ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


16/07/09 (B507) Nouvelles de Somalie (2 articles en Français)

___________________________ 2 - IRIN News (ONU)

SOMALIE: La bataille de Mogadiscio « marque un tournant »

Al-Shabab, groupe d’opposition islamiste en Somalie, a subi la première défaite militaire importante de son combat contre la capitale Mogadiscio, un événement bénéfique pour le moral du gouvernement, qui en avait bien besoin, selon les analystes.

« Il est encore trop tôt pour savoir si le vent a tourné en faveur du gouvernement, mais les forces d’opposition ont subi un revers [lors de la bataille du 12 juillet] », a déclaré, sous couvert d’anonymat, un observateur somalien.

D’après des sources locales, les affrontements entre les insurgés islamistes et les forces du président Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, appuyées par les troupes de maintien de la paix de l’Union Africaine (UA) connues sous le nom d’AMISOM, ont fait au moins 51 morts et 212 blessés.

« La plupart des personnes ayant perdu la vie [le 12 juillet] étaient des combattants », a indiqué à IRIN Ali Sheikh Yassin, président adjoint de l’Elman Human Rights Organization, basée à Mogadiscio.

D’autres sources affirment que les insurgés ont perdu du terrain de manière significative. D’après l’une d’entre elles, « [ils] ont été repoussés hors d’un certain nombre de quartiers du nord de Mogadiscio dont ils avaient le contrôle ».

« Un mal pour un bien »

L’observateur somalien a affirmé que les groupes tels qu’al-Shabab n’étaient pas réputés pour se soucier du nombre de pertes dans leurs rangs, mais il a estimé que la défaite pourrait se révéler être « un mal pour un bien, au sens où elle pourrait mettre en avant les différences de stratégie et d’approche entre les insurgés eux-mêmes, et entre ces derniers et leurs alliés Hisbul Islami [menés par Sheikh Hassan Dahir Aweys, un ancien allié du président Ahmed] ».

Selon cet observateur, certains membres de l’opposition considèrent que puisqu’ils contrôlent la plus grande partie du pays, les combats devraient cesser afin que les gens puissent rentrer chez eux.

« Ce groupe donne la préférence au dialogue avec le gouvernement depuis une position de force », a-t-il expliqué en ajoutant que « certains d’entre eux veulent parler non seulement au gouvernement, mais même à la communauté internationale ».

Les éléments les plus radicaux assurent qu’ils pourraient renverser le gouvernement par la force « en quelques jours ».

« Ce qui s’est passé dimanche [12 juillet] renforce la position de ceux qui donnent la préférence à une forme de dialogue », a affirmé l’observateur. « Comment le gouvernement réagira face à cette opportunité, c’est une autre question ».

Cet observateur a estimé que si le gouvernement voulait pouvoir tirer profit de la défaite de l’opposition, il devrait commencer par remettre de l’ordre dans ses propres affaires. « La première chose à faire [pour le gouvernement] est de rassembler ses forces en organisant un commandement commun. On compte au moins trois milices combattant aux côtés du gouvernement, et aucun commandement central. »

Selon lui, le gouvernement doit également rétablir le dialogue avec les membres de l’opposition qui le souhaitent.

Le ministre du Travail Mohamed Abdi Hayir, qui est aussi à la tête du ministère de l’Information, a déclaré que le gouvernement n’avait « jamais voulu poursuivre les combats, mais qu’il y [avait] été forcé. Les affrontements [de dimanche] sont certes regrettables, mais ils étaient nécessaires. Depuis plus de deux mois, nous subissons des attaques. Nous devons réagir face à ces éléments anti-paix ».

La discussion plutôt que la guerre

Cependant, M. Hayir a précisé que l’objectif du gouvernement restait de parvenir à une réconciliation.

« Nous sommes toujours ouverts au dialogue avec ceux qui le souhaitent », a-t-il déclaré. « Quelles que soient leurs revendications, la solution peut et doit être trouvée par le dialogue. Nous espérons qu’après les évènements de dimanche, beaucoup prendront conscience qu’ils n’obtiendront rien en recourant aux armes. »

« Cette défaite représente pour eux [certains membres de l’opposition] une occasion de réévaluer leurs positions ».

Cependant, Timothy Othieno, analyste régional au Overseas Development Institute, organisme basé à Londres, a dit à IRIN que les combats et la capture de certains combattants « ne déclencheront peut-être aucun changement décisif ».

Il a estimé que l’implication des troupes de l’UA pourrait compliquer « la position de l’AMISOM, qui est présent en Somalie en tant qu’acteur impartial, et qu’il sera intéressant de voir comment ils [l’AMISOM] adapteront leur position ».

