ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


12/05/09 (B498) Nouvelles de Somalie .... Les violents combats auraient causé la mort de plus de 100 personnes. De nombreux civils fuient la capitale. L'étau se resserre autour du nouveau Président, tandis que le représentant de l'ONU affiche des certitudes sereines et probablement hors de propos ... Les milices Al Shebaab reconnaissent avoir accueilli des renforts de l'étranger. (10 articles en Français et en Anglais)

____________________________ 10 - Presse canadienne

Somalie: 113 morts dans des combats ces derniers jours, selon une ONG


Au moins 113 civils ont été tués au cours d'affrontements dans la capitale somalienne Mogadiscio depuis samedi, selon une organisation de défense des droits de l'homme, Elman Human Rights Organization.

Ali Sheik Yasin Fadhaa, un responsable de l'ONG, a affirmé que 10.000 civils avaient fui leurs maisons dans la seule journée de mardi, faisant passer le nombre de personnes déplacées à plus de 27.000.

Selon la même source, environ 345 civils ont été blessés dans ces violences, les plus graves à Mogadiscio ces dernières semaines.

Les combats pour le contrôle de la capitale entre des rebelles islamistes et des milices pro-gouvernementales ont repris samedi dernier.

Elman Human Rights Organization dresse le bilan des morts et des blessés grâce aux chiffres collectés par ses membres, par les hôpitaux et par les proches des victimes.

Des affrontements violents au cours de la nuit de lundi à mardi ont fait au moins 14 morts dans la capitale, avait auparavant précisé le chef des ambulanciers, Rufai Mohamed. Les responsables de deux hôpitaux de Mogadiscio ont affirmé avoir admis au moins 45 blessés.

La Somalie ne possède plus de gouvernement central depuis la chute du dictateur Mohamed Siyad Barré en 1991.


____________________________ 9 - Le Monde

En Somalie, l'étau se resserre autour du gouvernement qui ne contrôle plus que quelques zones de la capitale


Pour le minuscule Gouvernement d'union nationale (GUN) coincé dans le secteur de Villa Somalia, la présidence, à Mogadiscio, il y a danger de mort. Après des mois de préparation, les groupes extrémistes ont lancé l'assaut contre cet embryon de pouvoir qui ne contrôle que quelques quartiers de la capitale et une poignée de bourgades dans le sud du pays.

La montée en puissance des islamistes radicauxJuin 2006 Après une montée en puissance tout au long de l'année, les forces des Tribunaux islamiques prennent le pouvoir à Mogadiscio, la capitale.

Décembre Une intervention éthiopienne chasse du pouvoir les Tribunaux islamiques. Près d'un million de personnes sont déplacées.

Janvier 2009 Retrait des troupes éthiopiennes de Somalie.

31 janvier Cheikh Chariff Cheikh Ahmed est élu président du gouvernement d'union nationale (GUN) tandis que les shabab prennent le contrôle du sud du pays.

23 avril Une conférence internationale promet le versement de 250 millions de dollars pour appuyer le GUN.

Mai Offensive des groupes islamiques contre le GUN à Mogadiscio.

Depuis jeudi 7 mai, la zone sous son contrôle s'est réduite à l'extrême, grignotée par l'assaut de combattants des groupes shabab ("jeunes") et Hizbul Islam (Parti de l'islam). En quelques jours, les combats à l'arme lourde ont fait des dizaines de morts, de nouvelles destructions, et poussé à l'exode des familles qui étaient rentrées à Mogadiscio ces derniers mois en pariant sur la capacité du GUN à pacifier la capitale.

Adeptes d'un islam fruste et violent, des attentats-suicides et d'une version extrême du huddud (les châtiments corporels), déployant au vent leurs drapeaux noirs, leurs visages masqués, les combattants shabab lancent désormais leurs forces à l'assaut de la capitale avec l'appui du Hizbul Islam et, pour la première fois, de combattants venus de l'extérieur de la Somalie, armes à la main.

La coalition shabab-Hizbul Islam gagne du terrain. Les forces du GUN qui occupaient des secteurs stratégiques de la capitale, comme le stade, l'ex-ministère de la défense, les anciennes usines de cigarettes ou de spaghettis, ont fui pendant le week-end devant les attaques, abandonnant ou vendant une partie de leur matériel aux insurgés. Ces derniers sont maintenant à portée de tir de la présidence et contrôlent les villes des environs, enserrant la capitale.

