ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


13/01/10 (B533) Nouvelles de Somalie : reprise des accrochages et des combats. Le flux des déplacés s'accroît dans les pays frontaliers. (7 articles en Français)

___________________________ 7 - Centre Info ONU

Somalie : Le conflit redouble d'intensité et provoque un déplacement accru

Le conflit redoublant d'intensité en Somalie a un effet dévastateur sur la population civile et provoque un déplacement accru, s'est inquiété mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

« Plus de 150 personnes auraient été tuées ou blessées et quelque 7.000 personnes déplacées durant les tout derniers affrontements entre deux groupes de milices rivales, Al Shabaab and Ahlu Sunna Wal Jaama, à Dhusamareb dans la région de Galgaduud en Somalie centrale, le 2 janvier. Des informations sommaires indiquent que le nombre des personnes déplacées pourrait être plus important », a dit un porte-parole du HCR lors d'un point de presse à Genève.

Des ONG partenaires locales ont indiqué au HCR que les déplacés ont fui vers quelque 16 villages autour de Dhusamareb. La plupart d'entre eux vivraient en plein air sous des arbres et de nombreux enfants sont tombés malade du fait des baisses de température durant la nuit. Craignant un renouveau des combats, les déplacés ont indiqué n'avoir aucune intention de rentrer chez eux avant une stabilisation de la situation.

Alors que la situation sécuritaire ne permet pas d'intervenir dans l'immédiat, le HCR mène actuellement des discussions avec ses partenaires ONG locales pour trouver des moyens d'acheminer une assistance aux personnes déplacées par les tout derniers combats, et ce le plus rapidement possible.

Selon le HCR, de nombreuses régions de la Somalie centrale sont confrontées à un regain de tensions, y compris dans certains quartiers de Mogadiscio, la capitale, et de Beled Weyne, la capitale régionale de la région de Hiraan. A cause du conflit continu, la population civile est extrêmement vulnérable, alors que les services et les moyens d'existence sont quasi interrompus et de plus en plus limités.

Parallèlement, le nombre des Somaliens se dirigeant vers les pays voisins a également augmenté. Quelque 3.000 Somaliens ont été enregistrés en tant que réfugiés en Ethiopie pour le seul mois de décembre 2009. Le nombre estimé des nouveaux arrivants a augmenté de 100 à 150 par jour.

Au Kenya, 4.175 Somaliens ont été enregistrés en tant que réfugiés au complexe de réfugiés de Dadaab depuis décembre.

Plus de 110.000 Somaliens ont trouvé asile au Kenya (55.000), au Yémen (32.000), en Ethiopie (22.000) et à Djibouti (3.000) en 2009, portant ainsi le nombre total des réfugiés somaliens dans la région à plus de 560.000.

Des agences humanitaires craignent que les effets conjugués de l'insécurité croissante, de la sécheresse et de la suspension de l'aide alimentaire dans les régions du sud et du centre aggravent la crise humanitaire de la Somalie et provoquent un afflux à grande échelle vers les pays voisins ou proches.

___________________________ 6 - Voie3

En Somalie la guerre redouble d’intensité

Le conflit redoublant d’intensité en Somalie a un effet dévastateur sur la population civile et provoque un déplacement accru, s’est inquiété mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

« Plus de 150 personnes auraient été tuées ou blessées et quelque 7.000 personnes déplacées durant les tout derniers affrontements entre deux groupes de milices rivales, Al Shabaab and Ahlu Sunna Wal Jaama, à Dhusamareb dans la région de Galgaduud en Somalie centrale, le 2 janvier. Des informations sommaires indiquent que le nombre des personnes déplacées pourrait être plus important », a dit un porte-parole du HCR lors d’un point de presse à Genève.

Des ONG partenaires locales ont indiqué au HCR que les déplacés ont fui vers quelque 16 villages autour de Dhusamareb. La plupart d’entre eux vivraient en plein air sous des arbres et de nombreux enfants sont tombés malade du fait des baisses de température durant la nuit. Craignant un renouveau des combats, les déplacés ont indiqué n’avoir aucune intention de rentrer chez eux avant une stabilisation de la situation.

Alors que la situation sécuritaire ne permet pas d’intervenir dans l’immédiat, le HCR mène actuellement des discussions avec ses partenaires ONG locales pour trouver des moyens d’acheminer une assistance aux personnes déplacées par les tout derniers combats, et ce le plus rapidement possible.

