ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


26/02/09 (B487) Nouvelles vagues de violence en Somalie, qui pourraient compromettre l'autorité du nouveau Président désigné à Djibouti avec la bénédiciton de l'ONU. Les appels à un cessez-le-feu se multiplient. Les islamistes reprennent une ville. L'ONU s'inquiète des risques d'échec des forces de la Paix en Somalie (10 articles en Anglais et en Français)

__________________________ 10 - Press TV (Iran) (En Anglais)

Les combats en Somalie entrent dans leur deuxième jour. // Somali fighting enters second day


Some 40 people, mostly civilians, died in the chaotic capital

Heavy fighting between rebels and government troops in the Somali capital has entered its second day as the civilian death toll reaches 40.

The clashes began on Tuesday after a coalition of Somali rebels launched simultaneous attacks against government bases in Hodon and the African Union peacekeeping base at KM-4 -- south of Mogadishu.

Both sides continued to exchange heavy fire on Wednesday, killing at least 40 people, mostly civilians, and wounding more than 165 others, Press TV has learned.

Meanwhile, witnesses say that hundreds of civilians have abandoned their homes, evacuating the conflict zone.

The latest attacks are the most deadly clashes since the withdrawal of Ethiopian forces from the conflict-torn country.

President Sheikh Shariif Sheikh Ahmed, who arrived in Somalia from neighboring Djibouti on Monday, has been urging the rebels to end the conflict 'with talks and not with guns'.

The leader was elected on January 31, amid efforts for a fully functioning unity government in the African nation, plagued by lawlessness since warlords overthrew dictator Siad Barre in 1991.

__________________________ 9 - Nouvel Obs avec Reuters

Le bilan des violences en Somalie s'alourdit à environ 80 morts

Des affrontements ont opposé en Somalie pour la deuxième journée consécutive des rebelles islamistes du groupe Chabaab à la force de paix africaine et à la police, portant le bilan à plus de 80 morts selon des témoins.

L'ONG somalienne de défense des droits de l'homme Elman a fait état de 48 civils tués et de 90 autres blessés depuis mardi matin à Mogadiscio.

Des témoins affirment qu'au moins 15 miliciens islamistes et six policiers ont également trouvé la mort lors des fusillades et des tirs de mortier qui secouent la capitale somalienne depuis deux jours.

Ce nouvel embrasement survient quelques jours après le retour à Mogadiscio du nouveau chef de l'Etat, le président Cheikh Charif Ahmed, pour tenter de former un gouvernement d'union nationale afin de ramener la paix dans ce pays en proie à la guerre civile et à l'anarchie depuis 18 ans.

Les membres du groupe Chabaab (Jeunesse), qui ont pris les armes dans la capitale contre le gouvernement et la force de paix de l'Union africaine forte de 3.500 soldats ougandais et burundais, se sont aussi emparés de la localité d'Oddur, dans le centre du pays, au terme d'un bref affrontement mercredi avec des milices progouvernementales.

Selon un notable local joint au téléphone, les combattants islamistes patrouillent dans les rues de la ville désertée par les miliciens. Les combats auraient fait 18 morts.

Abdi Cheikh et Abdi Gouled,
version française Jean-Loup Fiévet

___________________________ 8 - IRIN (ONU) (En Anglais)

Les récents combats en Somalie peuvent saper l'action du nouveau gouvernement. // SOMALIA: Renewed fighting could undermine new government

The latest fighting in Mogadishu, in which dozens have been killed and thousands displaced since 23 February, is an attempt to wrongfoot the new government, led by President Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, observers and analysts said.

"The fighting is an attempt to derail and pre-empt the new president's actions regarding reconciliation," said a Nairobi-based regional analyst, who requested anonymity. "It is bad but not fatal to Sheikh Sharif's efforts."

Noting that the clashes underlined the urgency with which Sheikh Sharif must move to build a coalition and secure the city and south-central Somalia, he warned that the president would be in an untenable position if the African Union Mission in Somalia (AMISOM) troops used disproportionate force.

Timothy Othieno, a regional analyst at the London-based Overseas Development Institute, told IRIN the fighting had complicated the current initiatives to stabilise Mogadishu and Somalia in general. Sheikh Sharif, he added, needed to negotiate with the opposition based in Asmara, Eritrea.

"If he can come to some agreement with [the group in] Asmara, then deal with Sheikh Aweys [one of the former leaders of the Union of Islamic Courts and head of the Asmara-based opposition] and Al-Shabab [rebel group], only then can pressure be brought to bear on Al-Shabab's fragmented units and their various backers.

