ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


07/07/09 (B506-B) Nouvelles de Somalie ..... (4 articles en Français et en Anglais)

_____________________4 - Médecins sans frontières

Somalie : les populations du nord de Mogadiscio fuient la recrudescence des combats

Médecins Sans Frontières appelle toutes les parties au conflit à respecter la sécurité des civils.


MSF travaille en continu en Somalie depuis plus de 17 ans, fournissant des soins médicaux dans 9 régions du pays.

La reprise des combats à Mogadiscio, capitale de la Somalie, a contraint la plupart des habitants des districts de Yaqshid, Karan et Abdil à fuir, selon l'organisation humanitaire médicale Médecins Sans Frontières (MSF).

Les tirs de mortiers incessants, les explosions et les combats entre les différents groupes armés ont entraîné la mort de dizaines de personnes et ont plongé la ville dans le chaos. MSF a dû fermer ses centres de santé dans la zone.

La semaine dernière, MSF a fermé un hôpital pédiatrique et trois centres de santé dans le nord de la ville. Comme le reste de la population, le personnel de MSF a dû fuir cette partie de la capitale, ce qui ne s'était jamais produit en plus de 17 ans de présence de MSF au nord de Mogadiscio.

Au moment de la cessation de leurs activités, les équipes MSF y menaient en moyenne 2 500 consultations externes par semaine, et prenaient en charge environ 400 enfants malnutris.

A l'hôpital de Daynile situé à l'ouest de Mogadiscio, les équipes médicales ont pris en charge 869 personnes et pratiqué plusieurs dizaines d'interventions chirurgicales depuis le début du mois de mai. Parmi les patients soignés en urgence, on comptait 162 enfants de moins de 14 ans et 156 femmes. Douze patients ont succombé à leurs blessures.

« Au cours de ces deux derniers mois, on estime à 200 000 le nombre de personnes qui ont dû fuir vers Afgooye et Jowhar , indique Monica Camacho, coordinatrice de la mission MSF en Somalie, basée à Nairobi. Les gens sont terrorisés et le nombre de morts et de blessés a augmenté de façon spectaculaire au cours des deux dernières semaines. Il est devenu impossible de fournir une assistance médicale et humanitaire. »

Sur la route d'Afgooye, à l'ouest de Mogadiscio, un demi million de personnes vivent dans des abris de fortune, et n'ont qu'un accès très limité aux soins. Ils ne disposent que de très peu de nourriture et d'eau, tandis que les camps de déplacés sont saturés, engendrant un sérieux risque d'épidémie, comme la rougeole ou le choléra.

MSF appelle toutes les parties au conflit à respecter les structures médicales de l'organisation ainsi que le travail du personnel de santé somalien, qui réussissait dans les pires conditions à fournir jusque-là des secours et une assistance médicale vitale.

« Certaines des structures médicales du nord de Mogadiscio ont été prises d'assaut par des hommes armés, explique Alfonso Verdu, responsable de programme pour MSF en Somalie. Tous les patients présents il y a encore deux semaines dans les structures médicales de MSF ont fui ou ont dû être évacués. Beaucoup ont interrompu leur traitement, ce qui est extrêmement préoccupant. Il n'y a quasiment plus personne dans les rues du nord de la capitale. »

Au cours des trois derniers mois, MSF a connu de nombreux incidents de sécurité. En avril, deux membres de son personnel ont été enlevés à Huddur, dans la région de Bakool, avant d'être libérés une semaine plus tard. Le 18 juin, un employé de MSF est mort dans une explosion faisant 30 victimes à Balcad. Quelques jours plus tard, un véhicule MSF a été attaqué dans le nord de Galcayo, entraînant la mort de la mère d'un patient. Ces derniers événements et la dégradation générale du contexte sécuritaire au cours des deux dernières années ont considérablement accru les difficultés des équipes de MSF présentes en Somalie.

« Nous voulons malgré tout continuer à travailler dans le pays, affirme Benoît Leduc, responsable des opérations pour MSF en Somalie. Les principales victimes de ce conflit sont des civils, dont les besoins sont immenses. Ainsi, dans notre programme à Daynile, la plupart de nos patients sont des femmes et des enfants. Nous appelons de nouveau toutes les parties au conflit à respecter la sécurité des civils et à permettre aux humanitaires de secourir les blessés. »

___________________________________________

MSF travaille en continu en Somalie depuis plus de 17 ans, fournissant des soins médicaux dans 9 régions du pays. Pour la seule année 2008, les équipes MSF ont pratiqué 727.428 consultations externes dont 267.168 pour des enfants de moins de cinq ans.

