ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


05/02/10 (B536) Nouvelles de Somalie (15 articles en Français)

______________________ 15 - AFP

Burundi: procès de 33 anciens soldats de l'Amisom pour mutinerie en Somalie

Le procès de 33 soldats burundais poursuivis pour s'être révoltés alors qu'ils servaient au sein de la force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) à Mogadiscio a débuté jeudi devant la justice militaire à Bujumbura, a constaté un journaliste de l'AFP.

Sur les 33 soldats poursuivis, tous des sous-officiers et des soldats, 23 étaient présents à l'ouverture de leur procès devant le Conseil de guerre de l'armée, a-t-on constaté.

Cinq autres ont déserté dès leur retour au Burundi en avril 2009, et cinq autres étaient absents pour divers motifs, selon la cour.

"Dans la nuit du 9 janvier 2009 à 04H00, ces soldats se sont rassemblés en prenant les armes sans autorisation, ils ont refusé les ordres de leurs supérieurs (...)", a rappelé l'auditeur militaire, le lieutenant-colonel Jean-Claude Nzigamasabo, représentant l'accusation.

"(...) Ils réclamaient une somme de 6.000 dollars américains, en prétendant que leurs supérieurs avaient détourné des sommes promises par l'UA", a précisé le lieutenant-colonel Nzigamasabo.

"Nous poursuivons tous ces 33 soldats pour révolte et incitation à la révolte. Ils ont pris les armes, ont occupé toutes les positions stratégiques à l'université de Mogadiscio, (...), pendant plusieurs heures", a poursuivi l'accusation.

La mutinerie avait duré plusieurs heures. Elle avait été tenue secrète à l'époque, et les soldats mutins n'avaient pas été alors inquiétés. Ils ont été arrêtés en avril, plusieurs semaines après leur retour au Burundi en mars.

Déployée depuis 2007 à Mogadiscio, l'Amisom compte près de 5.300 soldats ougandais et burundais, qui interviennent en soutien en soutien au gouvernement somalien de transition (TFG), dont l'autorité se limite à quelques quartiers de la capitale face aux insurgés islamistes shebab.

Les militaires burundais sont notamment déployés dans le sud-ouest de la ville, dans l'enceinte de l'université, où ils font face aux attaques quasi-quotidiennes des insurgés.

La question des salaires, payés avec de nombreux mois de retard, et des rémunérations en général reste toujours très sensible au sein du contingent burundais, a constaté l'AFP au cours d'un récent séjour à Mogadiscio.

______________________ 14 - Voie 3

La Somalie à feu et à sang

La soudaine escalade de violence qui s’est produite au mois de janvier en Somalie a provoqué la mort de centaines de civils et le déplacement de plus de 80.000 autres, a indiqué mardi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

affrontements d’une grande intensité

Selon des sources locales, des affrontements d’une grande intensité pour le contrôle des régions du centre du pays, déchiré par la guerre, entre les forces gouvernementales et les groupes armés dissidents ont coûté la vie à 258 civils et ont fait 253 blessés. Le mois de janvier devient ainsi le mois le plus meurtrier depuis août dernier, a précisé un porte-parole du HCR.

Au cours du mois de janvier, quelque 29.000 personnes ont dû fuir à cause des affrontements à Dhusamareebb, dans la région de Galgaduud, plus de 25.000 autres ont quitté leurs foyers pour échapper à de nouveaux affrontements à Beled Weyne dans la région d’Hiraan, et encore 18.000 autres personnes ont été déplacées par le conflit en cours dans la capitale, Mogadiscio. Des milliers d’autres personnes ont également dû quitter leurs foyers dans d’autres parties de la Somalie.

1,4 million de personnes déplacées et 560.000 personnes réfugiées

Selon le HCR, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays dans la région de Galgaduud font face à des conditions très difficiles. Selon les informations reçues, par crainte de retourner chez elles, beaucoup de personnes dorment dehors, les abris mais également l’eau devenant rares. « Nous sommes de plus en plus inquiets pour les conditions de santé, en particulier celles des groupes les plus vulnérables, enfants, femmes et personnes âgées », a dit le porte-parole.

Jusqu’ici la détérioration des conditions de sécurité a rendu très difficile, voire impossible, l’accès des travailleurs humanitaires aux personnes dans le besoin. Dès que la situation sécuritaire le permettra, le HCR prévoit de distribuer des biens humanitaires d’urgence et des matériaux pour s’abriter à plus de 18.000 personnes dans 27 lieux où les personnes déplacées ont temporairement trouvé refuge autour de Dhusamareebb et Belet-Weyn.

