ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


31/07/09 (B509) Nouvelles de Somalie ... (5 articles en Français)

_____________________________ 5 - Viatolosa

Des troupes supplémentaires réclamées en Somalie

Le représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a réclamé mercredi devant le Conseil de sécurité une transformation de la présence « temporaire » de l’ONU à Nairobi, au Kenya, et un renforcement de la présence des Nations Unies dans la capitale Mogadiscio pour commencer.

« L’heure est venue pour les Nations Unies de montrer qu’elle est sérieuse dans son intention de venir en Somalie. Notre présence temporaire à Nairobi [capitale du Kenya] n’a que trop duré », a-t-il lancé aux 15 membres du Conseil de sécurité lors de sa présentation du dernier rapport du Secrétaire général sur la Somalie au Conseil de sécurité.

Il a très concrètement proposé la création d’une « zone verte », « similaire à celle créée ailleurs » [c'est-à-dire notamment en Irak] afin que son bureau, les agences des Nations Unies y compris les agences humanitaires, les diplomates concernés et les organisations non gouvernementales (ONG) puissent déménager à Mogadiscio.

Ahmedou Ould-Abdallah a considéré comme un « tournant » le fait que la population et les chefs traditionnels rejettent maintenant la violence et soutiennent les efforts du gouvernement pour faire échouer les tentatives pour le renverser. Il a aussi dénoncé la « tentative d’un petit groupe intéressé par son seul profit immédiat de prendre tout le pays en otage ».

Le représentant spécial a demandé une assistance accrue pour la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) et pour la coordination et l’organisation des forces de sécurité gouvernementales.


_____________________________ 4 - Libération


«Nous sommes faibles, alors on nous juge et on nous punit»

InterviewDiplomatie. Jean Ping, de l’Union africaine, dénonce l’ambivalence des Occidentaux.


Par CHRISTOPHE AYAD, THOMAS HOFNUNG

Président de la commission de l’Union africaine (UA), le Gabonais Jean Ping évoque l’impact de la crise sur le continent et pointe le fossé d’incompréhension croissant entre Occidentaux et Africains.

Dans votre livre (1), vous allez à rebours de l’afro-pessimisme ambiant. La situation incite-t-elle à l’optimisme ?
Le discours afro-pessimiste est dépassé. L’Afrique n’est pas un problème, mais une opportunité. Sa population [un milliard d’habitants, ndlr] atteindra le milliard et demi en 2020 ; c’est celle de la Chine aujourd’hui. Elle représente un marché de consommateurs important. Nous disposons de beaucoup de richesses, notamment en matières premières.

Mais l’Afrique n’est-elle pas la première victime de la crise ?
Oui et non. Notre système bancaire n’est pas assez intégré à l’économie mondiale pour subir les effets de la crise. En revanche, les investissements ont quasiment cessé. Mais il faut reconnaître qu’ils n’étaient pas massifs : Singapour reçoit le même volume que notre continent, Afrique du Sud exceptée ! La baisse brutale du commerce est, elle, plus préoccupante pour nos recettes. Les Occidentaux affirment vouloir maintenir le niveau de leur aide. Mais on connaît la valeur des promesses de ces grands pays qui font des beaux discours mais ne respectent pas leurs engagements.

On dit que l’Afrique est riche, mais les Africains sont pauvres. N’est-ce pas dû à un problème de gouvernance ?
Certes, mais l’Afrique compte 53 pays et, parmi eux, on note des histoires de trains qui arrivent à l’heure. Regardez le Ghana, où les élections et l’alternance ont été exemplaires.

En Mauritanie, l’auteur du putsch de l’an dernier vient d’être élu. N’est-ce pas une singulière sortie de crise ?
C’est exact. Mais nous étions face à une situation délicate. Les putschistes étaient sur le point d’organiser un scrutin unilatéral. Nous avons fait en sorte que ces élections fassent l’objet d’un accord et que l’opposition puisse se présenter.

