ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


27/05/09 (B500) Nouvelles de Somalie ... (5 articles en Français et en Anglais)

________________________ 5 - Google avec AFP

Une journaliste canadienne retenue en otage en Somalie affirme être malade De Dean Bennett

Une journaliste pigiste canadienne retenue en otage en Somalie affirme être malade et supplie le gouvernement fédéral de la ramener chez elle, selon une dépêche de l'Agence France-Presse (AFP).

"La situation ici est très désespérée et sérieuse, a affirmé Amanda Lindhout, dimanche, au cours d'une entrevue téléphonique avec l'AFP. Je suis en otage depuis neuf mois. Les conditions sont très mauvaises. Je ne bois pas d'eau potable. Je ne suis nourrie qu'une fois par jour, tout au plus."

Mme Lindhout et un collègue, Nigel Brennan, un photographe australien, figuraient parmi un groupe de personnes qui ont été kidnappées le 23 août près de la capitale de la Somalie, Mogadiscio. Hormis la journaliste et le photographe, les autres personnes enlevées, toutes des Somaliennes, ont depuis été libérées.

"Je suis malade depuis des mois, a poursuivi Mme Lindhout. A moins que mon gouvernement, les Canadiens, ma famille et mes amis ne parviennent à verser la rançon de 1 million $ US, je mourrai ici. Cela est certain."

Amanda Lindhout, une pigiste pour la télévision et la presse écrite originaire de Sylvan Lake, en Alberta, et M. Brennan seraient déplacés par leurs ravisseurs de maison en maison. De plus, les négociations pour obtenir leur libération auraient été interrompues à plusieurs reprises.

Lundi, aucun porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Canada n'a pu être joint pour commenter la situation. Le ministère a à maintes fois refusé de commenter cette affaire, affirmant ne pas vouloir miner les efforts pour obtenir la libération d'Amanda Lindhout.

La dépêche de l'AFP indique également que Mme Lindhout semblait lire ou réciter une déclaration.

Lorsque l'agence de presse a demandé à la journaliste de lui donner des détails sur son état de santé, Mme Lindhout a refusé.

"Je ne peux répondre à aucune de vos questions, a-t-elle affirmé. Je vous ai dit tout ce que j'avais le droit de vous dire."

Le bureau africain de l'organisme Reporters sans frontières tente d'en savoir davantage, mais a indiqué qu'il était difficile de confirmer s'il s'agissait bel et bien des voix de Mme Lindhout et de M. Brennan, respectivement âgés de 27 et de 37 ans au moment de leur enlèvement.

Amanda Lindhout a passé les deux dernières années à réaliser des reportages dans certains des pays les plus ravagés par la violence, dont l'Irak.


________________________ 4 - IRIN (ONU)

SOMALIE: Arrêt de l’aide humanitaire à Mogadiscio

Les organisations non-gouvernementales (ONG) locales de Mogadiscio, capitale de la Somalie, ont formé un groupe de travail pour tenter de mobiliser une aide d’urgence au profit de milliers de civils déplacés.

« La situation est tellement grave que si rien n’est fait, beaucoup de gens vont mourir », a déclaré à IRIN Asha Sha'ur, activiste de la société civile, le 25 mai. « Nous appelons les organisations humanitaires internationales à aider ces populations désespérées avant qu’il ne soit trop tard ».

A Mogadiscio, les opérations d’aide humanitaire se sont presque arrêtées en raison de l’intensification des violences. Selon les estimations, entre 57 000 et 60 000 personnes ont fui leurs domiciles depuis les derniers affrontements, le 8 mai, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Selon Ali Sheikh Yassin, vice-président de l’Elman Human Rights Organisation (EHRO), sise à Mogadiscio, 207 personnes ont été tuées depuis les derniers affrontements, le 8 mai. Dans la seule journée du 22 mai, a-t-il rapporté, quelque 59 personnes ont été tuées dans la capitale, mais ce bilan porte uniquement sur les décès qui ont pu être confirmés par l’organisme. « Un grand nombre de personnes ont été enterrées là où elles sont mortes ».