Plus de 55.000 femmes ont reçu des soins prénataux et plus de 24.000 personnes ont été hospitalisées dans des structures MSF. 3 878 interventions chirurgicales ont été pratiquées dont 1.249 pour des blessures liées à des violences.

Les équipes médicales ont traité 1.036 personnes souffrant du Kala Azar, une maladie mortelle. Quelque 4.000 personnes ont été traitées contre le paludisme tandis que 1.556 autres ont été mises sous traitement antituberculeux. Près de 35.000 personnes souffrant de malnutrition ont été prises en charge et 82.174 personnes ont été vaccinées.

____________________ 3 - APA

(Confirmation de l'information publiée hier, "en exclusivité ?", sur le site de l'ARDHD)

Le président somalien et le PM éthiopien discutent de la situation à Mogadiscio

Le président du Gouvernement de transition fédéral (TFG) somalien, Sheikh Sharif Shiekh Ahmed, se trouve actuellement à Addis-Abeba pour des entretiens avec les responsables du gouvernement éthiopien.

Le président Sharif, arrivé lundi dans la capitale éthiopienne, conduit une délégation de responsables somaliens qui s’est entretenu avec le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi.

Les deux dirigeants ont discuté des efforts de maintien de paix en cours en Somalie, une préoccupation pour l’Ethiopie et la communauté internationale.

Les deux hommes auraient également évoqué la contribution de l’Autorité intergouvernemental de développement (IGAD) pour assurer la paix en Somalie, selon la Télévision éthiopienne (ETV).

Le président Sharif a déclaré que son pays soutenait fermement la décision récemment prise par la 13ème Assemblée des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine concernant l’Erythrée qu’il accuse de soutenir les « groupes terroristes ».

On se rappelle que l’UA a demandé aux Nations unies d’imposer des sanctions à l’Erythrée, après avoir accusé ce pays d’aggraver le conflit en Somalie.

Le président Sharif a également appelé l’Erythrée à cesser ses activités subversives visant à déstabiliser la paix et la sécurité en Somalie.


______________________ 2 - Shabelle (En Anglais)

A Beledweyn, le premier Ministre somalien désapprouve l'annonce faite par l'ex-administration locale qui, après avoir officialisé son effondrement, va constituer un conseil "pro-tribunaux islamiques" . // MPs disprove pro government ICU administrations’ collapse

The Somali MPs in Beledweyn town in Hiran region have disproved Tuesday a statement of former pro government ICU officials who announced recently that their administration was collapsed.

Mohamed Daqane Elmi known as (Aar), one of the transitional MPs who reached in Beledweyn town recently told Shabelle radio that that there were no members of the pro government Islamic Courts Union who split from the administration in Hiran region refuting the statement saying that the ICI administration in Hiran region was totally collapsed

He said that the town is divided in two parts and controlled by the transitional government and the Islamic organization of Hisbul Islam adding they will reach all districts in Hiran region in central Somalia.

Mr. Mohamed Daqane also disproved that Ethiopian troops entered parts of the region pointing out that there was once that the Ethiopian troops arrived there as he was absent from the region saying that they captured members of ONLF rebels there and returned.

The statement of the Somali MPs comes as some of the former pro government officials of the ICU held press conference in the town and announced that their administration in the region was fallen down.


______________________ 1 - Abdidjan.net (Côte d'Ivoire)


S.E.M Abdulaziz Ahmed Adem : “Pourquoi nous sommes intervenus en Somalie”

E.M Abdulaziz Ahmed Adem, ambassadeur d’Éthiopie en Côte d’Ivoire jette un regard sur la menace des Islamistes dans la corne de l’Afrique.