Les soldats de la Mission de l'Union africaine en Somalie, l'Amisom (5 100 hommes à Mogadiscio), qui doivent former les troupes du GUN si celui-ci n'est pas balayé, pourraient être amenés à défendre ce réduit, qui communique avec le port. L'un des chefs des attaquants, Cheikh Hassan Dahir Aweys, a assuré qu'il chasserait ces soldats ougandais et burundais, qu'il qualifie de "vermine" et, d'une manière générale, d'impies.

Les shabab ont beau affirmer, encouragés à distance par Oussama Ben Laden, être engagés dans un djihad, la guerre qu'ils ont déclenchée dans la capitale semble plus nourrie par des enjeux de pouvoir que par la religion. Cheikh Chariff Cheikh Ahmed, le président du GUN, est un islamiste qui vient d'instaurer l'usage de la charia, et a obtenu d'un groupe d'oulémas qu'ils lancent une fatwa contre les assaillants, au nombre desquels se trouve Cheikh Hassan Dahir Aweys, la figure tutélaire de l'islamisme somalien rentré d'exil en Erythrée juste au moment où la communauté internationale décidait, fin avril, de soutenir financièrement le GUN.

Les deux "Cheikh", Hassan et Chariff, siégeaient côte à côte il y a trois ans au sein du mouvement armé des Tribunaux islamiques, qui avait pris le pouvoir à Mogadiscio en 2006, avant d'en être chassés six mois plus tard par une intervention éthiopienne soutenue par les Etats-Unis. Un mouvement insurrectionnel était né, où avaient prospéré les extrémistes initialement marginaux au sein des Tribunaux islamiques. A la suite d'une conférence tenue à Djibouti, un nouveau pouvoir de transition a été formé en janvier 2009, dirigé par Cheikh Chariff Cheikh Ahmed. Aujourd'hui, les deux anciens alliés se font la guerre alors que les Ethiopiens se sont retirés.

"Ce qui se passe est grave, s'alarme Ahmedou Ould Abdallah, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Somalie, les adversaires du processus en cours et les Etats qui les soutiennent voient le pouvoir actuel consolider sa position. Ils veulent interrompre cette consolidation." Désignant l'"alliance hétéroclite" qui menace l'existence du GUN, M. Ould Abdallah ajoute qu'elle reçoit l'appui "des Erythréens, des djihadistes et de combattants étrangers".

APPUI DE L'AMISOM

Cheikh Chariff Cheikh Ahmed, qui compte sur l'appui des soldats de l'Amisom, a dénoncé à Mogadiscio les "soi-disant Somaliens" qui l'attaquent et "travaillent pour des pays étrangers".

Plusieurs pays africains ou arabes sont suspectés d'apporter une aide logistique aux attaquants, Erythrée en tête. La semaine passée, un avion Ilyoushine chargé d'armes affrété par un pays de la région a atterri à Balidogle, à cent kilomètres de Mogadiscio, pour livrer des armes aux insurgés. Plusieurs sources, y compris des témoins directs joints par téléphone à Mogadiscio, affirment avoir vu des "étrangers", notamment dans le secteur d'Ikfa Halane, au nord de Mogadiscio, faire le coup de feu aux côtés des groupes extrémistes.

Entre 400 et 600 combattants originaires de la péninsule arabique, d'Asie du Sud, ou des Somaliens vivant dans des pays occidentaux, auraient rejoint les shabab. Récemment, un combattant porteur d'un passeport canadien a été arrêté. Un autre, porteur d'un passeport britannique, a été tué pendant le week-end.

Jean-Philippe Rémy

____________________________ 8 - XINHUA (Chine)

Un envoyé de l'ONU condamne les violences de Mogadiscio

L'envoyé de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah a condamné mardi la poursuite de violences à Mogadiscio visant le gouvernement légimtime somalien.

Dans une déclaration publiée à Nairobi, Ould-Abdallah a dit que les violences, qui ont conduit à des morts et au déplacement d'un grand nombre de civils, étaient totalement inaccepables.