Dans nombre de pays, les constitutions ont été modifiées pour supprimer les limites de mandats présidentiels. Faut-il prendre des sanctions ?
L’UA ne peut pas écrire les constitutions à la place des peuples et se substituer aux gouvernements. Dans la plupart des pays en Europe, vous n’avez pas de limitation de ce type. Nous n’allons pas, nous Africains, venir vous l’imposer.

L’UA recommande de ne pas appliquer le mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais. C’est une incitation à l’impunité…

Nous ne sommes pas contre la CPI, mais il y a deux poids deux mesures. Nous ne cherchons pas à excuser ce qui se passe au Soudan, encore faut-il des preuves. La CPI ne semble être là que pour juger des Africains. Est-ce qu’il ne se passe rien au Sri Lanka, en Géorgie, dans le Caucase, en Colombie, au Cachemire ?

L’UA intervient au Darfour sans qu’on voie d’issue à ce conflit.
Il y a eu des avancées. Vous voulez que nous venions à bout d’un conflit de cette ampleur en deux temps trois mouvements alors que nous n’avons pas de matériel sophistiqué, pas de moyens, pas d’hélicoptères.

En Somalie, une guérilla liée à Al-Qaeda menace le gouvernement. Pourtant, seule l’Union africaine intervient militairement…
C’est toujours comme ça : quand il faut aller se faire tuer, on nous laisse. Quand il s’agit du reste, on ne nous écoute pas. Depuis longtemps, nous avons fait appel au Conseil de sécurité, mais l’ONU répond qu’elle ne viendra que s’il y a la paix. Elle tergiverse. La Somalie est le seul pays au monde sans Etat. Ça ne sert à rien de combattre la piraterie sans résoudre les problèmes de fond.

Les Occidentaux donnent-ils trop de leçons à l’Afrique ?
La tentation est très forte. Les Occidentaux devraient balayer devant leur porte et nous écouter ; ce qu’ils ne font pas. Pourquoi ne fait-on rien au Moyen-Orient, où Bush a totalement échoué ? Nous, au moins, avons des élections. Vous fermez les yeux parce que ces dirigeants achètent des Airbus. Nous sommes faibles, alors on nous juge et on nous punit. Il y a eu un coup d’Etat au Honduras, aux portes de l’Amérique…

Comment avez-vous reçu le discours d’Obama au Ghana ?
Nous les Africains, nous attendions beaucoup car Obama fait partie de la diaspora. Son discours à Accra a déçu certains. Quand il dit que les Africains doivent prendre en main leur destin, nous ne demandons pas mieux. Mais est-ce qu’il va nous laisser le faire ? Lorsqu’il dit «cessez de tout imputer à la colonisation», je suis tout à fait d’accord, mais il faut savoir si le passé est vraiment le passé.

(1) Et l’Afrique brillera de mille feux, éd. L’Harmattan


_____________________________ 3 - TV5

Somalie/Converti au christianisme... il a été froidement abattu, selon Portes ouvertes

Mohammed Abdiraman était responsable d'un groupe de maison secret en Somalie. D'origine musulmane, il s'était converti au christianisme il y a une quinzaine d'années.

Lundi dernier (20 juillet), il a été froidement abattu par des membres du groupe extrémiste al Shabaab (*), dans un village à une centaine de kilomètres au nord de Mogadiscio. Selon des témoins, cela faisait quelques temps qu'il était recherché. Après l'avoir finalement trouvé, les extrémistes n'ont pas hésité à lui tirer dessus.

Les chrétiens de son groupe de maison sont sous le choc et ont très peur. Ils n'ont pas osé donner plus d'informations sur sa mort. La femme de Mohammed étant décédée il y a trois ans suite à une maladie, ses deux enfants âgés de 10 et 15 ans se retrouvent orphelins.