La Somalie compte plus d’1,4 million de personnes déplacées et 560.000 personnes réfugiées dans les pays voisins. En 2009, plus de 120.000 somaliens ont cherché refuge principalement au Kenya, au Yémen et en Ethiopie.

_______________________ 13 - JDD

Somalie: Explosion mortelle dans un hôpital

Plusieurs Somaliens sont morts lundi soir, suite à une explosion à la clinique de consultations externes de l'Union africaine, située à proximité de l'aéroport de Mogadiscio.

"J'ai entendu une explosion. Un certain nombre de Somaliens sont morts (au service des consultations externes) de notre base", a déclaré Barigye Ba-hoku, porte-parole des forces de maintien de la paix de l'UA en Somalie.

"La cause de l'explosion et le bilan précis des morts ne m'ont pas été confirmés. D'après mes informations, des Somaliens ont été tués à l'endroit où ils se rassemblent pour les médicaments", a-t-il précisé

_______________________ 12 - Les Afriques

Somalie : Des soldats formés en Ouganda par une mission de l'UE

Quelque 2000 soldats somaliens seront formés en Ouganda par une centaine d'instructeurs militaires européens, au moins, pour renforcer la fragile autorité du gouvernement de transition de ce pays.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) ont décidé de « de mettre sur pied une mission militaire pour contribuer à la formation des forces de sécurité somaliennes ».

L'opération sera lancée au printemps 2010 et durera six mois.

Rappelons que la France a déjà entamé à Djibouti la formation d'un bataillon de 500 militaires somaliens.

______________________ 11 - Organisation Presse africaine (Ch)

Mogadiscio : 52 femmes et enfants blessés par des bombardements indiscriminés ont été admis à l’hôpital de Daynile

Tandis que des combats violents secouent une fois encore la capitale somalienne, Mogadiscio, l’organisation médicale Médecins Sans Frontières (MSF) a admis 89 personnes souffrant de blessures causées par des explosions dans son hôpital du quartier de Daynile, entre le 29 janvier et le 2 février. Parmi ces blessés, 52 étaient des femmes et des enfants.

« Le nombre de femmes et d’enfants figurant parmi les blessés reçus dans les 72 heures ne peut être assimilé à des « dommages collatéraux ». Force est de constater l’absence totale de considération pour le sort des populations civiles », a déclaré Axelle de la Motte St.Pierre, chef de mission pour MSF. « La situation à Mogadiscio est particulièrement complexe et toutes les parties au conflit peuvent être tenues pour responsables du nombre élevé de morts et de blessés, mais les bombardements indiscriminés de zones très densément peuplées sont totalement inacceptables. »

En 2009, environ la moitié des 1137 personnes admises à l’hôpital de Daynile souffrant de blessures causées par des explosions étaient des femmes et des enfants âgés de moins de 14 ans.

MSF en appelle à tous les belligérants, incluant le gouvernement fédéral de transition (TFG), les forces de maintien de la paix de l’Union africaine (AMISOM) ainsi que les différents groupes d’opposition, afin de prendre les mesures qui s’imposent pour épargner les populations civiles en respectant pleinement les principes de distinction et de proportionnalité.

MSF, organisation médicale indépendante, mène des projets dans huit régions de Somalie. Plus de 1500 employés somaliens, soutenus par une équipe de 90 personnes basées à Nairobi, fournissent des soins de santé primaires, des traitements contre la malnutrition, une assistance médicale et matérielle aux déplacés, de la chirurgie, ainsi que des distributions d’eau et de biens de première nécessité dans certaines zones. Pour mener à bien ses projets en Somalie, MSF n’accepte aucun fonds en provenance des gouvernements, et s’appuie sur des dons exclusivement privés pour financer ses actions.

______________________ 10 - Algérie. dz avec Le Jeune Indépendant

L’Algérie promet d’envoyer un contingent de 1 700 soldats en Somalie selon une source de l’Agence africaine de presse.

L’Algérie affirme son attachement à parrainer les efforts de paix au Darfour, à Madagascar et dans la région du Sahel. La sécurité et la paix en Afrique ont été la préoccupation centrale des dirigeants africains durant le sommet d’Addis Abeba. Les conflits et guerres de rébellion au Darfour, en Somalie et en Guinée restent inquiétants.