"The reality is that the current crisis is, once gain, tied to regional politics - the Eritrea/Ethiopia problem. Sheikh Sharif is seen as an Ethiopian (and by extension the US) compromise and not trusted by hardliners (Al-Shabab and Sheikh Aweys et al) and most importantly Eritrea."

However, Abdi Mohamed Baffo, a Somali analyst, said the fighting showed the weakness of the opposition. "By showing flexibility and agreeing to talk to [everyone], the new president has painted his opponents into a corner."

Religious leaders and Hawiye (the predominant clan in Mogadishu) elders had supported the president's position, he added. "The fighting is intended to muddy the waters," Baffo added. "If anything it is making people angrier and put him [the president] in a stronger position."

Reconciliation process "on track"

Interior Minister Sheikh Abdulkadir Ali Omar said the fighting was "regrettable and unnecessary", but added that it would not deter the government from proceeding with the reconciliation process.

"Any differences between Somalis can be and should be resolved through dialogue," he told IRIN. "The Somali people do not need any more fighting."

Clashes between government forces, backed by AMISOM troops, and Hisbul Islami, formed by a breakaway faction of the Alliance for the Reliberation of Somalia and three other insurgent groups, have reportedly killed at least 40 people and injured 89 more, local sources said.

The fighting reportedly started when Hisbul Islami forces moved into areas of Hodan and Hawl-Wadag, south Mogadishu.

"Thousands of families are fleeing the districts of Hodan and Hawl-Wadag," Ali Sheikh Yassin, acting chairman of the Mogadishu-based Elman Human Rights Organisation (EHRO), told IRIN.

"Since the withdrawal of Ethiopian troops [in late January], there has been a steady return of people to the area," he added. "Now that has been reversed in two days."

Yassin called on both sides "to stop the indiscriminate shelling of populated areas". The fighting, he added, had shocked the people of Mogadishu who expected a reprieve after the withdrawal of Ethiopian forces and election of the new president.

"It came at the wrong time, when people least expected it," he said.

The fighting reportedly subsided on 25 February, but a medical source said more injured were being brought to Madina Hospital in Mogadishu.

"They have just brought two small children and other wounded have been coming in all day," he said. Most of the wounded were women, children and the elderly.

A civil society source said the fighting would discourage many internally displaced persons from returning. Bakara market, the country's largest, was one of the hardest-hit areas, he added.

___________________________ 7 - XINHUA

Somalie : 10 morts dans des combats à Mogadiscio

Une dizaine de personnes ont été tuées et une cinquantaine d'autres blessées dans des bombardements et des fusillades entre groupes insurgés et forces de maintien de la paix de l'Union Africaine dans la capitale somalienne, Mogadiscio, ont rapporté mardi des témoins et des responsables de la santé.

Un obus a touché une clinique à Zobe, où des gens attendaient et six personnes ont été tuées et beaucoup d'autres blessées, a indiqué à Xinhua Mohamed Omar, un habitant.

D'autres témoins ont confirmé ces chiffres et ont ajouté que la plupart des victimes souffrent de blessures graves et ont été immé diatement transportées à l'hôpital.

Quatre autres personnes ont été tuées par un obus qui est tombé près du principal marché de Mogadiscio, Bakara, alors que plusieurs autres ont été blessées.

Des officiels de la santé de l'hôpital Medina ont indiqué qu' une cinquantaine de civils blessés ont été admis à l'hôpital.

Les combats, qui refont surface après des semaines d'un calme relatif, ont éclaté après que les combattants du groupe insurgés Hezbul Islam ont attaqué des bases des forces de maintien de la paix de l'Union africaine près du principal carrefour K4 dans le sud de la capitale somalienne, où les troupes sont stationnées afin de protéger les principales routes menant à l'a éroport et au palais présidentiel.

Les combats ont repris alors que le président somalien, Cheikh Sharif Cheikh Ahmed, est rentré à Mogadiscio lundi pour tenter de se réconcilier avec ses adversaires, qui ont promis de poursuivre les combats contre les forces du gouvernement somalien et les quelques 3 500 soldats de l'Ouganda et du Burundi, actuellement déployés à Mogadiscio.

Les soldats, qui gardent les principales installations du gouvernement dans la capitale, ont essuyé dimanche leurs plus lourdes pertes humaines en une seule attaque quand deux kamikazes ont fait exploser une base utilisée par le contingent burundais, tuant 11 soldats et en blessant une quinzaine d'autres.