_____________________________ 2 - Toulouse 7


12 000 somaliens veulent se réfugier au Yemen

Les combats incessants à Mogadiscio et dans le centre de la Somalie forcent des milliers de civils somaliens à risquer leur vie lors de la traversée du golfe d’Aden et à rechercher asile au Yémen, a indiqué mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

« D’après des informations transmises par notre réseau de partenaires en Somalie, quelque 12.000 personnes sont arrivées depuis le 7 mai à Bossasso, une ville située au nord de la Somalie. Elles y ont trouvé abri pour une période temporaire. Sur place, la majorité d’entre elles attendent d’effectuer la traversée périlleuse du golfe au premier signe de passeurs », a précisé un porte-parole du HCR, lors d’un point de presse à Genève.

« Ces personnes déplacées internes font partie des quelque 232.000 Somaliens qui ont été forcés de quitter leurs maisons depuis le 7 mai, date à laquelle un embrasement des combats est survenu entre les groupes de milices Al-Shabaab et Hisb-ul-Islam contre les forces gouvernementales dans plusieurs quartiers de la capitale somalienne », a-t-il ajouté.

Les partenaires du HCR à Bossasso indiquent que les régions où s’installent habituellement des migrants potentiels deviennent de plus en plus surpeuplées et que les passeurs collectent déjà les réservations et les paiements de Somaliens qui souhaitent rejoindre le Yémen. Comme les conditions météorologiques sont actuellement très dangereuses pour la navigation, la majorité des personnes devraient rester camper à Bossasso et attendre le mois de septembre, lorsque la mer et le vent seront plus favorables.

En 2008, plus de 50.000 nouveaux arrivants ont rejoint les côtes du Yémen, soit une augmentation de 70% par rapport à 2007. Cette tendance a continué durant les six premiers mois de 2009 avec environ 30.000 nouveaux arrivants - soit le total observé pour toute l’année 2007. « C’est une traversée périlleuse. Plus de 1.000 personnes ont péri par noyade durant le voyage en 2008 après avoir été forcées à sauter par dessus bord ou à débarquer trop loin des côtes par des passeurs sans pitié. Cette année, près de 300 personnes ont déjà trouvé la mort ou sont portées disparues », a souligné le porte-parole du HCR.

Selon lagence des Nations Unies, le phénomène du trafic d’êtres humains porte une pression croissante sur les ressources limitées du Yémen. Il accroît par ailleurs les défis auxquels est confronté le gouvernement yéménite dont les efforts doivent s’équilibrer entre le respect de ses obligations dans le cadre des principes du droit international et le besoin de protéger le pays des entrées illégales.

_____________________________ 1 - NationPresse

Ingérence mondialiste : l’UE veut former les forces de sécurité somaliennes !

Posté par jeromemorenole 30 juillet 2009À l’issue d’un Sommet européen organisé à Bruxelles lundi 27 juillet 2009, les 27 ministres des Affaires étrangères ont décidé d’envoyer une mission en Somalie, avec l’objectif irréaliste et dispendieux de former les forces de sécurité somaliennes (police et armée). Cette énième ingérence mondialiste de l’Union Européenne (UE) est issue d’une suggestion du ministre des [...]

À l’issue d’un Sommet européen organisé à Bruxelles lundi 27 juillet 2009, les 27 ministres des Affaires étrangères ont décidé d’envoyer une mission en Somalie, avec l’objectif irréaliste et dispendieux de former les forces de sécurité somaliennes (police et armée). Cette énième ingérence mondialiste de l’Union Européenne (UE) est issue d’une suggestion du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, inventeur du « droit international d’ingérence humanitaire ».

Somalie : scandaleuse ingérence euro-mondialiste

Pour mieux appréhender l’inextricable contexte politique de la Somalie, on se reportera à cet article de Nations Presse Info qui avait privilégié une approche géographique et historique.

Le Golfe d’Aden et l’Océan Indien sont régulièrement le théâtre d’actes de piraterie perpétrés par des bandits « islamistes ». Si l’islamisme joue un rôle incontestable dans ce banditisme maritime, il s’agit d’abord d’une criminalité crapuleuse et lucrative.

