ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


07/11/09 (B524) Nouvelles de Somalie (4 articles en Français)

___________________ 4 - AEUD

Somalie : un homme lapidé à mort pour adultère

En Somalie, un homme de 33 ans a été lapidé à mort pour avoir commis un supposé crime d’adultère.

Selon ce que rapporte BBC News vendredi, Abas Hussein Abdirahman a en effet été lapidé par des membre d’un groupe islamiste devant 300 personnes rassemblées dans la ville de Merka, au sud du pays. Un témoin soutient que l’homme a été atteint de nombreuses pierres et saignait abondamment avant d’arrêter de bouger après plusieurs minutes de ce supplice.

La petite amie de l’homme, enceinte, doit être épargnée jusqu’à ce qu’elle donne naissance à son enfant. Selon un représentant du groupe al-Shabab, dont les propos sont rapportés la BBC, elle devra aussi être tuée suite à son accouchement.

Le président de la République de Somalie Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, dont le gouvernement ne contrôle qu’une partie du pays, soutient que ce genre d’action et des groupes comme al-Shabab salissent l’image de l’Islam. Le président est un islamiste modéré qui est en poste depuis la fin de janvier 2009.

___________________ 3 - AFP

Somalie: les shebab imposent de nouvelles conditions drastiques aux ONG

Les insurgés islamistes shebab ont rendu public une nouvelle réglementation imposant des conditions drastiques aux organisations humanitaires travaillant dans les zones sous leur contrôle dans le centre-sud de la Somalie, comme licencier tout leur personnel féminin.

Obtenu vendredi par l'AFP, ce document, rédigé par les autorités shebab de la région de Bay et Bakol (centre-sud), a été transmis jeudi aux représentants des ONG nationales et internationales opérant sur place.

Il exige en particulier de toutes les organisations humanitaires qu'elles se séparent d'ici trois mois de leurs employés femmes et que ces dernières soient remplacées par des hommes, sauf dans les hôpitaux et les centres de santé.

Les ONG doivent "prendre leur distance avec tout ce qui est susceptible de d'interférer avec la religion islamique", comme "prêcher des valeurs chrétiennes, promouvoir le sécularisme, la démocratie, et toute valeur opposée aux enseignements de l'Islam".

Il leur est strictement interdit "d'importer de l'alcool, tout type de films, de promouvoir l'adultère ou d'appuyer la création d'associations de femmes".

Les samedi et dimanche ne pourront pas être considérés comme des jours de repos hebdomadaire. Les célébrations de fêtes nationales étrangères, de Noël, du jour de l'an, ou par exemple des "journées de la femme" ou "de la lutte contre le sida" sont également proscrites.

Les ONG, qui ne doivent plus arborer leurs habituels logos et drapeaux, doivent également s'abstenir de distribuer de l'aide alimentaire "quand les agriculteurs sont en train de faire leurs récoltes".

Enfin, chaque organisation humanitaire devra s'acquitter d'une somme de 20.000 dollars (13.400 euros) tous les six mois pour "s'accréditer auprès des autorités" régionales de Bay et Bakol, ainsi que "pour des raisons de sécurité".

Interrogées par l'AFP, plusieurs ONG ont confirmé avoir reçu ce document, frappé du logo officiel des shebab.

Des responsables islamistes s'exprimant sous couvert d'anonymat ont confirmé son authenticité, mais précisé cependant qu'il pourrait être amendé, certains leaders shebab le jugeant trop sévère.

___________________ 2 - Bivouac avec Reuters

Corânerie du jour : en Somalie, les sonneries téléphoniques musicales doivent être remplacées par la voix d’un imam.

Les sonneries musicales doivent être remplacées par la voix d’un imam. Ce qui pose un dilemme : comment répondre à un appel sur son téléphone alors qu’il est interdit d’interrompre la lecture d’un hadith ? Décidément, on peut toujours compter sur les adeptes d’Allah pour repousser les limites de la corânerie.

NAIROBI (Reuters) - Sacdiyo Sheeq adorait écouter les chansons des films de Bollywood sur son téléphone portable.