"Il faut mettre fin immédiatement à ces combats. Il faut soutenir le gouvernement légimtime reconnu par la communauté internationale", a souligné Ould-Abdallah.

Les derniers combats à Mogadiscio opposant les forces pro- gouvernementales aux groupes islamistes ont fait plus de 100 morts.

Il a dit que le processus de paix de Djibouti se poursuivait et il est ouvert à tous les groupes soutenant la paix et la stabilité.

Il s'est dit satisfait que l'Union africaine et l'IGAD ont réagi rapidement pour conddamner la reprise de violences à Mogadiscio, rejeter l'agression et préparer une action efficace.

"Rien ne peut justifier cette violence et ceux qui ont lancé ces attaques doivent porter l'entière responsabilité de ses conséquences. Leur intention de poursuivre la violence et l'anarchie des deux dernières décennies doivent être rejetée par le peuple somalien et la communauté internationale", a conclut l'émissaire de l'ONU.


____________________________ 7 - IRIN (ONU) (En Anglais)

Des milliers de somaliens fuient la capitale et les nouveaux combats. // SOMALIA: Thousands flee Mogadishu shelling

Thousands of people have fled five days of fighting between government troops and insurgents in the Somali capital, Mogadishu, a human rights group told IRIN on 12 May.

At least 27,500 people fled their homes between 7 and 11 May, according to Ali Sheikh Yassin, deputy chairman of the Mogadishu-based Elman Human Rights Organisation (EHRO).

With no let-up in the fighting, more families were fleeing, he said.

"Last night [11 May] saw some of the heaviest shelling in both the north and south of the city," Yassin said, adding that he feared the city could soon be empty.

The displacement has been fuelled by indiscriminate shelling.

Yassin said Mogadishu had not witnessed "anything like this even when the Ethiopians were here; they are fighting right in the middle of the civilians".

Hassan Mahamud, a local journalist, told IRIN: "Today [12 May], there are families on every street looking for shelter, taking advantage of a lull in the fighting."

He said the districts of Hodan, Hawl-Wadag, Wardhigley [south Mogadishu], Huriwa, Yaqshid [north] and parts of Dayniile [southwest] had experienced the heaviest shelling and most displacement.

He said many of those fleeing had returned from camps in the past few months.

Awil Ali, a father of eight, who returned to his home in Huriwa from a camp for internally displaced persons (IDP) on the outskirts of Mogadishu, said: "I have had to flee again after only three months; what we witnessed last night was too much. They [the fighting groups] are shelling everywhere."

African Union peacekeepers in Mogadishu: Indiscriminate shelling in the past five days has fuelled the displacement of thousands of civilians from the city - file photo
Ali said some of his neighbours who had never left their homes before were now leaving.

"I honestly cannot say that we have witnessed anything like this before," he added.

Ali, like many of those displaced, was headed towards the Afgoye road, where there are camps for hundreds of thousands of displaced people.

Injured treated "under trees"

Medical sources told IRIN that hospitals in the city were overwhelmed by the number of people seeking treatment since fighting began.

"We are receiving more injured people than we handle; we have twice as many people as the hospital can accommodate," said a medical source. He said many people were being treated "in the corridors and under trees".

More than 100 people have been killed in the latest fighting and close to 300 reportedly wounded, according to sources.

Mogadishu was reported to be quiet on 12 May but the adversaries were reported to be preparing for another round. "This is just a lull," a source said.

Yassin of EHRO said both sides had turned a deaf ear to pleas from civil society groups, elders and religious leaders to stop the fighting.

"We have appealed to them to stop the carnage but no one seems to be listening," Yassin said.

____________________________ 6 - Le Post (Paris)

Mogadiscio: plus de 110 morts dans un conflit avec les « Shabaab »

Plus de 110 morts, presque tous des civils, et au moins 330 blessés dans des conflits qui ont eu lieu ces derniers jours à Mogadiscio en Somalie, comme l'a indiqué le groupe Elman pour la paix et la défense des droits de l'homme. L’exode de la population de la capitale à repris. Nairobi est en grande partie, occupée par le «*Al- Shabaab », considéré comme le bras armé somalien d'Al-Qaïda et soutenu par d'autres forces islamiques, lesquelles mercredi dernier avaient orchestré une attaque à grande échelle.