3000 somaliens réfugiés en Ethiopie pour le seul mois de décembre

Selon le HCR, de nombreuses régions de la Somalie centrale sont confrontées à un regain de tensions, y compris dans certains quartiers de Mogadiscio, la capitale, et de Beled Weyne, la capitale régionale de la région de Hiraan. A cause du conflit continu, la population civile est extrêmement vulnérable, alors que les services et les moyens d’existence sont quasi interrompus et de plus en plus limités.

Parallèlement, le nombre des Somaliens se dirigeant vers les pays voisins a également augmenté. Quelque 3.000 Somaliens ont été enregistrés en tant que réfugiés en Ethiopie pour le seul mois de décembre 2009. Le nombre estimé des nouveaux arrivants a augmenté de 100 à 150 par jour.

Au Kenya, 4.175 Somaliens ont été enregistrés en tant que réfugiés au complexe de réfugiés de Dadaab depuis décembre.

Plus de 110.000 Somaliens ont trouvé asile au Kenya (55.000), au Yémen (32.000), en Ethiopie (22.000) et à Djibouti (3.000) en 2009, portant ainsi le nombre total des réfugiés somaliens dans la région à plus de 560.000.

Des agences humanitaires craignent que les effets conjugués de l’insécurité croissante, de la sécheresse et de la suspension de l’aide alimentaire dans les régions du sud et du centre aggravent la crise humanitaire de la Somalie et provoquent un afflux à grande échelle vers les pays voisins ou proches.

___________________________ 5 - Le Monde

Tirs de mortiers à Mogadiscio: dix tués, dont sept adolescents

Sept adolescents qui jouaient au football ont été tués mercredi par un obus de mortier tombé sur un terrain vague lors d'échanges de tirs entre insurgés et forces pro-gouvernementales qui ont fait au moins dix morts au total, a-t-on appris de sources concordantes.

Les insurgés ont tiré au mortier sur la présidence somalienne et des positions de la force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom), a indiqué à l'AFP un responsable gouvernemental en charge de la sécurité, Mohamed Ali.

Les forces pro-gouvernementales et l'Amisom ont riposté. Ces échanges de tirs ont débuté dans la nuit et ont continué de façon sporadique mercredi matin, a précisé cette source.

Selon des témoins, des obus sont tombés près de la présidence, notamment sur un terrain de football où jouaient des adolescents, dont plusieurs ont été tués.

"J'ai vu les cadavres de sept enfants (...) près de l'école primaire du 15 mai, ils jouaient au football quand l'obus est tombé", a raconté Mohamed Abdulle, l'un de ces témoins.

"Nous ignorons d'où venait le tir, il est tombé au milieu du terrain et a tué la plupart de mes amis", a expliqué Ali Hersi, qui jouait au côté des victimes.

Des sources médicales ont confirmé l'incident.

Selon le Dr Mohamed Yusuf Hasan, directeur de l'hôpital Medina, 13 victimes ont été admises à l'hôpital, dont deux sont décédées peu après.

Des témoins ont également rapporté la mort d'un civil atteint par une balle perdue dans le même quartier.

___________________________ 4 - Le Monde

Les Chabab somaliens rêvent d'exporter leur djihad

La poursuite du djihad somalien sur le sol du Yémen a commencé en chansons, et semble en être restée là. Début janvier, dans un camp du nord de Mogadiscio, la capitale somalienne, plusieurs centaines de jeunes recrues du groupe harakat Al-Chabab mujahidin (mouvement des combattants sacrés de la jeunesse), classé par les Etats-Unis comme un groupe terroriste, terminaient leur formation. Défilant drapeau noir au vent, ils ont pu écouter l'un de leurs chefs, Cheikh Mukhtar Robow Abu Mansur, célébrer leur future intervention au Yémen voisin, où "leurs frères devaient se préparer à les accueillir".

Le Yémen se trouve à quelques jours de mer des régions côtières somaliennes accessibles à ces Chabab. Les boutres sont nombreux sur ces routes maritimes, fréquentées notamment par les trafiquants d'armes et d'êtres humains. En théorie, l'océan Indien n'est donc pas un obstacle à un débarquement chabab au Yémen. En théorie, également, les affiliations revendiquées par les groupes armés islamistes yéménites et somaliens, qui incluent des liens avec le réseau Al-Qaida pourraient en faire des frères d'arme. Du reste, rien ne pourrait sans doute faire plus plaisir aux commandants chabab que de mettre ce plan à exécution, qui prouverait que le groupe somalien peut se hisser dans les tout premiers rôles djihadistes à l'échelle de la planète.