Relations bilatérales

Les relations entre la Côte d’Ivoire et l’Ethiopie remontent aux années des indépendances. Elles sont le signe de la grande amitié qui a lié SEM. Félix Houphouet-Boigny à l’Empereur Haïlé Sélassié. Ils étaient des amis et cela a servi de ferment entre les peuples ivoirien et éthiopien. L’Ethiopie est l’un des premiers pays à avoir établi des relations diplomatiques avec la Côte d’Ivoire. Nous sommes l’un des rares pays d’Afrique de l’Est à avoir une ambassade dans votre pays. Nos deux Etats ont toujours eu des positions communes de lutte contre le colonialisme. D’une part et sur les dossiers africains et internationaux, d’autre part. Le Président Felix-Houphouet Boigny et l’Empereur Haïlé Selassié avaient joué un rôle prépondérant dans la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA).

La Côte d’Ivoire est aujourd’hui en crise. Mais cette crise ne se pose pas avec autant d’acuité que dans certains pays. Cette situation déplorable n’a pas dégénéré en guerre civile, au point d’affecter les couches sociales. Malgré cette crise, le pays avance tant bien que mal. Puisque le taux de croissance est aujourd’hui d’environ 2%. A mon humble avis, la Côte d’Ivoire n’est pas en crise. Il s’agit plutôt d’une incompréhension au niveau de la classe politique.

Echanges économiques

C’est l’un des domaines dans lesquels nous comptons nous investir. Pour l’instant, l’Ethiopie et la Côte d’Ivoire n’ont pas d’échanges commerciaux en tant que tels. Nous allons nous y atteler. Il n’y a pour l’instant pas de rapports commerciaux entre la Côte d’Ivoire et l’Ethiopie parce que la situation géographique de ces deux pays ne s’y prête pas. Dans l’état actuel des choses, le système est tel que, quand vous appelez en Ethiopie, l’appel transite d’abord par l’Europe. Je salue à cet effet, l’effort qui est fait par la CEDEAO dans le cadre de l’intégration sous-régionale. Si cet effort devient une réalité, l’Ethiopie pourra offrir beaucoup de produits qui sont recherchés en Côte d’Ivoire. Il y a à cet effet des opportunités d’affaires.

Il y a le cas du bétail, mais aussi celui des produits agro-alimentaires. L’Ethiopie est le premier pays exportateur de bétail en Afrique et le 9ème mondial. C’est une vérité qui n’est pas suffisamment sue. Il y a aussi des produits industriels que nous pouvons exporter. Pour ce faire, nous allons organiser en Ethiopie, des voyages d’hommes d’affaires ivoiriens. Afin qu’ils s’imprègnent des opportunités qu’ils peuvent y avoir.

L’Ethiopie produit quelque 75 variétés de café. Nos deux pays ont une expertise certaine, qu’ils pourraient partager dans ce domaine.

Freins aux échanges

Les relations bilatérales sont pour l’instant limitées au plan politique et diplomatique.

Il y a deux barrières au commerce interafricain. La situation géographique et l’absence de plate-forme commerciale entre différents Etats africains. Une fois que ces deux barrières seront brisées, les échanges entre ces Etats et particulièrement entre la Côte d’Ivoire et l’Ethiopie seront renforcés.

Rapport entre pouvoir et opposition éthiopiens

Le rapport entre le parti au pouvoir et l’opposition éthiopienne, aujourd’hui, se traduit par le fait que les deux parties sont représentées au Parlement. Où elles travaillent ensemble au plan législatif. Il est important de comprendre ce qui s’est passé pendant les élections en Ethiopie où il y a 16 partis politiques légalement reconnus. Pour le parti au pouvoir, la démocratisation et la réduction de la pauvreté demeurent des éléments primordiaux. La démocratisation n’a pas seulement une connotation politique. Elle demeure pour l’Ethiopie, le préalable à l’existence et au devenir de cette nation.

Le gouvernement a fait tout ce qui était en son pouvoir pour l’organisation des élections. Tout le monde en Ethiopie était très content et fier des préparatifs, jusqu’au jour des élections. Personne n’a rejeté le processus électoral y compris les opposants, jusqu’à ce que l’on soit au stade du décompte des voix.

A peine a- t-on débuté cette opération que l’opposition a commencé à dire que les élections étaient truquées et donc inacceptables. Mais à la proclamation des résultats, elle avait eu une majorité écrasante à Addis Abeba bien qu’elle ai affirmé que les élections y avaient aussi été truquées. Quand on sait la position stratégique qu’occupe la capitale en terme de sièges à pourvoir , il n’est pas juste d’affirmer que les élections ont été truquées.

