ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


14/05/09 (B498) Nouvelles de Somalie .... (16 articles en Français et en Anglais)

___________________________ 16 - Le Temps (Suisse)

Violents affrontements à Mogadiscio

Le pouvoir du nouveau président Cheikh Charif Cheikh Ahmed est contesté par les insurgés islamistes

On a cru, un temps, que la désignation en janvier dernier de Cheikh Charif Cheikh Ahmed à la présidence du gouvernement d’union nationale ouvrirait un nouveau chapitre de l’histoire de la Somalie. Les violents combats qui secouent sa capitale dévastée, Mogadiscio, démontrent que loin de s’extirper du chaos, le pays reste la proie de ses démons islamistes.

Nouvel exode

Depuis jeudi dernier, les affrontements ont opposé les forces gouvernementales à des miliciens insurgés, dont les combattants de la milice radicale des shebab appuyés de recrues étrangères. Les heurts ont causé la mort de douzaines de personnes, blessé des centaines de civils et contraint des milliers d’autres à un nouvel exode.

«Tous ces groupes n’obéissent pas nécessairement à la même autorité. Les combats ont eu lieu dans différents quartiers de l’agglomération, relate François Piguet, chercheur à l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. L’enjeu est le contrôle du territoire, des points de passage stratégiques, des pistes d’atterrissage et tout endroit qui recèle des possibilités de revenu.»

«C’est une tentative de prise de pouvoir par la force, une tentative de coup d’Etat», a dénoncé mercredi Ahmedou Ould-Abdallah, le représentant spécial de l’ONU en Somalie, en marge d’une réunion que lui consacrait l’Union africaine. Il a nommément mis en cause Cheikh Hassan Dahir Aways, le chef des Tribunaux islamiques qui avaient régné sur Mogadiscio en 2006 avant d’être renversé par l’armée éthiopienne. Exilé en Erythrée, il vient de faire son retour en Somalie. Avec l’intention vraisemblable d’en découdre avec le président Cheikh Charif Cheikh Ahmed, qui fut son allié au sein des Tribunaux islamistes.

Cet ancien radical rallié à la modération a été le principal interlocuteur somalien du processus de stabilisation lancé à Djibouti l’an passé par les Nations unies. Cheikh Charif Cheikh Ahmed est appuyé par la communauté internationale qui lui a accordé 165 millions d’euros de soutien financier lors d’une récente conférence à Bruxelles.

___________________________ 15 - XINHUA (Chine)

La Ligue arabe appelle au cessez-le-feu et à la réconciliation en Somalie

La Ligue arabe a appelé merecredi à un cessez-le-feu en Somalie et au dialogue pour résoudre les differends et parvenir à une réconciliation dans ce pays déchiré par la guerre.

Le secrétariat général de la Ligue arabe a demandé à toutes les parties en Somalie de mettre fin à tous les types de combat et toutes les formes de violence, et d'éviter plus de souffrances pour leur pays et leur peuple.

"Nous suivons malheureusement la situation en Somalie, nous voyons plusieurs morts et blessés et le déplacement des milliers de Somaliens. Nous condamnons les attaques armées", a dit le secréatariat général dans un communiqué.

Les combats entre les forces pro-gouvernementales et les groupes islamistes, qui ont éclaté jeudi dernier à Mogadiscio, ont fait déjà près de 150 morts et 400 blessés, selon une organisation humanitaire locale.

Le président somalien Cheikh Sharif Cheikh Ahmed s'est engagé à prendre des actions plus énegétiques contre les islamistes radicaux, si ces derniers poursuivent leurs attaques.

Le gouvernement de transition somalien, qui contrôle maintenant près d'un tiers de Mogadiscio et une couple de villes dans le centre du pays, a du mal à exercer son autorité dans la capitale et dans le centre-sud du pays.

La Somalie, avec une population de 8 millions d'habitants, est plongée dans l'anarchie et le conflit depuis la chute de son gouvernement central en janvier 1991.



___________________________ 14 - La Croix avec AFP

Somalie: l'envoyé de l'ONU accuse un chef islamiste de "tentative de coup"

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a accusé mercredi l'un des principaux responsables des islamistes radicaux somaliens, cheikh Hassan Dahir Aweys, d'avoir mené "une tentative de coup d'Etat" à Mogadiscio ces derniers jours.