Selon M. Yassin, le bilan des morts inclut sept policiers tués par un kamikaze, le 24 mai.

Les violences ont forcé Médecins sans frontières à fermer son dispensaire, dans la zone de Yaaqshid. Le centre de santé rouvrira ses portes dès qu’un niveau de sécurité minimum sera assuré, a déclaré l’organisme.

« Même les ONG locales ont peur d’intervenir en raison de cette situation de sécurité incertaine », selon un travailleur humanitaire de la région.

La semaine dernière, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a rapporté que son complexe de Jowhar, à 90 kilomètres au sud de Mogadiscio, avait été pillé lorsque la milice Al-Shabab avait pris le contrôle de la ville.

Dans le centre-sud de la Somalie, plus de 50 000 enfants atteints de malnutrition grave et au moins 85 000 enfants souffrant de malnutrition modérée ont été pénalisés par l’interruption de l’approvisionnement en vivres et en médicaments.

Le pillage du 17 mai a abouti à la destruction des réserves, des biens et de l’équipement humanitaires. « L’équipement de la chaîne du froid [nécessaire à l’entreposage des vaccins] a été endommagé : des milliers de doses de vaccins contre la rougeole, la polio et autres, qui devaient permettre d’immuniser les enfants somaliens, ont été détruites », a déclaré l’UNICEF.

Mme Sha'ur ainsi que d’autres leaders de la société civile ont appelé la communauté internationale et les Somaliens de la diaspora à aider des milliers de personnes désespérées, déplacées par les violences qui opposent les forces du gouvernement aux insurgés.

« Nous avons formé ce groupe de travail pour nous assurer d’accompagner [les organisations humanitaires] partout où elles souhaiteront aller », a expliqué Mme Sha'ur. « Nous nous sommes rendus dans certains de ces camps [situés à la périphérie de la ville] et nous avons découvert que les conditions de vie des populations y étaient déchirantes ».

Les nouveaux déplacés vivent en effet dans des conditions déplorables. « Bon nombre d’entre eux n’ont pas où loger, alors ils s’entassent avec d’autres gens dans des espaces exigus ; et ils n’ont pas grand-chose (voire rien) à manger », a rapporté Mme Sha'ur. « Ils ont besoin d’aide dans tous les domaines, mais l’hébergement est leur besoin le plus urgent ».

Nasteho Osman, 29 ans, élève seule ses quatre enfants ; la semaine dernière, elle est retournée aux camps de déplacés qu’elle avait quittés il y a à peine un mois.

« J’étais au marché de Bakara lorsque les affrontements ont éclaté [le 8 mai] ; j’ai dû retourner à la maison en précipitation pour m’assurer que mes enfants étaient en sécurité », a raconté Mme Osman. « Je suis partie il y a dix jours, en n’emportant que ce qu’on pouvait porter ».

La situation s’aggrave dès qu’il pleut. « Nous n’avons qu’une petite cabane qui nous sert d’abri, et quand il pleut, personne n’arrive à dormir », a-t-elle ajouté.

 

________________________ 3 - Romandie News avec AFP

Somalie: L'ONU autorise le maintien de l'Amisom Le Conseil de sécurité a autorisé mardi la prorogation du mandat de la mission de l'Union Africaine en Somalie (Amisom) et une aide logistique onusienne à cette mission, différant de nouveau l'éventuelle décision de déployer une force de l'ONU pour la remplacer.

Le Conseil a adopté à l'unanimité une résolution, numérotée 1872, dans laquelle il "autorise les Etats membres de l'Union africaine (UA) à maintenir l'Amisom jusqu'au 31 janvier 2010" en Somalie, pays où la guerre civile fait rage depuis 1991 et dont la capitale est un champ de bataille.