Contestation des résultats des élections

Le phénomène de la contestation des résultats des élections se déroule dans plusieurs continents. Même si cela est récurrent en Afrique. Le processus électoral est quelque chose de très complexe. Si bien qu’il peut y avoir des contestations. Il faut l’accepter. Ce qui compte, c’est de travailler surtout à l’améliorer. Cette amélioration s’inscrit dans le cadre de la démocratisation de nos Etats. L’essentiel est que l’élection soit l’émanation du peuple.

Conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée

L’Ethiopie reste fidèle au dialogue. Nous avons maintes fois appelé les Erythréens à la table de négociation mais ils nous ont répondu par la négative. Nous sommes toujours à la recherche d’une solution à un problème qui n’a que trop duré.

Commission frontalière

La commission frontalière est l’une des 4 commissions qui ont été créées après l’accord du cessez-le-feu d’Alger en 2000. Les membres de cette commission ont été choisis par les deux Etats. C’est une commission neutre qui a rendu publique sa décision en ce qui concerne la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée.

Ces deux pays ont fourni toutes les preuves (écrites, des cartes etc.) de leurs revendications. Mais au regard de la décision qui a été prise en ce qui concerne la frontière, nous constatons qu’il y a beaucoup de choses qui ne sont pas correctes. Ceux qui devaient prendre la décision sont restés en Europe et n’ont même pas daigné se rendre sur les lieux afin de constater la réalité du terrain.

La Commission frontalière de 2000 suite à l’accord d’Alger, coupe le pays en deux. Pis, des villages, des écoles, des cimetières, des lieux de culte, des maisons sont aussi coupés par cette ligne arbitraire. Comment croire que cette ligne peut ramener la paix ? Malgré tous ces problèmes, nous avons accepté de dialoguer comme des frères avec les Erythréens pour aller à la paix. Mais, nous ne sentons pas la volonté de l’autre côté de dialoguer.

Pour mieux comprendre ce qui oppose fondamentalement l’Ethiopie à l’Erythrée, il faut avoir recours à l’histoire. Déjà, dans les années 1960, les intentions indépendantistes ont commencé à se faire jour. Et pourtant, les deux pays ont les mêmes peuples qui les fondent.

Le débouché maritime que constitue l’Erythrée est un problème de fond. En effet, si l’Ethiopie n’utilise pas le port érythréen, qui va l’utiliser ?

Les autres pays voisins ont leur façade maritime et l’Erythrée n’a pas les ressources suffisantes pour une autonomie économique viable. Donc soutenir que la crise avec notre voisin naturel a pour cause principale la façade maritime n’est pas juste. Il faut savoir que, pendant que le Premier ministre actuel, Meles Zenawi, ainsi que la nation éthiopienne dans son ensemble, luttaient pour un changement de régime et au-delà, pour un changement du système de gouvernance, un changement radical de l’ère Mengistu Haïlé Mariam qui prenait racine depuis la fin du XIXème siècle avec l’empereur Ménélik, Isayas Afeworki luttait, quant à lui, pour l’indépendance de l’Erythrée (…).

Intervention en Somalie

Il ne faut pas confondre notre intervention en Somalie contre les terroristes des Unions des Tribunaux islamiques (UTI) avec une supposée guerre contre la Somalie. L’Ethiopie partage 3 300 kilomètres de frontière avec la Somalie.

L’ethnie des Somalis se retrouve de part et d’autre de celle-ci. C’est donc le même peuple qui vit, entre autres, dans les deux pays. Il y en environ 5 millions de Somalis en Ethiopie et 8 millions en Somalie.

Notre intervention en Somalie à la demande expresse formulée par le gouvernement légitime et légal de ce pays, est justifiée, par ailleurs, par la menace sécuritaire.