Hier à Addis Abeba, le président Bouteflika a déploré la persistance de l’insécurité et de l’instabilité dans certaines régions du continent. Lors de son allocution sur les questions de la paix et de la sécurité au 14e sommet de l’UA, il a abordé la situation de la Somalie en estimant qu’« elle ne se réduit pas à une simple question de piraterie maritime, qui est une conséquence de l’absence d’autorité nationale dans ce pays ».

L’urgence est évidente d’envoyer un contingent algérien travaillant sous l’égide de l’AMISOM.

« Il nous paraît urgent de parachever le déploiement des bataillons restants de l’AMISOM et de mobiliser le reste des promesses de contribution de la Conférence de Bruxelles, ce qui permettra de renforcer les capacités des institutions somaliennes, de consolider la stratégie globale de sortie de crise et de restaurer l’Etat somalien dans sa plénitude. »

Sur le dossier soudanais, le chef d’Etat algérien a encore une fois réitéré la position algérienne selon laquelle « l’Afrique est à même de promouvoir des solutions responsables et efficientes aux problèmes auxquels le continent est confronté ».

Dans ce cadre, l’Algérie sera l’un des pays qui apportera sa contribution aux efforts de paix et de stabilité au Darfour qui demeure la région la plus tendue au niveau du continent. Le Président regrette au passage « l’appel malheureusement non entendu, adressé au Conseil de sécurité de l’ONU pour la suspension du mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale contre le président Omar Hassan El-Bachir ». De même, la résurgence de la violence en Guinée n’est pas passée inaperçue pour le chef de l’Etat algérien qui a qualifié la situation de préoccupante, appelant « l’UA à demeurer ferme et sans concession devant de telles dérives ».

Autrement dit, l’Algérie sera toujours contre les changements anticonstitutionnels ou coups d’Etat en Afrique. C’est à cet effet que l’Algérie a enregistré une satisfaction dans le règlement de certains conflits, notamment en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, au Burundi, aux Comores, au Sierra Leone et au Liberia.

________________________________ 9 - UNICEF

Fuir les combats, encore et toujours

Des civils tués, des civils blessés. Des milliers de familles déplacées. La Somalie est toujours le théâtre de violences.

Les violences se poursuivent entre groupes rebelles et forces du gouvernement de transition en Somalie. A Mogadiscio, le 25 janvier, une explosion à la clinique de l’Union africaine, près de l’aéroport de Mogadiscio, a tué et blessé des civils. Le bilan précis n’est pas connu pour l’instant mais les personnes touchées attendaient simplement d’être soignées dans l’établissement au moment de cette attaque meurtrière.

Les Nations unies et les ONG pillées

Le 22 janvier dernier, deux groupes islamistes, Al Shabaab et Hisbul Islam, ont repris la ville de Belet Weyne, après de violents combats. Au moins 10 personnes ont été tuées et plus de 21 blessées. Le 25 janvier, d’autres combats ont également touché le village d’Elgal, à 15 kilomètres de Belet Weyne. 5 personnes sont mortes, 7 autres ont été blessées. Et la liste des civils touchés, dans différents districts somaliens, est longue… Des rapports indiquent ainsi que les 26 et 27 janvier, des milices islamistes ont décapité 8 personnes dans les environs de Belet Weyne.

Après la reprise de cette ville, les groupes islamistes ont saisi les ordinateurs, les armes des gardes et d’autres équipements des bureaux des Nations unies et d’ONG internationales installées sur place. Certains objets pillés ont finalement été rapportés.

Populations déplacées

Depuis le 1er janvier, environ 18 000 personnes ont été déplacées de Mogadiscio, dont 13 900 ont quitté la ville et 4 400 ont trouvé refuge dans des zones plus sûres de la capitale.

Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR), dans la seule ville de Belet Weyne, plus de 25 000 civils ont été déplacés. Dans la région de Galguduud, dans les villes de Warhole et Owsweyne, ce sont près de 30 000 personnes qui sont toujours déplacées à cause des combats depuis début janvier.

________________ 8 - Lessakele (Blog) avec Courrier international

Après l'allégeance des Somaliens, Al-Qaida offre son aide aux "musulmans nigérians" 03-02-2010 Le 1er février, la cellule Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) a offert d'aider les "musulmans nigérians" en leur fournissant des armes, des munitions et des hommes, ainsi qu'en les entraînant à la lutte armée.