Il demande au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de "continuer à fournir un ensemble d'appui logistique à l'Amisom comprenant du matériel et des services", jusqu'à la même date.

L'ambassadeur britannique John Sawers a indiqué à la presse que ce soutien logistique serait de 200 à 300 millions de dollars.

Le Conseil prie M. Ban de mettre en oeuvre l'approche prudente, en trois phases, qu'il avait recommandée dans un rapport le 22 avril, pour une possible relève de l'Amisom par une force de l'ONU.

La première phase doit consister pour l'ONU à maintenir son engagement actuel, approuvé dans la résolution 1863 du Conseil de sécurité du 16 janvier: Appui à l'Amisom, à l'édification d'institutions sécuritaires somaliennes, au processus politique et aux activités humanitaires.

Après plusieurs mois et si les conditions de sécurité le permettent, une 2e phase serait engagée, où l'ONU aurait une "empreinte légère" à Mogadiscio, réinstallant son Bureau politique pour la Somalie (Unpos) pour l'aide au processus politique, ainsi que les structures d'appui de l'ONU à l'Amisom pour superviser l'aide humanitaire et les projets de relèvement et développement.

Ces deux phases transitoires permettraient d'évaluer les progrès de l'action du gouvernement fédéral de transition (GFT) somalien en faveur de la sécurité et de la mise en place de ses propres institutions de sécurité, et de jauger l'acceptabilité d'une présence des Nations unies à Mogadiscio.

Le Conseil de sécurité déciderait alors éventuellement du passage à une 3e phase, qui verrait la mise en place d'une opération de maintien de la paix de l'ONU avec 22.500 militaires appuyés par une composante navale.

Le chef de l'ONU fondait son rapport sur le constat que les conditions de sécurité en Somalie ne permettent pas actuellement d'y déployer une opération de maintien de la paix.

L'ONU avait échoué dans une tentative de ramener la paix dans le pays dans les années 90.

La résolution 1872 demande aux parties somaliennes de respecter l'accord de Djibouti conclu entre le GFT et des groupes islamistes modérés mais rejeté par les islamistes radicaux.

Le 7 mai, les insurgés ont lancé à Mogadiscio une offensive sans précédent, menée par la milice "Hezb al-Islamiya" du chef islamiste radical cheikh Hassan Dahir Aweys, et les islamistes radicaux des shebab, pour renverser le président Sharif Cheikh Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier.

Les shebab ont admis le 12 mai pour la première fois que des combattants étrangers étaient engagés à leurs côtés.


________________________ 2 - BBC (En Anglais)

Les troupes éthiopiennes de retour en Somalie. Elles ont traversé la frontière, selon des témoignages // Ethiopia troops 'back in Somalia' Ethiopian military forces have crossed back into Somalia, four months after leaving, witnesses told the BBC.

Their reported return comes as Islamist militants continue to seize towns from the fragile Western-backed government.

One resident said he saw Ethiopian troops digging trenches in Kalabeyr, a town 22km (14 miles) from the Somali-Ethiopian border.

An Ethiopian spokesman denied the reports. Its troops left Somalia in January after two years in the country.

They entered Somalia in 2006 to help oust Islamist forces from the capital Mogadishu but withdrew under a UN-backed peace deal.

When its troops left, Ethiopia made it clear it did still reserve the right to intervene in Somalia if its interests were directly threatened.

There have been several reports of the Ethiopian military crossing into Somali territory for hot-pursuit operations, or to check vehicles moving in the border area.

The BBC's Elizabeth Blunt in Addis Ababa says the latest reported troop movements may well be part of a similar, limited operation.

But Ethiopian foreign ministry spokesman Wahade Belay denied the reports.

"This is a totally fabricated story. We have no plans to go into any of Somalia's territory," he told Reuters news agency.

Language

However, Kalabeyr resident Fadumo Du'ale told the BBC's Mohamed Olad Hassan on Tuesday: "They have crossed the border late last night and they are here now. They look to be stationing here."