Mais depuis que les rebelles radicaux des Shebab ont pris le contrôle du port de Kismayu dans le sud de la Somalie, la vie de la jeune femme de 25 ans a changé.

« Les Shebab veulent que les sonneries des téléphones soient remplacées par la voix d’un imam lisant un hadith ou un verset coranique. », explique-t-elle à Reuters.

« J’écoutais mes chansons indiennes préférées sur mon téléphone portable, mais je viens de supprimer tout cela de sa mémoire. »

« Nous ne tolérons rien qui puisse corrompre les gens » déclare à Reuters le porte-parole des Shebab à Kismayu, le cheikh Hassan Yaqub. « Nous ne permettons rien qui aille à l’encontre de notre religion, plus particulièrement ce qui a trait à la musique et aux vidéos sexys »

Ali Mahamud Yusuf, 19 ans, a fui son domicile de Kismayu après s’être fait fouetter en public la semaine dernière par des hommes armés des Shebab qui l’avaient surpris en train d’écouter de la musique et de regarder des vidéos sur son téléphone.

« Je souffre toujours des 25 coups de fouet », explique Yusuf. « Ils m’ont accusé de rejeter la religion. Je ne veux pas vous dire où je me trouve pour des questions de sécurité. Je suis effrayé. »

Selon les habitants de Kismayu, les dernières règles des rebelles sur les sonneries de téléphone portable posent un autre dilemme encore. Étant donné que les fidèles ne sont pas censés interrompre la lecture d’un hadith (paroles ou actes du prophète Mahomet), comment sont-ils censés faire pour répondre à un appel téléphonique ?

__________________________ 1 - Magharebia

L'instabilité en Somalie inquiète ses voisins du Maghreb

Alors que les groupes radicaux en Somalie gagnent en importance, le Maghreb s'interroge sur la manière d'empêcher les jeunes d'embrasser des idéologies extrémistes.

Safa Salah Eddine à Alger, Siham Ali à Rabat, Jamel Arfaoui à Tunis et Mohamed Wedoud à Nouakchott ont contribué à cet article

Les spécialistes de la sécurité au Maghreb sont inquiets de la récente flambée de violence en Somalie. Face à la croissance du fondamentalisme qui menace les droits des femmes et des minorités religieuses dans ce pays, les associations de la société civile du Maghreb prennent des mesures pour empêcher une propagation des idéologies extrémistes dans la région.

Le guide libyen Moammar Kadhafi a qualifié l'instabilité en Somalie de "critique" lors du récent sommet de l'Union africaine en août. S'exprimant lors des cérémonies d'ouverture, il avait souligné "la nécessité de résoudre les conflits qui existent entre les nations soeurs africaines, car ils constituent une menace pour la paix et la sécurité mondiale".

Une vidéo publiée par le groupe milicien radical Al-Shabab à l'occasion de l'aïd al-Fitr montre un serment d'allégeance à Oussama ben Laden. Ces dernières semaines, Al-Shabab s'est est pris aux femmes dans les villes de Somalie, y compris par la fermeture, le lundi 1er novembre, de trois associations féministes dans la ville de Balad Hawa, à la frontière kenyane. Selon l'agence Reuters, ces organisations sont l'Organisation des femmes d'affaires Halgan, l'Organisation Sed Huro pour les droits de l'Homme, et l'association Femmes de Farhan pour la paix.

Les femmes musulmanes dans les zones de Mogadiscio contrôlées par la milice ont été contraintes par des membres d'Al-Shabab de porter des bas pour couvrir leurs pieds, et de retirer leurs soutien-gorges, que ce groupe juge destinés à séduire les hommes. De plus, les hommes de ces quartiers ont été invités à ne pas se raser la barbe. Les contrevenants risquent la détention et le fouet.

Pour les femmes, choisir de sortir sans un voile peut même signifier la mort ; cela est particulièrement vrai parmi la faible population de Somaliens non musulmans.

De nombreux habitants du Maghreb ont été profondément choqués par les récents événements survenus en Somalie.

Le journaliste Abdelaziz Dahmani de Jeune Afrique a décrit ce pays comme vivant dans le chaos complet en l'absence d'un gouvernement stable. "A la place, la Somalie est gouvernée par une multitude d'autorités et de responsables aux niveaux local et régional", écrit-il.