Le Nigeria fait actuellement face à une grave crise religieuse, opposant chrétiens et musulmans intégristes dans le nord et le centre du pays.

La proposition d'AQMI est survenue alors que, le même jour, les rebelles islamistes somaliens proclamaient officiellement leur allégeance au réseau terroriste.

Le mouvement islamiste somalien Al Chabaab a conclu une alliance avec un autre groupe rebelle, Kamboni, implanté dans le sud du pays, et a prêté officiellement allégeance à la mouvance Al Qaïda dans sa «guerre sainte».

La Somalie n’a plus de véritable gouvernement central depuis vingt ans et se trouve plongée dans une anarchie sanglante dont cherchent à profiter factions politiques rivales, extrémistes religieux, bandes criminelles, pirates de l’océan Indien et du golfe d’Aden. Dans un communiqué daté de vendredi dernier et dont Reuters a obtenu lundi une copie, le groupe Al Chabaab («La Jeunesse», en arabe), annonce s’être allié avec la milice rebelle Kamboni, basée à Kismayo, un port du sud du pays.

«Nous avons décidé de rejoindre le Djihad nternational d’Al Qaïda (...) Nous avons également décidé d’unir les moudjahidine (combattants) d’Al Chabaab et de Kamboni pour libérer l’Est et la corne de l’Afrique actuellement sous le joug de chrétiens minoritaires», précise ce communiqué. «Nous nous sommes unis pour renforcer la force militaire, les ressources économiques et politiques de nos moudjahidine afin de mettre fin à la guerre voulue par les colonisateurs et de prévenir les attaques des chrétiens qui ont envahi notre pays».

Le terme de «chrétiens» fait probablement référence aux troupes éthiopiennes qui sont intervenues en Somalie fin 2006 pour chasser de Mogadiscio le régime des «tribunaux islamiques», ainsi qu’aux soldats ougandais et burundais de la force de paix de l’Amisom actuellement déployée à Mogadiscio.

Tirs d’artillerie à Mogadiscio Ce communiqué est apparemment dû à plusieurs dirigeants rebelles comme Cheikh Hassan Turki, chef de la milice Kamboni, et le numéro un d’Al Chabaab, Ahmed Abdi Godane.

Selon les spécialistes de la région, les effectifs d’Al Chabaab s’élèvent à 5.000 hommes, ceux de la milice Kamboni à quelques centaines de combattants. Dans la nuit de dimanche à lundi, au moins 16 personnes ont été tuées et 70 autres blessées dans la capitale Mogadiscio, où l’armée a riposté à des tirs de mortiers sur le palais présidentiel. La violence politique et religieuse en Somalie a fait 21.000 morts et un million et demi de personnes déplaceés en trois ans. Le ministre somalien des

Affaires étrangères, Ali Jama Jangeli, a demandé vendredi lors d’un sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, le renforcement de la mission de l’UA en Somalie. Ses homologues kényan et soudanais l’ont soutenu dans cet appel que Djibouti avait précédé en annonçant le déploiement de 450 soldats. Dimanche, un porte-parole d’Al Chabaab, Cheikh Ali Mohamoud Rage, a invité Djibouti à revoir sa décision.

La force africaine de maintien de la paix en Somalie est constituée de 5.000 soldats ougandais et burundais sous-équipés, dont les moyens sont trop faibles pour assurer efficacement la sécurité.

____________________ 7 - Edtions Source du Nil

Al-Qaïda étend son réseau en Somalie

Deux mouvements islamistes somaliens ont décidé d’adhérer à la nébuleuse terroriste

Les milices Shebab et Kamboni ont décidé de rejoindre Al-Qaïda après avoir conclu une alliance. Ayant déjà semé la mort parmi les Somaliens de toutes confessions, elles ont annoncé qu’elles cibleraient la minorité chrétienne du pays.

Deux des mouvements islamistes qui ensanglantent la Somalie ont décidé d’adhérer à Al-Qaïda, l’organisation terroriste internationale. Vendredi dernier, les Shebab, un des mouvements guerriers les plus actifs autour de Mogadiscio, ont annoncé avoir conclu une alliance avec la milice rebelle Kamboni, implantée à Kismayo, un port du sud du pays. Les deux groupes ont décidé de faire allégeance à Al-Qaïda.