Another resident, Tabane Abdi Ali, told the BBC: "We recognise them because of their military uniform and the language they were speaking."

Bus driver Farah Ahmed Adaan told our correspondent he had spotted "a lot" of Ethiopian troops with 12 military vehicles. "Some of them were digging trenches while others were guarding the whole area," he said.

"They stopped me and checked my car and then ordered me to move."

On Sunday, fighters from the al-Shabab group, which is linked to al-Qaeda, took the key town of Jowhar from government forces.

This is the home town of President Sheikh Sharif Sheikh Ahmed and now that the country's rainy season has arrived, Jowhar is the only passable route into central Somalia from the capital.

Since withdrawing at the beginning of the year, Ethiopian troops have kept up a strong presence along the Somali border.

Ethiopia, a US ally, invaded its war-torn neighbour in December 2006 to prop up the transitional government and initially everything went according to plan.

Rebel resistance melted away before the 3,000-strong Ethiopian advance and the Somali government was able to set up in Mogadishu.

But the government did not extend its control and the Islamists continued to launch deadly attacks on both Ethiopian and Somali government forces.

About 4,300 Ugandan and Burundian peacekeepers from the African Union have arrived in Mogadishu, where they have taken up positions vacated by the Ethiopians in January.

But analysts say they are only in effective control of the presidential palace, airport and seaport in Mogadishu, while the Islamist guerrillas control chunks of the capital, along with swathes of central and southern Somalia.


________________________ 1 - RFI

Aweys, l'homme qui veut renverser Cheikh Ahmed


Le président somalien Cheikh Charif Cheikh Ahmed appelle à l'aide la communauté internationale et exhorte les Somaliens à résister. Selon lui, la Somalie « est envahie par des combattants étrangers qui veulent faire ressembler la Somalie à l'Irak ou l'Afghanistan ». Depuis le 7 mai les insurgés ont lancé une offensive à Mogadiscio. Les miliciens shebab ont été rejoints par le vétéran de la mouvance islamiste somalienne, Cheikh Hassan Dahir Aweys, que le président a accusé de vouloir faire un coup d'Etat.

C'est un peu la guerre du père contre le fils. Cheikh Hassan Dahir Aweys, l'homme qui depuis le début du mois a lancé l'offensive à Mogadiscio, a juré de renverser Cheikh Charif Cheikh Ahmed, le président. C'est pourtant Aweys qui a joué un grand rôle dans l'ascension de Cheikh Ahmed.

Aweys qui fut l'inspirateur de la mouvance islamiste radiale en Somalie est l'un des fondateurs des tribunaux islamiques. C'est même lui qui a favorisé la montée en puissance de Cheikh Ahmed au sein de l'union.

En 2007, après la défaite des tribunaux islamiques face à l'armée éthiopienne, les deux hommes se retrouvent en Erythrée et fondent l'ARS (Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie).

Inflexible

Plus âgé que Cheikh Ahmed, plus expérimenté, Aweys est aussi plus inflexible. Il incarne l'aile dure, tandis que Cheikh Ahmed représente l'aile modérée. Alors que ce dernier accepte les pourparlers de paix à Djibouti en 2008, Aweys refuse tout compromis. Il est vrai que la communauté internationale veut minimiser son influence.

Accusé de terrorisme par les Etats-Unis, recherché par Interpol, il fait figure d'épouvantail pour les Américains. Mais Aweys digère mal la montée en puissance de son poulain. Lorsque Cheikh Charif devient président, il rejette sa main tendue et l'accuse d'être le jouet des puissances étrangères.

Aweys forme alors sa propre milice, Hizbul Islam, et s'allie avec les shebab pour lancer une offensive contre le président. En cinq mois Aweys a réussi à démontrer la faiblesse de l'actuel président. Et surtout à se positionner comme un interlocuteur incontournable.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.