Il suggère que les régimes arabes interviennent. "Nous sommes face à un immobilisme dans plusieurs pays arabes mieux organisés, qui ne font rien", explique-t-il.

"Je ne sais pas pourquoi le monde arabe n'exporte rien d'autre que des nouvelles de meurtres et de massacres", déclare Bouchra Belhaj Hmida, avocate et ancienne présidente de l'Association des femmes démocratiques de Tunisie.

"Notre image est une image de honte dans le monde", poursuit-elle. "Nous donnons l'impression d'avoir été privés de notre humanisme. Cela est dû aux actes commis par certains groupes religieux qui ont leur propre interprétation de la religion, et qui ont reçu l'attention des médias dans notre région. Ces groupes s'attirent un soutien populaire important parce qu'ils basent leurs discours sur le Coran."

Elle met en garde contre ce qu'elle qualifie de danger imminent. "Le phénomène frappe à la porte de tous les pays, y compris de ceux qui pensent être protégés contre l'extrémisme religieux", explique-t-elle. "Ils ne doivent pas se considérer à l'abri – même s'ils disposent de législations progressistes – parce que le risque de tomber dans le jeu de la religion et de ne pas la distinguer du discours officiel de l'Etat et de ses pratiques a des conséquences fatales."

"Ce qui se passe en Somalie est l'exemple de ce qui peut se produire partout où les facteurs de l'extrémisme religieux, du despotisme politique, du retard économique, de l'analphabétisme et du colonialisme se combinent", explique Sami Ibrahim, un spécialiste des groupes politiques islamiques.

Pour la journaliste Faten Ghanmi, les gouvernements du Maghreb doivent faire plus pour sensibiliser les jeunes de la région aux dangers de l'extrémisme. "Le Maghreb n'est pas protégé à cent pour cent contre ce phénomène... lutter contre les idées empoisonnées nécessite d'instiller des idées contraires chez nos enfants".

La façon d'y parvenir, suggère-t-elle, consiste à "instiller les valeurs d'humanité en général, et les valeurs prêchées par le véritable Islam".

Une approche intégrée impliquant les groupes de la société civile et les institutions d'enseignement est nécessaire pour donner aux jeunes les outils dont ils ont besoin pour combattre l'extrémisme, explique-t-elle. "Le fondamentalisme a trouvé un terreau fertile sur lequel croître, nous devons protéger ce terreau et l'immuniser contre toute idéologie extrémiste."

Le professeur mauritanien d'études islamiques Alda Ould Mohammed s'interroge sur l'identité religieuse de ces groupes miliciens somaliens. "J'ai été personnellement choqué par l'exécution d'Amina Mous Ali [une Chrétienne tuée à Galkayo pour avoir refusé de porter le voile] en Somalie", explique-t-il. "Je n'imaginais pas que certaines parties de notre monde musulman puissent être aussi noires. Je crains que ce type d'idées religieuses destructrices ne parvienne à d'autres pays musulmans. Je ne sais pas de quelle 'charia' parlent ces groupes en Somalie, ni à quelle religion ils croient."

L'Imam Mohammed Al Moustafa Ould Ali, de la mosquée Al Hoda en Mauritanie, a également réagi à l'exécution d'Amina Mous Ali. "J'ai entendu dans les médias l'exécution d'Amina en Somalie le mois dernier par ceux qui se baptisent eux-mêmes 'Jamat Al Sunna wal Jamaa'. J'ai été atterré par cet acte odieux qui ternit l'image de l'Islam... Je suis abasourdi par ceux qui se qualifient de Musulmans et exécutent de sang froid une personne innocente."

Son compatriote prêcheur Al Mukhtar Ould Ahmed a expliqué à Magharebia que "l'ignorance de la religion et le manque de compréhension de la réalité sont deux causes à ces massacres au nom de la religion".

"Le véritable Islam est fondé sur un principe," poursuit-il. "La religion n'a rien d'obligatoire, chacun est libre de choisir ses propres croyances... Le terrorisme et le meurtre au nom de la religion n'ont donc aucune justification."

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.