Mais s'il y a mouvement de Somaliens vers le Yémen, c'est essentiellement à bord d'embarcations de trafiquants emportant des clandestins, jetés sur les côtes yéménites au péril de leur vie. 32 000 Somaliens ont trouvé refuge chez l'inhospitalier voisin de la péninsule Arabique en 2009. Plus de 100 000 personnes au total ont quitté la Somalie au cours de l'année, fuyant les combats entre une coalition fluctuante de groupes islamistes, dont font partie les Chabab, et les forces du Gouvernement fédéral de transition (TFG), fragile entité bénéficiant de soutiens internationaux, et de l'appui des troupes de l'Union africaine, l'Amisom.

La menace du fouet

Revendiquant une affiliation à Al-Qaida, hébergeant des responsables de la cellule d'Afrique de l'Est de la nébuleuse d'Oussama Ben Laden, qui leur a rendu hommage dans un enregistrement audio assez bref diffusé en mars, les Chabab ont importé des techniques d'autres terrains djihadistes, notamment les attentats-suicides. Leur influence demeure cependant bornée par les frontières somaliennes. Ils contrôlent une grande partie du sud du pays, et sont engagés depuis début janvier dans une nouvelle offensive contre le TFG et d'autres mouvements, dont certains sont d'anciens alliés. Le but, selon des sources bien informées, est d'étendre leur influence dans le centre du pays pour étouffer progressivement Mogadiscio.

Dans ce cadre, l'intervention des Chabab au Yémen a toutes les chances de rester au stade des chansons et des promesses, tout comme l'avait été la formation en octobre d'une brigade des Mujahidin d'Al-Quds qui se promettait, sous les ordres d'Abdifatah Aweys Abu Hamasa, un "Afghan" somalien, de porter la guerre sainte à Jérusalem pour y "défendre la mosquée Al-Aqsa contre Israël".

Ces limites dissimulent-elles une emprise accrue de responsables d'Al-Qaida sur le mouvement ? Depuis novembre, Cheikh Mohammed Abou Faid, un responsable d'Al-Qaida de nationalité saoudienne aurait pris le contrôle du commandement des Chabab. Mais cette information repose sur la confession d'un commandant chabab "retourné" et nécessite de sérieuses confirmations.

Au cours des derniers mois, le groupe a donné des preuves de son rigorisme. Les Chabab menacent de fouet les hommes qui refusent de porter la barbe ou négligent de coudre l'ourlet des pantalons assez haut pour dégager les chevilles. Lapidations, amputations et séances de fouet se sont multipliées. Les Chabab ont également détruit des tombes de saints, dont les anniversaires sont d'importantes fêtes religieuses dans la Somalie des confréries soufies, s'aliénant une partie de la population.

Les Chabab entretiennent des relations complexes avec la société somalienne, où les alliances dépassent les notions religieuses. Des responsables du TFG rejoignent le milieu insurgé aussi facilement que des insurgés font défection à l'autre camp. Le chercheur du CERI (Sciences Po), Roland Marchal, spécialiste de la Somalie, distingue trois tendances parmi les Chabab. Les uns appartenant à une tendance néosalafiste (retour à l'islam des origines). D'autres étant issus du mouvement des Cours islamiques (au pouvoir pendant six mois en 2006 avant d'être chassés par l'Ethiopie). Le troisième groupe étant constitué d'anciens d'Afghanistan. Pour le chercheur français, seuls ces derniers retiendraient, à tort, l'attention de l'extérieur.

Internationalisé, le conflit somalien l'est depuis plusieurs années, avec l'intervention à des degrés divers de l'Ethiopie, de l'Erythrée, du Kenya et des Etats-Unis aux côtés du TFG. Côté Chabab, des combattants étrangers ont rejoint leurs rangs. Or, selon les estimations de l'Union africaine, le nombre de ces étrangers se monterait à 1 200, et tous ne sont pas des djihadistes aguerris. La moitié d'entre eux sont originaires du Kenya voisin, où vit une forte population somalie.