"Les attaques de ces derniers jours (...) à Mogadiscio, c'est une tentative de prise de pouvoir par la force, une tentative de coup d'Etat", a déclaré à la presse M. Ould-Abdallah en marge d'une réunion sur la Somalie au siège de l'Union africaine (UA) à Addis Abeba.

"Aweys est venu pour prendre le pouvoir et renverser un régime légitime, qui a repoussé cette tentative de coup", a-t-il ajouté.

Un haut responsable de l'ONU a appelé mercredi au déploiement en Somalie d'une force internationale crédible qui puisse aider le fragile gouvernement de transition à repousser la menace des islamistes radicaux.

"Le gouvernement doit être soutenu par une force de sécurité crédible qui puisse l'aider à négocier en position de force et à contenir les éléments extrémistes qui s'efforcent de l'affaiblir", a déclaré Lynn Pascoe, secrétaire général adjoint aux affaires politiques, au Conseil de sécurité.

De violents affrontements ayant fait au moins 41 morts ont opposé depuis jeudi dernier à Mogadiscio les forces du gouvernement alliées à des milices islamistes pro-gouvernementales à des forces anti-gouvernementales, composées essentiellement des shebab et de la milice islamiste du groupe Hizb al-Islamiya.

Au moins huit personnes ont été tuées dans le centre de la Somalie dans des combats opposant des miliciens pro-gouvernementaux à des islamistes radicaux shebab, ont indiqué mercredi des chefs coutumiers.

Les combats ont éclaté mardi soir dans la localité de Mahas (300 km au nord de Mogadiscio) lorsque les forces pro-gouvernementales ont attaqué des positions des shebab, selon les mêmes sources.

"Des militants islamistes loyaux au gouvernement ont attaqué les shebab. Quatre civils et quatre combattants sont morts dans les affrontements", a expliqué à l'AFP l'un de ces chefs coutumiers, Abdi Ali Shegow, joint au téléphone depuis Mogadiscio.

Les shebab sont à la tête d'une insurrection en Somalie et ont prévenu ces derniers mois qu'ils poursuivraient leurs attaques contre les forces gouvernementales jusqu'au départ du président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré élu fin janvier pour tenter de mettre fin à une guerre civile débutée en 1991.

"Les shebab sont une alliance hétéroclite qui a montré son vrai visage: il ne s'agit pas pour eux d'un combat politique ou religieux, mais d'une bataille économique pour préserver leurs intérêts dans des affaires plus ou moins douteuses", selon l'envoyé de l'ONU.

"S'ils étaient aussi puissants qu'ils l'affirment (...), pourquoi n'ont-ils pas pris la capitale?", s'est interrogé M. Ould-Abdallah. "Il s'agit juste d'une rébellion qui combat un gouvernement légitime, certes faible, mais qui a le pouvoir et doit être soutenu et renforcé".

Cheikh Aweys est rentré en avril en Somalie après deux ans d'exil en Erythrée.

Il est l'ancien numéro 1 des tribunaux islamiques somaliens, qui contrôlaient au deuxième semestre 2006 la majeure partie du sud et du centre de la Somalie, dont Mogadiscio, avant d'être mis en déroute par l'armée éthiopienne début 2007. A cette époque, il était allié de l'actuel président somalien.

De son côté, le commissaire à la paix et la sécurité de l'UA, Ramtane Lamamra, a jugé que "l'attaque des shebab (avait) été repoussée" et que la situation était "sous contrôle".

"Les insurgés avec une aide extérieure ont pour la première fois réussi à déployer du matériel lourd", a-t-il relevé.

Il a également annoncé un prochain renforcement de la force de paix de l'UA en Somalie (Amisom) avec des troupes burundaises et sierra-léonaises.

Ces renforts porteront à 5.800 les effectifs de l'Amisom, déployée à Mogadiscio depuis mars 2007. Depuis cette date l'Amisom a déploré 43 morts et plus d'une centaine de blessés, selon l'UA.

____________________________ 13 - MSF

MSF soigne 91 blessés de guerre

Ces cinq derniers jours, de violents combats se sont déroulés dans la capitale de Mogadiscio, faisant de nombreux blessés parmi la population. A l'hôpital MSF, nos équipes ont pris en charge 91 blessés de guerre.