Les médias occidentaux se gardent bien de préciser que les eaux territoriales aux larges de la Somalie se sont progressivement transformées en une vaste décharge polluante. Valets serviles des atlanto-mondialistes, les anciens gouvernements somaliens avaient signé au début des années 1990 des accords plus ou moins informels avec des multinationales apatrides. Ainsi certains pays industrialisés et/ou occidentaux ont pris l’habitude de déverser dans la mer des déchets industriels, hospitaliers et parfois radioactifs.

La pollution engendrée par l’accumulation de ces déchets a logiquement affecté la vie maritime. Dans le même temps, les cancers et autres maladies infantiles liés à cette pollution maritime explosèrent spectaculairement. Comme les poissons se raréfiaient, les revenus des pêcheurs somaliens ont fortement chuté.

Il s’ensuivit une paupérisation dramatique pour une large partie de la population côtière de la Somalie. Par conséquent, l’islamisme radical trouva un terreau idéal au sein d’une population très amère et légitimement révoltée. Au départ, la piraterie commença à se développer pour compenser le manque de revenus quotidiens. Cette piraterie initialement désordonnée fut très rapidement prise en main et contrôlée par des réseaux criminels particulièrement violents.

Comme la multiplication d’actes de piraterie de plus en plus violents affectait le commerce dans l’Océan Indien, la « communauté internationale » commença à s’émouvoir. L’ONU aura de nouveau illustré sa pathétique impuissance politique sur cette question de plus en plus préoccupante.

En décembre 2008, la Chine décida d’envoyer sa flotte patrouiller au large des côtes somaliennes afin de protéger ses intérêts économiques qui se sont accrus lors de ces dernières années avec le développement des relations commerciales sino-africaines. L’intervention de la marine chinoise dans l’Océan Indien et au large du Golfe d’Aden constituait alors un événement historique puisque la flotte chinoise ne s’était plus aventurée dans ces zones maritimes depuis les 7 voyages d’exploration de l’Amiral Zheng He (1405-1433).

Rappelons qu’au cours de leurs expéditions maritimes Zheng He et ses hommes naviguèrent de l’Afrique orientale (actuel Mozambique) à la Mer Rouge (Égypte) et que la Chine noua officiellement dès 1414 ses premières relations diplomatiques avec le sultan de Malindi (actuel Kénya). Cette intervention de la flotte chinoise fut saluée avec déférence par le néerlandais Jaap de Hoop Scheffer, alors secrétaire général de l’OTAN. Depuis les bombardements aériens de l’OTAN sur Belgrade au printemps 1999 et les dommages causés à l’ambassade de Chine en Serbie, les relations entre la Chine et l’Alliance Atlantique sont exécrables.

De même dans le cadre de la résolution 1846 de l’ONU, le Japon envoya sa marine militaire naviguer dans ces zones maritimes soumises à de fréquents actes de piraterie. Là encore, il s’agissait d’un événement à caractère historique en raison du relatif isolement diplomatique du Japon.

Quant à l’Union Européenne (UE) par la voie de ses 27 ministres des Affaires étrangères, elle décida de constituer pour décembre 2008 une force maritime de dissuasion pompeusement baptisée « Atalanta ». Malgré des précautions de langage particulièrement ridicules et hypocrites, cette grotesque opération d’envergure masquait maladroitement une énième ingérence euro-mondialiste sous couvert d’une intervention à but humanitaire.

On reconnaissait l’empreinte idéologique de l’inénarrable Kouchner, inventeur d’un concept dénommé «droit international d’ingérence humanitaire». Outre le caractère farfelu et dispendieux d’une telle intervention aux larges des côtes somaliennes, ce projet longtemps retardé démontre encore l’impuissance, voire la non existence diplomatique de l’UE des 27. On relira avec profit le communiqué de Michel Guiniot, évoquant conjointement la piraterie criminelle et l’imposture d’une Défense « européenne » commune.

En effet, de nombreux pays de l’UE sont déjà membres de l’OTAN, organe militariste aux services des intérêts atlanto-mondialistes. Bien que la Norvège et la Croatie ne soient pas membres de l’UE, ces deux pays avaient annoncé leur intention d’envoyer des navires et de se joindre à l’opération « Atalanta ». Précisons néanmoins que la Norvège fut un membre fondateur de l’OTAN en 1949 et que la Croatie intégra l’Alliance atlantique lors du Sommet de Strasbourg d’avril 2009.