M. Othieno a précisé qu’il y avait toujours eu un débat sur la neutralité de l’AMISOM, et que ces questions devaient nécessairement surgir un jour ou l’autre dans le conflit contre les groupes militants.

« C’est pourquoi, en réalité, les récents évènements mettent en lumière la position précaire des forces de maintien de la paix de l’AMISOM en Somalie », a-t-il ajouté.

Cependant, à Mogadiscio, un journaliste somalien a affirmé que le dernier affrontement représentait « un tournant pour l’AMISOM, le gouvernement et les insurgés ».

Selon ce journaliste, le gouvernement considère que l’implication de l’AMISOM a démontré qu’avec un peu d’aide, « ils peuvent vraiment repousser ces gens [al-Shabab] ». Le journaliste a ajouté que désormais, al-Shabab savait que « la communauté internationale ne plaisantait pas lorsqu’elle a promis de soutenir le gouvernement ».

« Je pense qu’il va y avoir beaucoup de repositionnements, de tous les côtés », a-t-il dit.

____________________________ 1 - Le Matin (Ch) avec AFP

La communauté internationale empêtrée dans son soutien au gouvernement

L'enlèvement de deux agents français mardi à Mogadiscio illustre la dangerosité de toute forme d'intervention en Somalie et les difficultés de la communauté internationale à soutenir efficacement le gouvernement de transition somalien

Depuis des années, l'équation somalienne semble insoluble: le gouvernement a besoin d'un fort soutien international pour asseoir son autorité dans le pays, en guerre civile depuis 1991, mais toute intervention étrangère a pour effet de souder les adversaires somaliens contre une telle intervention.

Actuellement, "une intervention massive étrangère sur le sol somalien entraînerait immédiatement un resserrement des intérêts des uns et des autres avec un rejet de tous les étrangers", explique sous couvert d'anonymat un expert des questions somaliennes.

Cela s'est déjà produit dans les années 1990 avec les fiascos des interventions américaine et de l'ONU. L'armée éthiopienne a subi le même sort lors de son intervention de fin 2006 à début 2009.

La seule force étrangère présente en Somalie actuellement, la mission de paix de l'Union africaine (Amisom) composée de soldats ougandais et burundais, est confrontée au même problème. Déployée depuis mars 2007 à Mogadiscio, elle est la cible régulière d'attentats ou d'attaques au mortier menés par les insurgés islamistes.

Le week-end dernier, l'Amisom a participé directement aux combats et a repoussé une attaque sur la présidence, y compris en utilisant des chars. "Nos soldats ont exercé leur droit à la légitime défense pour éviter d'être pris en tenaille. Il s'agit d'une réaction à une attaque des insurgés qui s'approchaient dangereusement de nos positions", a indiqué à Addis Abeba un haut responsable de l'UA, qui a requis l'anonymat.

Face au risque d'enlisement de toute opération terrestre, les Occidentaux ont renoncé pour le moment à une nouvelle intervention directe en Somalie.

Les Etats-Unis ont bombardé à plusieurs reprises des positions où se cachaient de présumés membres d'al-Qaïda et une imposante armada internationale a établi une sorte de cordon sanitaire maritime autour du pays pour lutter contre les pirates qui menacent l'une des principales routes du commerce maritime mondial.

Mais la simple lutte en mer contre la piraterie a montré ses limites. "Si nous ne traitons que les symptômes - la piraterie sur la mer - et pas les causes profondes - le délabrement de l'Etat et la pauvreté -, nous échouerons", avait rappelé en avril le président de la Commission européenne José Manuel Barroso à l'occasion d'une conférence des donateurs à la Somalie.

Sur la base de ce constat, les Occidentaux et les pays voisins de la Somalie entendent renforcer les forces de sécurité du gouvernement de transition. Mais là aussi, ils se heurtent pour le moment à des difficultés insurmontables.

"Les Etats-Unis ont armé des troupes gouvernementales. Une semaine après, la moitié était passée chez les shebab (islamistes extrémistes) avec armes et bagages", selon l'expert des questions somaliennes.

La France s'est elle engagée au printemps à former à Djibouti un bataillon de l'armée somalienne, soit 500 hommes. Cette formation devait débuter en septembre, mais avec la dégradation de la situation à Mogadiscio, les préparatifs ont été accélérés et elle devait débuter en août à Djibouti.

L'enlèvement des deux agents français, qui selon Paris étaient "en mission officielle d'assistance auprès du gouvernement somalien (...) dans le domaine de la sécurité", risque fort de porter un coup d'arrêt à ce programme, juge l'expert.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.