Après une relative accalmie de deux mois dans la capitale somalienne, la violence éclate une fois de plus dans les rues de Mogadiscio.

Du 8 au 11 mai, les équipes MSF de l'hôpital de Daynile, situé en périphérie de Mogadiscio, ont pris en charge 91 personnes.

Les blessés, provenant de quartiers residentiels de la capitale, souffraient de blessures causées par des explosions ou des balles.

Parmi ces 91 personnes, 38 étaient des femmes et des enfants âgés de moins de 14 ans, signe que la population civile paie un lourd tribut à la guerre.

Aide aux déplacés. Alors que ces dernières semaines une partie de la population commençait à revenir à Mogadiscio, la résurgence des violences dans la ville a poussé des milliers de personnes à fuir vers les camps de déplacés en périphérie, où MSF fournit de l'eau et distribue des biens de première nécessité.

Soins chirurgicaux. En 2008, l'hôpital MSF de Daynile, d'une capacité de 60 lits, a pris en charge 5 250 personnes dans son service d'urgence. Parmi elles, 3 093 souffraient de blessures typiquement associées aux conflits armés. Plus de la moitié des patients des femmes et des enfants de moins de 14 ans.

Distributions. Par ailleurs, MSF a distribué dans quatre camps de déplacés, aux environs de Mogadiscio, plus de 10 millions de litre d'eau, mais aussi des jerrycans et des bâches en plastique.

MSF travaille en Somalie depuis 1991. L'organisation appelle toutes les parties au conflit à respecter la sécurité des populations civiles.

____________________________ 12 - All Africa (En Anglais)

Le président érythréen Issaias déclare que l'Erythrée a le droit et le devoir moral d'aider à la reconstruction de la Somalie. // Eritrea: Support to the Somali Issue Emanates From Its Legal Right And Moral Obligation - President Isaias

In an interview with Shabelle Radio & Television based in Mogadishu, President Isaias Afwerki said that Eritrea's support to Somali nationals fighting for the reconstitution of their country in particular and the Somali issue in general emanates from its legal right and moral obligation, and is not a benevolent gesture. It should also be viewed within the context of Eritrea's endeavors towards promoting regional peace and stability, he added.

Noting that relations between the people of Eritrea and Somalia is both historical and brotherly, the President underlined that the all-round support of the Somali people to the Eritrean people in the days of the struggle for independence occupies a special place in the history of this nation. He further pointed out that Eritrea's present support is essentially channeled to the Somali people and the issue of Somalia in general, rather than to a specific group against another. In this respect, President Isaias elaborated that the Asmara Conference on the Reconstitution of Somalia in which Somali nationalists took part was a vivid demonstration of the aforementioned stance.

In the detailed briefings he gave as regards the history of Somalia in general and the tragic situation that unfolded after 1991 in particular, the President explained that the existing tribal politics fomented by external interference that is exposing people to horizontal polarization is aggravating the Somali issue. In this respect, he called on the Somali people to join ranks and strengthen the struggle for the reconstitution of their country by taking note of the conspiracy targeting their national unity and very existence.

Stressing that Eritrea has no hidden agenda in Somalia, President Isaias indicated that the dissemination of rumors alleging that Eritrea and Ethiopia are 'engaged in proxy war in Somalia' are but totally baseless and a manufactured pure fiction which has been serving as an excuse for invasion and external interference.

He went on to underscore that peace in Somalia means peace in the entire Horn region, and that ensuring Somalia's unity, sovereignty and independence is the pillar for this lofty goal. As such, creating a political atmosphere that would enable the Somalis sit at a round-table and resolve their issue themselves is decisive, President Isaias explained.

The President noted that imposing so-called "government" from the outside is tantamount to adding fuel to the flame, and that attempts to classify the people and leadership of Somalia and their struggle under the label of 'the Asmara wing' or "the Djibouti wing' is but a conspiracy that constitutes an insult to the Somali people's intelligence on the one hand, and making the Somali popular struggle appear as if it is an appendage, as well as part of other state of affairs on the other.