Malgré cet impressionnant déploiement militaire dans le Golfe d’Aden et dans l’Océan Indien, les actes de piraterie n’ont pas diminué de manière spectaculaire. Quant à la Somalie, elle est en proie à de récurrents affrontements inter-ethniques entre les forces armées loyales au gouvernement de transition et des bandes armées criminelles plus ou moins islamistes. Lundi 27 juillet, 6 personnes furent tuées et 20 autres blessées à Mogadiscio lors d’affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles islamistes. Rappelons qu’en juillet 2009 ces criminels extrémistes (Shebab) ont enlevé deux français dans leur hôtel de Mogadiscio pour les transporter dans une zone rebelle et les juger dans un « tribunal » selon la Sharia.

Alors que la Somalie s’enfonce inéluctablement dans la violence politique et l’anarchie permanente, les 27 ministres des Affaires étrangères se sont réunis à Bruxelles afin d’évoquer la situation politique dégradée et la future formation des forces armées somaliennes. Englués dans leurs concepts naïfs et politiquement corrects, les 27 ministres de l’UE ont lancé un pathétique appel commun exhortant les criminels islamistes à déposer les armes et à participer à un processus de dialogue avec le gouvernement de transition à Mogadiscio. Les eurocrates apatrides de Bruxelles vont-ils se rendre dans les zones tenues par les rebelles extrémistes et leur expliquer les supposées vertus de la « démocratie occidentale » ?

Après avoir condamné solennellement mais vainement les multiples attaques armées contre le gouvernement transitoire, les bureaux des agences de l’ONU et des ONG, les 27 ministres de l’UE ont décidé de concrétiser l’engagement de l’Union Européenne afin de « promouvoir la paix et le développement en Somalie ».

Les déclarations creuses et hypocrites de ces politiciens européistes masquent difficilement l’impuissance (géo)politique de l’UE par ailleurs divisée sur d’autres sujets diplomatiques. Au cours de ce Sommet, les 27 ministres des Affaires étrangères ont également décidé d’étudier la possibilité d’un financement supplémentaire de la part de l’UE afin de former les forces armées et policières de ce pays d’Afrique orientale. Bien évidemment, aucun média français et occidental ne prendra le risque de dénoncer la scandaleuse ingérence mondialiste ainsi que la gabegie financière de l’UE, véritable antichambre du Nouvel Ordre Mondial.

Afin de lutter contre la piraterie omniprésente et le terrorisme endémique, l’ensemble des ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont accordés sur le principe d’aider politiquement le gouvernement somalien de transition. Par conséquent, l’UE a décidé d’envoyer en Somalie début août 2009 une mission d’exploration destinée à préparer un projet de formation des forces de sécurité (police et armée).

Ancien secrétaire général de l’OTAN (5 décembre 1995-6 octobre 1999) et actuel haut représentant de la Politique Étrangère et de Sécurité Commune (PESC) de l’UE, l’euro-mondialiste Javier Solana s’est fendu d’un communiqué évasif à l’issue de ses entretiens avec les 27 ministres : « Au début du mois prochain, une mission officielle de l’UE arrivera en Somalie et nous devrons clarifier et trouver un accord sur le moyen de l’opération ».

Derrière ce concept faussement généreux de formation des forces de sécurité somaliennes, on retrouve logiquement l’empreintre d’un Bernard Kouchner interventionniste et grandiloquent. Pavoisant devant la presse, l’ancien médecin humanitaire a « modestement » déclaré : « La France a proposé et l’UE a accepté sur le principe de participer à la formation de la police et de l’armée ». Seulement le néo-conservateur Kouchner, valet servile de l’impérialisme atlanto-mondialiste, s’est bien gardé d’aborder l’aspect financier d’une telle opération futile mais forcément dispendieuse avec l’argent des contribuables des 27 membres de l’UE.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.