Objectif : combattre la minorité chrétienne de Somalie, tel qu’ils l’ont indiqué dans un communiqué publié vendredi. « Nous avons décidé de rejoindre le Djihad international d’Al-Qaïda (...) Nous avons également décidé d’unir les moudjahidine (combattants) d’Al Chabaab et de Kamboni pour libérer l’Est et la corne de l’Afrique actuellement sous le joug de chrétiens minoritaires », indique le communiqué.

Les chrétiens de Somalie sont très peu nombreux. La plupart d’entre eux sont rattachés à l’Église éthiopienne orthodoxe, et une centaine de catholiques vivent dans un seul diocèse, celui de Mogadiscio. La menace d’Al Chabaab et de Kamboni pourrait ainsi viser plus largement les troupes éthiopiennes qui, fin 2006 étaient intervenues en Somalie, et aussi les soldats ougandais et burundais de la Force de paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom) déployée à Mogadiscio.

Al Chabaab compterait quelques 5000 hommes, selon les spécialistes. Ces dernières semaines, cette milice a revendiqué plusieurs attaques meurtrières dans la région de Mogadiscio. L’alliance avec la milice Kamboni devrait augmenter ses effectifs de quelques centaines de nouveaux combattants.

Un pays ruiné par la guerre

Désormais considéré comme un pays en faillite, la Somalie n’a plus de gouvernement stable depuis vingt ans. Plusieurs chefs de guerres y ont trouvé un terrain propice aux affrontements meurtriers. Et chaque jour apporte son cortège de morts. Quelques 16 personnes ont ainsi été tuées et 70 autres blessés à Mogadiscio, dans la nuit de dimanche à lundi. Ces trois dernières années, au moins 21 000 personnes ont perdu la vie à cause des combats, et un million et demi d’autres ont dû se déplacer.

Le gouvernement du cheikh Sharif Ahmed, ancien dirigeant des tribunaux islamiques élu président fin décembre 2008, souhaite un renforcement de la présence militaire de l’Union africaine. Constitué de 5000 soldats burundais et ougandais, la force de maintien de la paix de l’UA en Somalie s’avère à la fois sous-équipée et inefficace. L’Etat de Djibouti a annoncé jeudi dernier l’envoi de 450 soldats.

Les Etats-Unis qui considèrent depuis quelques années la Somalie comme l’un des foyers les plus actifs d’Al Qaeda en Afrique déclenchent sporadiquement des actions ciblées à Mogadiscio et ses environs. Pas de quoi inquiéter outre mesure les mesures les seigneurs de la guerre qui mettent le pays à feu et à sang.

René Dassié

_______________________ 6 - Le Devoir (Guinée)

Les insurgés islamistes radicaux somaliens shebab ont officiellement proclamé leur allégeance à al-Qaïda lors d'une réunion des principaux cadres du mouvement à Baïdoa.


«Nos décisions incluent [celle] de porter le djihad dans les régions de la Corne de la Afrique et d'Afrique de l'Est afin de libérer les communautés islamiques et de lier notre djihad à celui, global, dirigé par al-Qaïda et son chef Oussama Ben Laden», a déclaré Cheikh Fouad Mohamed Shangole, un haut dirigeant shebab.

Fin 2009, le chef des shebab Mohamed Abdi Godane, présent à la réunion de Baïdoa, avait proclamé son allégeance à Ben Laden dans un enregistrement vidéo.Mais les shebab demeuraient divisés sur ce point, une faction demeurant attachée au seul agenda politique somalien tandis qu'une frange plus radicale refusait tout compromis politique et se rangeait sous la bannière d'al-Qaïda.

______________________ 5 - AFP

Combats en Somalie: 258 civils tués en janvier

Les combats dans le centre de la Somalie entre les forces gouvernementales et les rebelles islamistes ont été particulièrement meurtriers en janvier, avec un bilan de 258 morts et 253 blessés parmi les civils, a souligné mardi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

"Janvier a été le mois le plus meurtrier depuis août dernier", a assuré devant la presse à Genève un porte-parole du HCR, M. Andrej Mahecic.

A Mogadiscio même, environ 1.200 personnes blessées par des armes à feu ont été soignées au cours des trois derniers mois dans les deux hôpitaux soutenus par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a indiqué de son côté le CICR.

"La violence en Somalie a connu une vive escalade en janvier" et, depuis le début de l'année, plus de 80.000 Somaliens supplémentaires se sont jetés sur les routes pour fuir les combats, a-t-il ajouté.