Moreover, he pointed out that it is indeed distressing to witness regional and international organizations blessing the invasion of a member state and paying deaf ear when Somalia languishes for years under the rule of warlords and falling victim to external interference. In this connection, President Isaias stated that the UN, the AU and IGAD are to be held accountable to all the adversities that befell upon Somalia as a result of invasion and external interference. Indicating that the Ugandan and Burundian soldiers deployed around Mogadishu under the guise of 'peacekeeping mission' are only aggravating the situation, and hence should withdraw, the President declared: "How come governments that could not ensure peace and stability inside their own countries claim to bring about peace in another nation?"

Replying to a question whether he believes that there exists terrorism in Somalia, President Isaias explained that the socio-cultural makeup of the Somali people does not provide room for such phenomenon, and that this claim is but a deliberate slander designed to lay the groundwork for invasion and external interference. In this regard, he underscored that there exists no terrorism in Somalia apart from the struggle for the realization of a just cause.

____________________________ 11 - Al Jazeera (En Anglais)

Des combats mortels en Somalie. // Deadly clashes continue in Somalia

At least eight people have been killed in renewed fighting between pro-government forces and armed fighters in the Somali capital, Mogadishu.

Witnesses said gunfire could be heard in the north of Mogadishu as fighters exchanged fire with government forces on Wednesday.

Mogadishu has seen intense fighting since the weekend as fighters from the al-Shabab group seek to topple Sharif Ahmed, the Somali president, and his government.

The clashes have prompted thousands of Mogadishu residents to flee the city.

Help needed

Ali Sheik Yasin Fadhaa, the vice-chairman of the local Elman Human Rights Organisation, said: "Some of them do not know where to go. They need urgent help."

Somalia approves Sharia law

Fadhaa said that his staff throughout Mogadishu had counted at least 5,200 people fleeing on Monday, taking the total since Saturday to more than 17,000.

While vowing to defend his government, Sharif Ahmed has endorsed plans to introduce Islamic law, a key demand by the fighters for their co-operation with his administration.

However, several armed groups such as al-Shabab and Hizbul Islam have refused to hold talks with him, saying Sharif Ahmed is too close to the West.

Years of conflict in Somala has killed tens of thousands, displaced millions and created a security vacuum that has spawned piracy in the Gulf of Aden.


_____________________________ 10 - Shabelle (En Anglais) avec AFP

L'envoyé spécial des Nations unies Ould Abdallah accuse le Cheik Dahir Aweys d'être responsable des récents affrontements à Mogadiscio. // UN Somalia envoy accuses Islamist of coup attempt

The United Nations' top envoy for Somalia blamed Islamist leader Sheikh Hassan Dahir Aweys Wednesday for recent fighting in Mogadishu and accused him of seeking to topple the country's government.

"Aweys came to take power and topple a legitimate regime," Ahmedou Ould Abdallah told reporters on the sidelines of a meeting on Somalia at the African Union's headquarters in Addis Ababa.

"The attacks of the past few days, all that has happened in Mogadishu lately, it's an attempt to seize power by force, it's a coup attempt," he said.

Clashes that started last week between forces loyal to the Transitional Federal Government (TFG) of President Sharif Sheikh Ahmed and radical forces including members of the Shebab group have left some 100 people dead.

Aweys and Sharif were two of the Islamist leaders who took over most of Somalia in 2006 before being ousted by an Ethiopian invasion in support of the TFG.

Sharif eventually joined the UN-sponsored reconciliation process based in Djibouti and was elected Somalia's president in January, days after Ethiopia completed its military pullout.

Aweys has always rejected the Djibouti process and returned from exile in Eritrea last month, vowing he would continue to oppose the government so long as African Union peacekeepers remained on Somali soil.

The Shebab, originally the Islamist movement's youth branch, has radicalised over the past two years and has targeted Sharif's government in recent months.

Ould Abdallah dismissed the idea that the Shebab was an organised political force and insisted that pro-government forces had repelled the danger.

"The Shebab are a ragtag alliance which is showing its true colours now. From their perspective, it's not a political or a religious struggle but an economic one designed to protect often shady business interests," he said.

"If they were as powerful as they claim to be and as their intermediaries in Nairobi say, why haven't they conquered the capital?" UN Secretary General Ban Ki-moon's representative argued.