Après l’installation du gouvernement somalien de transition en 2004, après que le pays a été partagé depuis 1991 entre les chefs de guerre et leurs bandes armées à la suite de la chute du régime de Siad Barré. L’Ethiopie a aidé les Somaliens avec la communauté internationale aux différents pourparlers, notamment ceux de Nairobi au Kenya. Et, contre toute attente, en réponse à notre demande de dialogue avec les Tribunaux islamistes UTI qui rejettent ce dialogue, ils nous déclarent la Jihad, la guerre sainte. Les islamistes étaient donc une menace pour l’Ethiopie, mais aussi pour toute la communauté internationale ; à commencer par la région de la Corne de l’Afrique.

Où ils revendiquent des territoires.

Ils sont allés jusqu’à annoncer que leur objectif, après la prise de Mogadiscio, en juin 2006, était de faire tomber Addis-Abeba ! Ils ont soutenu qu’avec les infiltrations de leurs kamikazes ils pouvaient chasser le pouvoir d’Addis-Abeba. Pendant près de 6 mois, de juin à décembre 2006, toute la communauté internationale a pu observer que 8 pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord soutenaient les UTI ; un soutien militaire s’entend. Leur ambition affichée était clairement de créer un empire géré par la charia, la loi islamique, en Afrique orientale. Il ressort même que tous les principaux leaders du mouvement ont été entraînés en Afghanistan par Al-Qaïda.

Ce n’est pas l’Ethiopie qui le dit, mais c’est un constat international. Donc, l’Ethiopie n’est pas en conflit avec le peuple somalien frère, encore moins avec le gouvernement légal. Mais avec ce groupe d’extrémistes et de terroristes, qui a déclaré la guerre et revendiqué des territoires des pays voisins à partir de la Somalie.

Le gouvernement de transition nous a donc officiellement fait appel face à ces menaces.

Nous n’avons donc pas eu besoin de requérir un mandat des Nations unies pour défendre l’intégrité de notre territoire devant une menace réelle clairement exprimée. Et au terme de 6 mois de menaces, nous avons mis 6 jours pour venir à bout des islamistes en Somalie. Nous n’avions pas besoin d’un accord préalable ou d’un mandat des Nations unies pour intervenir en Somalie. Même s’il est vrai que nous avons eu le soutien moral des USA, il ne faut pas aller jusqu’à dire que ce sont les Américains qui se cachent derrière l’Ethiopie pour cette intervention en Somalie. Sachez que pas une seule munition n’est venue d’eux dans la récente opération que nous avons menée ces jours-ci.

Avant d’agir, nous les avons implorés à genoux pour discuter et négocier en vain.

(…) Nous ne pouvons pas dire que nous avons exporté la guerre contre l’Erythrée là-bas en Somalie. Pourquoi contourner l’Erythrée, au lieu d’aller directement en Somalie ? Cela aurait été plus coûteux pour nous. Il n’y a du reste, aucun pays hormis l’Erythrée, qui se soit opposé à notre action. Il faut aussi et surtout faire remarquer qu’il n’y a pas une seule victime civile dans notre intervention en Somalie. Car cette opération a fait suite à un examen sérieux de la situation. Nous nous défendons contre une attaque extérieure, en tant qu’Etat souverain.

Fête de la Constitution

La fête de la constitution en Ethiopie se justifie par son caractère fédérateur et unificateur du peuple éthiopien. Car, pendant plus d’un siècle, les 87 ethnies, que compte l’Ethiopie, n’avaient pas de système politique qui répondait à leurs attentes en termes de consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit. Ainsi, la Constitution de 1995, venue consacrer cette amorce en mettant tous les Ethiopiens à égalité, méritait d’être célébrée. C’est pourquoi, depuis 2006, le parlement a proposé au gouvernement de décréter un jour férié à cet instrument d’avancée démocratique.

Millénium

Dans 7 mois environ, nous célébrerons le millénium éthiopien car notre calendrier affiche actuellement l’an 1999. Cette célébration du millénium doit être une marque de fierté pour l’Afrique et tous les fils du continent devraient se l’approprier. Car, à bien d’égards, l’Ethiopie qui fut à l’avant-garde de la lutte anticoloniale, revendique son propre calendrier, son propre alphabet, etc. Il constitue un bon exemple pour le combat pour la liberté et l’indépendance véritable de l’Afrique. Ces festivités qui se veulent grandioses recevront avec bonheur une délégation ivoirienne et particulièrement Fraternité Matin.

Propos recueillis par
Remi Coulibaly
Hervé Koutouan

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.