Auparavant, les rebelles semblaient vouloir un dialogue, quoique très critique, avec le Gouvernement Fédéral de Transition (TFG) à tendance islamique modérée. Les affrontements sont actuellement moins sanglants et la diplomatie tente de trouver une solution « intermédiaire ».

Mais ces dernières semaines, les « Shabaab » et leurs alliés auraient reçu des renforts considérables en hommes et en armes, et, étant donné leur suprématie militaire actuelle, un accord semble de plus en plus improbable.

Selon des sources concordantes, les renforts aux « Shabaab » seraient arrivés à bord d’avions Érythréens.

Pendant ce temps le Président, le premier ministre et plusieurs ministres du Gouvernement Fédéral de Transition (Tfg) se sont regroupés dans la résidence présidentielle, Villa Somalia, et accusent les « Gouvernements étrangers » de soutenir les rebelles pour pouvoir « mettre le feu » à toute la Corne de l'Afrique.


____________________________ 5 - AFP

Combats à Mogadiscio: les shebab admettent l'aide de combattants étrangers

Les islamistes radicaux somaliens des shebab ont pour la première fois admis mardi que des combattants étrangers étaient engagés à leurs côtés dans les derniers affrontements meurtriers contre les forces pro-gouvernementales dans Mogadiscio.

"Ceux qui appellent +étrangers+ nos frères musulmans ont tort, ils sont venus aider leurs frères en Somalie, donc nous ne pouvons pas dire qu'ils sont étrangers", a déclaré à la presse un haut responsable des shebab en charge des affaires régionales, Cheick Hussein Ali Fidow.

"Après l'appel lancé par la communauté somalienne, nos frères mulsulmans sont venus nous rejoindre pour défendre notre pays des envahisseurs venus d'Ethiopie et leurs laquais", a ajouté Cheikh Fidow, sans fournir d'indications sur leur nombre et leurs nationalités.

"Certains sont morts en martyrs, d'autres ont été blessés et les autres sont toujours prêts à se battre par égard pour leurs frères musulmans", a-t-il poursuivi en référence aux combattants étrangers.

Mardi, un haut responsable à la présidence somalienne parlant sous couvert d'anonymat a déclaré que son pays était "en guerre avec des mercenaires étrangers qui déstabilisent la Somalie".

"Ces combattants (étrangers) ont été invités par l'organisation des shebab qui est opposée à la paix", a-t-il ajouté.

De violents affrontements ayant fait au moins 41 morts, ont opposé depuis jeudi dernier les forces du gouvernement alliées à des milices islamistes pro-gouvernementales à des forces anti-gouvernementales, composées essentiellement des shebab et de la milice islamiste du groupe Hizb al-Islamiya.

Mardi à la mi-journée, la situation était calme à Mogadiscio.

Les shebab sont à la tête d'une insurrection en Somalie et ont fait savoir ces derniers mois leur opposition au régime de l'islamiste modéré Sharif Sheikh Ahmed, élu président fin janvier. Ils ont prévenu qu'ils poursuivraient leurs attaques contre les forces gouvernementales jusqu'au départ du président.

Dans un message audio diffusé le 19 mars sur internet, le chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden a enjoint les shebab à renverser M. Ahmed.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991.


____________________________ 4 - JDD

Somalie: Les civils fuient Mogadiscio


Des milliers d'habitants ont fui mardi les quartiers nord de Mogadiscio, en proie à de violents combats entre les forces gouvernementales et les islamistes radicaux de la milice Al Chabaab.

D'après le groupe Elman pour la paix et les droits de l'homme, les affrontements qui ont débuté en fin de semaine dernière ont fait 113 morts et 330 blessés parmi les civils.

Au moins 27 000 civils ont déjà fui la capitale somalienne, ajoute l'organisation. Les deux camps, lourdement armés, sont en outre déchirés par des rivalités internes. Des heurts entre policiers et soldats ont fait six morts lundi, et deux factions insurgées sont désormais en guerre ouverte.