"It's nothing more than a rebellion combatting a legitimate government which admittedly is weak but still holds power and needs to be supported."

The Shebab movement and its allies control most of southern Somalia and have launched waves of guerrilla attacks in Mogadishu to destablise the transitional administration.

The president's forces control little more than a few districts in Mogadishu.

"The Shebab's attack was defeated. The situation is under control," the African Union peace and security commissioner Ramtane Lamamra said at the same meeting in Addis Ababa.

Lamamra said that the Shebab had deployed heavy military equipment and received the assistance of foreign fighters.

On Tuesday, Ould Abdallah and an official from the Somali president's camp both condemned the growing presence of Al Qaeda-inspired foreign fighters in the Horn of Africa country.

A senior Shebab leader admitted his movement was receiving foreign help.

According to Somali security officials and foreign intelligence sources in the region, extremist fighters have flocked to Somalia since the start of the year and currently number around 500.


_____________________________ 9 - Shabelle (En Anglais)

Les combats reprennent à Mogadiscio. Au moins 10 blessés. // Fresh fighting starts in Mogadishu

At least 11 people were injured in fresh fighting between government troops and Islamist rebels that has flared up near 4 Jardin intersection in the Somali capital Mogadishu, witnesses told Shabelle Media on Wednesday.

Sources said that the fighting started first near 4 Jardin intersection and sparked other neighborhoods in Yaqshid district like Suqba’ad, the second largest market in Mogadishu.

Residents said the fighting was heavy and the two sides have used heavy gun fire. Reports say that the Islamist rebels took control of the contested areas and there is no word from the government yet.

Ali Muse of Mogadishu emergency services told Sabelle Media that they took 11 wounded patients to hospitals.


______________________________ 8 - Shabelle (En Anglais)

Un leader des milices Al Shebaab déclare que le régime somalien actuel ne peut pas être considéré comme un gouvernement islamique. // Al-Shabab leader says government can no be described Islamic one

Sheik Mukhtar Abu Subeyr, the leader of al-shabab said Wednesday in recorded speech which al-Shabab distributed to the media that the Somali government can not be described as an Islamic government.

Sheik Subeyr said the current transitional government ked by Sharif Sheik Ahmed could not be described “Islamic government and not even worth to be called patriotic one.”

He talked about the fighting in Mogadishu and called for the Somali people to support what he called the right and added that the fight is between what is wrong and what is right.

He also urged the journalists to support and the take part “the Jihad” and take care of misleading the population.


______________________________ 7 - Shabelle (En Anglais)

L'UE dénonce les combats à Mogadiscio et les attaques contre le Gouvernement somalien. // EU denounces fighting in Mogadishu

The European Union has harshly denounced the latest fighting in the Somali capital Mogadishu on Wednesday reiterating that EU supports the transitional government of Somalia.

Statement issued by EU High Representative for Common Foreign and Security Policy, Javier Solana who in the Belgian capital Brussels said that the EU is very sorry for the fighting in Mogadishu saying that it affected the Somali civilians in Mogadishu for over the past few days.

The European Union also expressed concern about the attacks against the transitional government of Somalia adding that the government is a government that has full recognition from the world saying that the EU is always ready for giving support and welcoming the reconciliation process of the international contact group of Somalia.

The European Union lastly called for Somalis to halt the fighting in Mogadishu reiterating to they are welcoming the peace process in Somalia.


______________________________ 6 - Shabelle (En Anglais)

Les USA vont affecter 10 millions d'US$ aux forces de l'UA pour le maintien de la paix en Somalie. // U.S. to give 10 million dollars to AU peacekeepers in Somalia

The United States will give 10 million dollars as parts of Washington's contribution to the African Union mission in Somalia (AMISOM), a senior official said here on Tuesday.

Visiting U.S. Assistant Secretary of State in Charge of African Affairs Johnnie Carson told a news conference in Nairobi that the funds would compliment the efforts of the pan-African military force to support a strong government in Somalia.

"Somalia's problems have gone too far for too long. The absence of a central government in Somalia is the underlying cause of piracy and the displacement of over 100,000 inhabitants to neighboring Kenya which in turn stretch the resources of that nation," Carson told journalists in Nairobi.