Jean-Philippe Rémy

___________________________ 3 - Le Figaro avec AFP

Somalie: milliers de déplacés (HCR)

L'intensification des affrontements entre insurgés islamistes shebab et un groupe pro-gouvernemental dans le centre de la Somalie a provoqué le déplacement de milliers de civils depuis début janvier, a indiqué mardi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

"L'intensification du conflit en Somalie a un effet dévastateur sur la population civile et déclenche une augmentation des déplacements", a expliqué un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d'un point de presse à Genève.

Les affrontements à l'arme lourde entre les Shebab et le groupe islamiste modéré pro-gouvernemental Ahlu Sunna Wal Jamaa, le 2 janvier dans la ville de Dhusamareb (centre), ont à eux seuls provoqué la fuite de quelque 7.000 personnes, a-t-il ajouté. Ce jour-là, "plus de 150 personnes ont été tuées ou blessées, selon des témoignages", a précisé le porte-parole en reconnaissant que le HCR ne disposait pas d'un tableau complet de la situation et que le nombre de déplacés "pourrait être supérieur".

Un demi-million de Somaliens ont quitté le pays

"Craignant une reprise des combats, les personnes déplacées ont dit qu'elles n'avaient pas l'intention de retourner chez elles tant que la situation ne se stabiliserait pas", a encore précisé Andrej Mahecic. De violents combats ayant fait des dizaines de morts opposent depuis début janvier milices pro-gouvernementales et insurgés islamistes (qui contrôlent le centre-sud du pays) dans plusieurs localités du centre de la Somalie.

Le nombre de Somaliens réfugiés dans un pays voisin s'est également "accru" récemment, a encore souligné le porte-parole. Le camp de Bokolmanyo, dans le sud-est de l'Ethiopie voisine, établi il y a seulement neuf mois, est déjà "plein" avec 22.000 personnes, a-t-il expliqué.

Plus de 110.000 Somaliens se sont réfugiés à l'étranger en 2009, dont 55.000 au Kenya, 32.000 au Yémen, 22.000 en Ethiopie et 3.000 à Djibouti, selon le HCR, qui estime que plus de 560.000 Somaliens ont déjà fui leur pays.

___________________________ 2 - Le Figaro avec AFP

Somalie: 16 tués dans des combats

Au moins seize personnes ont été tuées dans de nouveaux combats entre des insurgés shebab et le groupe islamiste modéré Ahlu Sunna Wal Jamaa (pro-gouvernemental) dans le centre de la Somalie, a-t-on appris de sources concordantes. Les affrontements ont éclaté hier soir dans les villages de Wabho et Warholo et se poursuivaient mardi à la mi-journée.

"Nous les repousserons de leurs derniers bastions (...) et si Dieu le veut nous les expulserons de toute la région", a déclaré à l'AFP cheikh Abdulahi Abdurahaman Abu-Yusuf, un commandant local d'Ahlu Sunna. "Nous avons tué beaucoup d'ennemis et nous avons perdu un combattant", a-t-il affirmé.

Selon des notables locaux, interrogés au téléphone par l'AFP depuis Mogadiscio, les combats ont fait au moins 16 tués. "La plupart des victimes sont des combattants et les civils ont fui les deux villages", a précisé l'un de ces notables, Moalim Mohamoud. Des responsables shebab ont confirmé ces combats, refusant de donner d'autres détails.

Par ailleurs, des centaines de civils ont fui la localité de Beledweyne, à 400 km au nord-ouest de Mogadiscio, près de la frontière éthiopienne, où de violents combats opposent depuis dimanche combattants d'Ahlu Sunna alliés à des miliciens claniques pro-gouvernementaux, et insurgés islamistes du Hezb al-Islam.

___________________________ 1 - JDD

Somalie: Combats meurtriers entre milices

Environ quinze personnes sont mortes lors de la troisième journée consécutive d'affrontements entre une milice progouvernementale et les rebelles islamistes d'Al-Chabaab dans le centre de la Somalie, ont rapporté mardi des témoins et l'ONG Elman.

Les hommes de Chabaab, soupçonné d'être affilié à Al-Qaïda et de vouloir imposer une interprétation rigoriste de la "charia" en Somalie, se sont opposés aux miliciens d'Ahlu Sunna Waljamaca, partisans d'une version plus modérée de l'islam, à Wabho et Warhole, situés au nord de la capitale, Mogadiscio.

Une trentaine de personnes ont été blessées à Warhole, a déclaré à Reuters Ali Yassine Geddi, vice-président d'Elman, précisant que les victimes se trouvent dans les deux camps.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.