____________________________ 3 - XINHUA (Chine)

Le président somalien jure de défendre le gouvernement

Le président somalien Sheikh Sharif Sheikh Ahmed a déclaré lundi que son gouvernement était déterminé à se défendre contre les rebelles, le conflit entre ceux- ci et l'armée gouvernementale étant dans son cinquième jour.

"La position du gouvernement somalien est de défendre la souveraineté du pays et d'utiliser tous les moyens possibles pour arrêter les combats", a indiqué le préisdent Ahmed lors d'un point de presse à Mogadiscio.

Le conflit, le pire depuis janvier dernier, a éclaté jeudi dernier entre l'armée gouvernementale et les combattants de deux principaux groupes insurgés d'Al-Shabaab et Hezbul Islam.

Les combats ont fait plus de 100 morts et 300 blessés, dont beaucoup de civils.

Le président Ahmed a affirmé que son gouvernement cherche toujours à éviter une guerre, indiquant que les groupes d'opposition ne voulait pas la paix.

Il a aussi accusé certains pays d'utiliser la Somalie comme un endroit pour leurs propres intérêts, sans les nommer.

Le gouvernement somalien contrôle maintenant un tiers de Mogadiscio et certaines villes du centre du pays.

____________________________ 2 - JDD

La Somalie accuse des pays étrangers

Le président somalien a accusé lundi des rebelles islamistes d'être à la solde de gouvernements étrangers. Quatre jours de combats ont fait au moins 70 morts dans le pays.

"Nous avons un gouvernement islamique, mais des soi-disant Somaliens tuent des innocents. Ces gens-là travaillent pour des pays étrangers qui ne veulent pas que notre nation soit en paix", a déclaré Sheikh Sharif Ahmed.

Des rapports des Nations unies accusent l'Erithrée, l'Ethiopie, l'Arabie saoudite, le Qatar et d'autres Etats du Golfe d'avoir violé l'embargo sur les armes qui pèse sur le pays.

____________________________ 1 - Jeune Afrique

Les combats reprennent à Mogadiscio.

Après une accalmie lundi matin, les combats entre groupes islamiques rivaux, qui s'affrontent depuis jeudi, ont repris dans la capitale somalienne.

Les shebab, des miliciens insurgés du groupe islamique radical Al-Chabaab, continuent de s'opposer violemment aux forces pro-gouvernementales à Mogadiscio. Les combats avaient brièvement cessé lundi matin, avant de reprendre à la mi-journée. "Les combats sont très violents et les deux camps utilisent des batteries anti-aériennes et des mitrailleuses lourdes", a déclaré à l'AFP un officier de police sur place, Mohamed Abdi.

Dimanche, au moins 15 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées par un obus de mortier tombé devant une mosquée dans le sud de Mogadiscio, lors de combats entre l'armée somalienne (formée notamment d'islamistes modérés) et les rebelles radicaux d'Al-Chabaab (Jeunesse). Selon des membres de la mosquée, l'obus avait été tiré depuis une zone contrôlée par des forces pro-gouvernementales.

Près de 50 personnes ont par ailleurs été tuées, et 190 autres blessées, dans les attaques à l'arme lourde qui font rage depuis jeudi dernier, a-t-on appris de source hospitalière. Le cheikh Mohamed Ibrahim Bilal, l'un des dirigeants du groupe islamiste Al-Chabaab, a affirmé que ses hommes avaient tué plusieurs soldats gouvernementaux et leurs alliés dans le nord de la ville. Selon ses dires, les rues de la capitale somalienne sont jonchées de cadavres et les rebelles contrôlent le nord de la ville.

Objectif : renverser le gouvernement

Cet affrontement armé est l'un des plus graves depuis la formation du nouveau gouvernement qui a suivi l'élection du président Cheikh Sharif Cheikh Ahmed en janvier dernier.

Les groupes rebelles Al-Chabaab et Hezbul Islam ont déclaré que leur objectif était de renverser le gouvernement du président Ahmed. Ils exigent aussi que les troupes de l'Union africaine quittent le pays.

Le gouvernement, qui contrôle une petite partie de la capitale et certaines villes au centre du pays, accuse pour sa part les groupes anti-gouvernementaux d'avoir engagé des étrangers dans les derniers combats contre l'armée gouvernementale.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.