___________________________ 6 - Le Monde

L'ONU s'inquiète des risques d'échec de ses opérations de maintien de la paix

L'avertissement ne saurait être plus clair. "Le maintien de la paix de l'ONU est poussé dans ses retranchements", a alerté, lundi 23 février, Alain Le Roy, le chef des opérations de paix des Nations unies. Le diplomate français a mis en garde un comité onusien de près de 140 pays contre "l'échec" possible de certaines des missions les plus périlleuses de l'ONU : au Darfour, en République démocratique du Congo (RDC), et demain au Tchad ou en Somalie. "Nous sommes souvent incapables de trouver les ressources dont nous avons besoin, et nous nous débattons avec des mandats de plus en plus complexes, musclés, dans des environnements souvent hostiles", a-t-il expliqué.


Les faits Ban Ki-moon appelle Mugabe à libérer les prisonniers politiques

Selon un rapport du Center on International Cooperation (CIC), "2008 a été la pire année pour le maintien de la paix depuis plus d'une décennie". Quoique moins meurtrières, les crises de 2008 ont, selon les auteurs, "rappelé à la mémoire" les échecs du maintien de la paix des années 1990, en Somalie, en Bosnie ou au Rwanda. C'est "l'entreprise du maintien de la paix tout entière" qui est "au bord du gouffre", prévient le CIC, hébergé par la New York University. Les chercheurs estiment en outre que la crise financière "menace de réduire les ressources allouées".

MANQUE DE MOYENS

Les opérations onusiennes ont augmenté de façon exponentielle ces dernières années, pour atteindre aujourd'hui le chiffre de 112 000 personnes déployées dans 18 missions, avec un budget de plus de 7 milliards de dollars (5,45 milliards d'euros). L'organisation est victime de ses succès, certes fragiles, en Sierra Leone, au Timor Leste, au Liberia ou en Haïti. A tel point que les dirigeants onusiens redoutent que le Conseil de sécurité oublie les leçons des échecs passés, et notamment le fait que les casques bleus sont efficaces pour maintenir la paix, non pour l'imposer.

Les déploiements récents au Darfour, en RDC, bientôt dans l'est du Tchad, et peut-être en Somalie, se font en l'absence de véritables processus politiques, parfois sans l'accord des belligérants, "dans des situations où l'ampleur des hostilités menace de submerger les capacités de réponse", a prévenu Alain Le Roy. Les moyens en hommes et en matériel font défaut, comme au Darfour, où l'ONU réclame toujours en vain des hélicoptères. De fait, les pays contributeurs de troupes sont "mis à rude épreuve par les demandes cumulatives de l'ONU, de l'OTAN, de l'Union africaine (UA) et de l'Union européenne (UE)".

Un fossé s'est aussi creusé entre les pays occidentaux, qui décident des missions de paix et les financent, et les pays africains ou asiatiques, dont les soldats exécutent les tâches les plus dangereuses. Une des dernières actions de l'administration Bush à l'ONU a été de militer en faveur d'une mission en Somalie, pour laquelle aucun pays, ou presque, n'est volontaire. De son côté, la France a oeuvré pour que l'ONU prenne le relais de l'UE au Tchad, alors que, selon le rapport du CIC, il existe "des doutes sur le réalisme" de cette mission.

L'ONU, la France et le Royaume-Uni, inquiets de la situation, ont ouvert une réflexion de fond. L'année "2009 sera cruciale", a expliqué Alain Le Roy, qui estime que plusieurs missions des Nations unies font "face à des risques d'une telle ampleur qu'on ne peut pas écarter la possibilité d'un échec".

Philippe Bolopion

____________________________ 5 - Shabelle (En Anglais)

Environ 80 parlementaires somaliens ont regagné Mogadiscio après avoir séjourné à Djibouti. // Somali lawmakers reach Mogadishu

A bout 80 Somali lawmakers from neighboring Djibouti have reached in Mogadishu, officials said on Wednesday.

Hassan Keynan, a Somali MP said that Somalia’s parliament would relocate to the country. The parliament met in Djibouti and elected president Sheik Sharif Sheik Ahmed.

He said that it has been decided that the government will be relocated to the capital Mogadishu.

Baidoa, the seat of the parliament has been captured by al-Shaaab Islamists after the Ethiopian troops withdrew from the town.

President Sheik Sharif Sheik Ahmed returned back to Mogadishu on Monday to pave the way for the relocation of the government

____________________________ 4 - Le Monde

Somalie : les islamistes prennent une ville

Les islamistes extrémistes somaliens shebab ont pris, mercredi 25 février, une localité proche de la frontière avec l'Ethiopie après avoir défait les forces progouvernementales lors de combats qui ont fait 17 morts, ont indiqué des autorités locales et le porte-parole des shebab.

