs centaines d'hommes.

Après leur départ, planifié au cours du dernier trimestre 2008, et qui n'a formellement pas encore eu lieu, les troupes éthiopiennes laisseront à Mogadiscio la force de l'Union africaine (UA), l'Amisom, composée de 3 400 hommes mal équipés, qui risquent de remplacer l'Ethiopie comme cible idéale et comme prétexte au djihad pour les shababs.

Quant aux troupes d'Addis-Abeba, elles devraient être ramenées derrière leur frontière, prêtes à intervenir ponctuellement en Somalie. Parallèlement, l'Ethiopie compte sur des alliés locaux somaliens pour continuer à combattre les shababs, comme Bare Hirale, chef de faction actuellement engagé dans une offensive pour reprendre le grand port de Kismayo, à 500 km au sud de Mogadiscio.

Jean-Philippe Rémy

____________________________ 3 - XINHUA (08/01/09)

L'UA appelle l'ONU à jouer pleinement son rôle en Somalie

Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, a fortement invité le Conseil de sécurité des Nations-Unies a jouer le rôle qui est le sien dans le déploiement d'une force internationale de maintien de la paix en Somalie.

Dans une déclaration publiée mardi par le siège de l'UA, Ping a indiqué qu'il aimerait une fois de plus souligner la responsabilité primaire du Conseil de sécurité des Nations-Unies dans le maintien d'une paix et d'une sécurité internationales.

Il a vivement recommandé, dans la déclaration, au Conseil de sécurité "d'assumer pleinement ses responsabilités en autorisant le déploiement d'une force internationale de stabilisation en Somalie".

La force internationale devrait être suivie "par une opération onusienne de maintien de la paix qui succédera à l'AMISOM (mission de l'UA en Somalie) et soutiendra la reconstruction à long-terme et la stabilisation en Somalie", a -t- il estimé.

Jean Ping a aussi demandé au Conseil de sécurité des Nations- unies d'approuver de manière urgente les propositions soumises par le secrétaire général de l'ONU sur le plan de soutien de l'AMISOM.

Environ 3.400 soldats de la paix de l'Ouganda et du Burundi sont actuellement déployés à Mogadiscio, faisant partie de l'AMISOM qui doit compter, selon le projet, 8.000 hommes. D'autres pays africains qui ont promis de contribuer n'ont pas envoyé jusqu'ici leurs contingents en raison des difficultés logistiques.

Les troupes éthiopiennes, qui étaient intervenues en Somalie il y a deux ans pour appuyer le gouvernement de transition, ont commencer à se retirer du pays.


____________________________ 2 - XINHUA (07/01/09)

Le Kenya annonce qu'il n'enverra pas ses troupes en Somalie

Le gouvernement kényan a déclaré qu'il n'enverrait pas ses soldats en Somalie, pays dépourvu de gouvernement central efficace depuis près de deux décennies.

"Nous ne déploierons pas de troupes en Somalie, mais nous souhaitons contribuer à la construction de la Somalie", a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères, Moses Wetangula, lors d'un entretien avec le président du parlement fédéral de transition de Somalie, Adan Mohamed Nuur Madobe à Nairobi.

Selon un communiqué de son bureau, M. Wetangula a expliqué que le Kenya continuera à former les responsables douaniers somaliens, les agents de l'immigration, le personnel de l'armée et les gardes frontaliers pour les aider à protéger leur pays.

M. Madobe, qui est actuellement le président par intérim de la Somalie, a déclaré à M. Wetangula qu'il ne souhaite pas diriger son pays tombé dans l'anarchie, mais "respectera la charte de transition et suivra ses stipulations pour élire un nouveau président".

Le gouvernement appuyé par les Nations Unies contrôle seulement la ville de Mogadiscio et le si ège du parlement, Baidoa.

____________________________ 1 - XINHUA (3/01/09)

Les combattants islamistes prennent le relais dans les commissariats de Mogadiscio

Les insurgés islamistes ont pris le contrôle de plusieurs commissariats de police dans la capitale Mogadiscio, un jour après le début du retrait des troupes éthiopiennes du pays ravagé la guerre.

Les combattants insurgés ont pris contrôle de trois commissariats de police sur les 14 que compte Mogadiscio dans le sud et le nord-est de la ville.

"Nous avons déployé nos forces dans certains commissariats de police à Mogadiscio parce que nous voulons garantir la sécurité des personnes autour de ces zones," a affirmé à Xinhua Abdurahim Isse Adow, porte-parole de l'Union des tribunaux islamiques.

Le groupe islamiste qui domine la coalition de l'opposition, l'Alliance pour la re-libération de la Somalie (ARS), conduite par le leader islamiste modéré Cheik Sharif Ahmed, signataire de l'accord de paix avec le gouvernement somalien de transition l'année dernière. Le dirigeant islamiste a déplacé le quartier général de sa faction à Mogadiscio suite à l'accord de paix avec le gouvernement.

Adow a déclaré que le déploiement des forces islamistes dans les commissariats de police est une réaction au retrait des troupes éthiopiennes de Mogadiscio et pourra être "élargi si nécessaire".

Selon un accord signé entre l'Alliance pour la re-libération de la Somalie (ARS) et le gouvernement de transition à Djibouti, après le retrait des troupes éthiopiennes du pays, la sécurité de Mogadiscio sera co-assurée par les forces gouvernementales et les combattants de l'opposition.

Les deux parties se sont aussi accordées sur le partage du pouvoir et la formation d'un gouvernement d'unité nationale.

L'accord a été rejeté par les groupes insurgés somaliens, dont les combattants al-Shabaab et une faction dissidente de l'Alliance pour la re-libération de la Somalie (ARS).

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.