He said the Djibouti Process that brought Somali President Sheikh Sharif Sheikh Ahmed to power must be supported to bring peace to the region.

On Monday, President Ahmed blamed radical Islamists and foreign governments for the renewed bloodshed.

Fighting has intensified in the Horn of Africa nation, targeting leaders of the fledgling government and has resulted in civilian deaths.

The latest fighting which has killed more than 100 people began on Thursday and escalated over the weekend between pro-government forces and Islamist groups.

A local human right group, the Elman Peace and Human Rights Organisation, said the fighting between hardline Islamist rebels from the Al-Shabaab rebel group and pro-government forces have also wounded 330 people.

Ahmed said the Somali government will defend the country's sovereignty and use any means necessary to stop the fighting. He accused foreign countries of pursuing their own interests in Somalia.

Somalia, a nation of about 8 million people, has experienced almost constant conflict since the collapse of its central government in January 1991.


________________________________ 5 - France Diplomatie

Somalie : attaques contre le gouvernement fédéral de transition (13 mai 2009)

La France condamne fermement les récentes attaques contre le gouvernement fédéral de transition qui ont entraîné de nombreuses victimes civiles et forcé des dizaines de milliers de Somaliens à fuir Mogadiscio.

Nous condamnons les groupes qui cherchent à renverser le gouvernement fédéral de transition, gouvernement légitime issu du processus de paix de Djibouti et soutenu par l’ensemble de la communauté internationale.

Nous sommes préoccupés par les informations faisant état du soutien apporté à ces groupes armés par des éléments étrangers.

Nous réitérons notre plein soutien au gouvernement fédéral de transition mené par le président Sheikh Sharif et appelons toutes les forces somaliennes à rejoindre le processus de réconciliation engagé par le président somalien.

Nous saluons le courage et la détermination des forces de l’AMISOM dans leur mission de protection du gouvernement fédéral de transition face aux assauts des groupes armés.

________________________________ 4 - L'Express avec Reuters

Violents affrontements entre milices rivales en Somalie

De violents combats opposant des islamistes modérés fidèles au gouvernement aux radicaux d'Al Chabaab se sont poursuivis mercredi en Somalie.

COMBATS À L’ARME LOURDE À MOGADISCIO

Au moins 113 civils ont été tués depuis le début des affrontements la semaine dernière. Des milliers d'habitants ont fui les quartiers nord de Mogadiscio, où des combats à l'arme lourde ont à nouveau éclaté mercredi.

Peu d'informations étaient disponibles dans l'immédiat.

Le centre et le sud du pays ont par ailleurs été le théâtre de violents combats entre les islamistes d'Al Chabaab et ceux d'Ahlu Sunna, une milice plus modérée. Selon des témoins, au moins cinq personnes ont été tuées mardi dans la ville de Mahas.

"Les combattants d'Al Chabaab se sont réfugiés dans une mosquée mais les habitants ont tiré sur eux au lance-grenades", a rapporté un habitant, Aden Hussein, joint par téléphone. Des anciens sont ensuite intervenus, a-t-il ajouté, et ont persuadé les miliciens de déposer les armes.

"Nous en retenons 126 en otages", a affirmé Hussein.

L'un des anciens a expliqué à Reuters qu'ils avaient demandé à plusieurs reprises aux insurgés de quitter la ville, située au sud-ouest d'El Bur, un bastion des Chabaab depuis 2006.

"Ils ont fait la sourde oreille mais nous sommes prêts à nous battre si nous sommes attaqués", a dit Mohamed Nur.

Les groupes insurgés veulent renverser le nouveau président cheikh Charif Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier lors de discussions parrainées par l'Onu.

Son arrivée a suscité l'espoir d'une stabilisation du pays, plongé dans l'anarchie et le chaos depuis la chute de l'ancien homme fort Mohamed Siad Barré en 1991.

Plus de 16.000 civils ont été tués depuis le début de l'année 2007 dans les combats, qui ont fait plus d'un million de déplacés.

________________________________ 3 - Le Figaro avec AFP

Somalie: huit tués dans des combats

Au moins huit personnes ont été tuées dans le centre de la Somalie dans des combats opposant des miliciens pro-gouvernementaux à des islamistes radicaux shebab, ont indiqué aujourd'hui des chefs coutumiers.