"La ville de Hodur [300 km au nord-ouest de Mogadiscio] est aux mains des shebab et il n'y a plus de combats dans la ville maintenant", a déclaré un chef coutumier de la localité, Adan Mohamed Yunus. "Il y a eu de violents combats ce [mercredi] matin et les forces gouvernementales ont fui", a expliqué un habitant, Mohamed Dirie.

Selon des chefs coutumiers de la localité, les affrontements ont fait 17 morts, essentiellement des combattants. Les shebab ("jeunesse" en arabe) sont à la tête de l'insurrection armée en Somalie et ont promis d'appliquer la charia (loi islamique) dans le pays. Depuis le départ en janvier des troupes éthiopiennes alliées au gouvernement somalien, les shebab se sont engagés à poursuivre leur combat contre la force de paix de l'Union africaine en Somalie.

____________________________ 3 - Shabelle (En Anglais)

Le porte parole de l'association des poètes somalis dénoncent les combats récents qui ont fait plus de 25 victiemes à Mogadsicio. // Somali poets denounce fighting in Mogadishu

Osman Abdullahi Gure, the spokesman of the Somali poets’ council has Wednesday denounced the fighting continuing in the Somalia capital Mogadishu that killed more than 25

The fighting started after Islamist rebels attacked government soldiers and African Union bases in Mogadishu on Tuesday and the two sides have exchanged heavy gunfire and mortar shells that caused more casualties including deaths and wounds.

Mr. Gure said that it not good thing to hear dying and injuring civilians and suggested for the warring sides to stop the fighting as soon as possible and urged them to talk together tosolve everything peacefully saying that fighting does not bring any benefits.

“We are very sorry about the fighting that is continuing in the capital and I can say that it unfortunate to kill Somali people at this current time as the Somali people were expecting to live peace and stability,” Mr. Gure said.

The statement of the Somali poets' spokesman Mr. Osman Abdullah Gure comes as heavy fighting between Islamist insurgent forces and government soldiers backing by AMISOM continues in the Somali capital Mogadishu.

____________________________ 2 - Shabelle (en Anglais)

Le porte-parole de l'organisation islamique Al-Islah appelle à la fin des combats à Mogadiscio. // Al-islah calls for Somalis to stop fighting

Sheik Abdirahman Mo’allin Ali, the spokesman of the Islamic Organization of Al-islah has Wednesday called for the warring sides to stop the fighting which is going on in the Somali capital Mogadishu.

Sheik Abdirahman who is in the Kenyan capital Nairobi suggested for both warring sides to end their differences through dialogue saying to exchange weapon is better that to talk to gather to reach peace and solution.

“It is very important to support the peace process going on in Mogadishu and it is wrong to look the bleeding civilians of Somalia. So we are saying to the Somali people to support the peace process and reconciliation,” the spokesman said.

On the other hand the chairman of Hawiye traditional elders Mr. Mohamed Hasan Haad also has called for the forces fighting in Mogadishu to stop the fighting and asserted that fighting is not important at the moment urging them to give full support to the peace efforts going in the country.

Mr. Haad said that they had a promise that the African Union peacekeepers AMISOM will leave from whole the country and suggested to the Somalis to respect the deadline and halt the fighting to save the civilians

The calls of both the Islamic Organization of Al-islah and Hawiye traditional elders comes as fresh fighting restarted in the Somali capital Mogadishu early on Wednesday morning.

____________________________ 1 - Shabelle (en Anglais)

Des combats violents ont repris à Mogadiscio. Ils opposent les islamistes insurgés aux forces gouvernementales. // Fighting restarts in Mogadishu

Heavy fighting between Islamist insurgents and allied troops of the government and AMISOM has restarted in Hodan district in the Somali capital Mogadishu early on Wednesday morning, witnesses said.

At least 27 civilians were killed and about 120 others were injured in yesterday’s fighting in the capital and the sound of gunfire can be still heard around the fighting areas of the Somali capital Mogadishu.

The fighting started after rebel Islamists attacked government forces in a Tribunka area in south Mogadishu, where government soldiers are based.

Medical officials and directors of hospitals in Mogadishu confirmed about 120 wounded civilians were brought in the hospitals.

Dahir Mohamed Mohamud, the deputy director of Medina hospital told Shabelle radio that about 90 wounded civilians were brought in the hospital.

Resident in Towfiiq district in Mogadishu said that a mortar shell had landed in a holy Quran school killing one and injuring nine others those most of them were young children.

People have expressed concern about the fresh fighting.

All parts of the Somali society like the traditional elders, politicians and scholars called for the warring sides to stop the fighting to save the civilians who dying in the gun battle.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.