Les combats ont éclaté mardi soir dans la localité de Mahas (300 km au nord de Mogadiscio) lorsque les forces pro-gouvernementales ont attaqué des positions des shebab, selon les mêmes sources.

"Des militants islamistes loyaux au gouvernement ont attaqué les shebab. Quatre civils et quatre combattants sont morts dans les affrontements", a expliqué à l'AFP l'un de ces chefs coutumiers, Abdi Ali Shegow, joint au téléphone depuis Mogadiscio.

De violents affrontements ayant fait au moins 41 morts ont opposé depuis jeudi dernier à Mogadiscio les forces du gouvernement alliées à des milices islamistes pro-gouvernementales à des forces anti-gouvernementales, composées essentiellement des shebab et de la milice islamiste du groupe Hizb al-Islamiya.

Les shebab sont à la tête d'une insurrection en Somalie et ont prévenu ces derniers mois qu'ils poursuivraient leurs attaques contre les forces gouvernementales jusqu'au départ du président Sharif Sheikh Ahmed, un islamiste modéré élu fin janvier. La Somalie est en guerre civile depuis 1991.

________________________________ 2 - XINHUA (Chine)

L'AMISOM bénéficiera d'un aide financière de Etats-Unis


Les Etats-Unis accorderont 10 millions de dollars à la Mission de l'Union africaine en Somalie ( AMISOM), a affirmé le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé des affaires africaines, Johnnie Carson, lors d'une conférence de presse à Nairobi.

La somme est un soutien aux efforts que l'AMISOM a déployés en vue d'un gouvernement puissant en Somalie.

"Le problème de la Somalie est allé trop loin et trop longtemps. L'absence d'un gouvernement central en Somalie est une cause sous- jacente de la piraterie et du déplacement de plus de 100.000 habitants vers le Kenya voisin", a indiqué M. Carson.

Il a souligné que le processus de Djibouti, qui avait porté Sheikh Sharfi Sheikh au pouvoir, doit être soutenu, pour réaliser la paix de la région.

L'annonce de cette aide financière par les Etats-Unis intervient au moment où les combats entre l'armée somalienne et les éléments des groupes antigouvernementaux font rage depuis jeudi dernier, causant la vie à plus de 100 personne.


________________________________ 1 - XINHUA (Chine)

L'UA continue de suivre la situation en Somalie

L'Union africaine (UA) continue de suivre de près la situation en Somalie et maintient une liaison étroite avec le gouvernement fédéral de transition ( TFG) et ses partenaires, a déclaré mardi le président de la Commission de l'UA, Jean Ping.

Il a une fois de plus fermement condamné les combats actuels dans la capitale somalienne, Mogadiscio, après les attaques des éléments hostiles à la paix sur le TFG.

Les tous récents combats, qui ont fait plus de 100 morts, ont commencé jeudi et se sont intensifiés pendant le week-end entre les forces progouvernementales et les groupes islamistes.

Un groupe local des droits de l'homme, l'Organisation des droits de l'homme et la paix Elman, a indiqué que les combats entre les rebelles islamistes radicaux et les forces gouvernementales ont aussi fait 330 blessés.

La mission de maintien de la paix de l'UA en Somalie (AMISOM) compte actuellement près de 3.400 soldats fournis par l'Ouganda et le Burundi. Les forces font partie des troupes de maintien de la paix de 8.000 hommes autorisées par l'ONU mais les autres pays africains qui ont promis de contribuer n'ont pas encore réagi en raison des contraintes financières et logistiques.

Dans une déclaration, Jean Ping a indiqué que la Commission de l'UA organise une rencontre des ministres de la Défense des pays contributeurs "pour passer en revue la situation et s'accorder sur des mesures supplémentaires à prendre pour soutenir davantage le processus de paix et de réconciliation en Somalie".

Cette rencontre évaluera la situation sécuritaire actuelle à Mogadiscio assurera le suivi des résultats de la Conférence internationale de Bruxelles pour la sécurité somalienne et de l'AMISOM qui viennent juste de s'achever, a-t-il affirmé.

La Somalie, une nation d'environ huit millions d'habitants, a connu pratiquement des combats de façon ininterrompue depuis la chute de son gouvernement central en janvier 1991.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.