En janvier, "environ 29.000 personnes ont été déracinées par les intenses affrontements à Dhusamareebb, dans la région de Galgaduud, plus de 25.000 ont fui leurs maisons pour échapper à la reprise des combats à Beled Weyne, dans la région d'Hiraan, tandis que l'on sait que 18.000 autres ont été déplacées en raison des combats en cours dans la capitale, Mogadiscio", a détaillé le porte-parole du HCR.

Actuellement, un total de "plus de 1,4 million de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Somalie et environ 560.000 Somaliens sont réfugiés dans les pays voisins", notamment au Kenya, au Yémen et en Ethiopie, selon le HCR.

Comble de malheur, la saison des pluies d'automne (octobre-décembre) n'a pas tenu ses promesses, a rapporté le CICR.

"Les pâturages et l'eau sont rares" dans le centre du pays et les régions semi-arides le long des frontières avec l'Ethiopie et le Kenya car "les dernières pluies abondantes dans ces régions remontent à plus de trois ans", a souligné devant la presse une porte-parole du CICR, Mme Anna Schaaf.

La prochaine saison des pluies est attendue pour mars ou avril.

"La dégradation des conditions de sécurité a rendu difficile, voire impossible, aux travailleurs humanitaires d'atteindre les populations dans le besoin", a déploré le HCR, qui veut distribuer de l'aide "dès que la situation le permettra" à plus 18.000 personnes qui se sont établies temporairement dans 27 localités autour de Dhusamareebb et de Belet-Weyn.

De son côté, le CICR a distribué des matériaux pour édifier des abris de fortune à 75.000 déplacés dans le centre et le sud de la Somalie, ainsi que des rations alimentaires pour un mois à 65.000 déplacés.

______________________ 4 - CCTV (Chine)

Somalie : au moins 16 morts dans des heurts

Dans la capitale somalienne, des rebelles islamistes ont tiré des mortiers sur le palais présidentiel, provoquant des heurts avec l'armée du gouvernement. Au moins 16 personnes ont trouvé la mort.

Les rebelles prennent régulièrement pour cible le palais Villa Somali à Mogadiscio, ce qui provoque la riposte des soldats du gouvernement. Depuis 2007, les violences ont tué environ 21 mille personnes dans le pays et ont provoqué la fuite d'1 million 500 mille personnes. 5 mille soldats de maintien de la paix, venus de l'Ouganda et du Burundi, sont basés dans la capitale somalienne. Le ministre somalien des Affaires étrangères a demandé à l'Union africaine d'envoyer davantage de soldats chargés du maintien de la paix.

______________________ 3 - Senego avec AOL

Somalie: au moins 12 civils tués dans des combats à Mogadiscio

Au moins 12 civils ont été tués à Mogadiscio dans de violents combats à l’artillerie opposant insurgés islamistes radicaux à la Force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), a-t-on appris lundi auprès de témoins et de source médicale.Au moins 12 civils ont été tués à Mogadiscio dans de violents combats à l’artillerie opposant insurgés islamistes radicaux à la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), a-t-on appris lundi auprès de témoins et de source médicale.

Selon une source gouvernementale, les insurgés ont tiré plusieurs obus de mortier dimanche soir depuis le nord de la ville en direction de la présidence somalienne, entraînant une riposte de l’Amisom qui protège le gouvernement somalien.

« Douze civils innocents ont été tués, à notre connaissance, dans ces bombardements. Nous sommes encore sous le choc de ces tirs sans distinction », a déclaré à l’AFP un chef coutumier, Mohamed Adan Ilbir.

« Notre équipe a récupéré huit civils tués dans les échanges d’artillerie et 55 autres blessés, dont certains grièvement », a rapporté le chef du service des ambulances de Mogadiscio, Ali Muse, ajoutant que le bilan pourrait s’alourdir.

« Les combats à l’artillerie ont été les pires enregistrés récemment à Huriwa et Yaqshid », deux quartiers du nord de la ville, a ajouté Ali Muse.

Par ailleurs, un témoin a dénombré quatre autre victimes civiles dans le quartier voisin d’Elturaye.

« Quatre personnes ont été tuées à Elturaye, leurs corps étaient déchiquetés par un tir d’artillerie. C’était horrible », a décrit Abdulahi Nure.

Les insurgés islamistes, qui ont juré la perte du gouvernement de transition, prennent régulièrement pour cible la présidence somalienne, Villa Somalia, ou la base principale de l’Amisom, qui jouxte l’aéroport.

L’Amisom réplique tout aussi régulièrement, et ces échanges de tirs font de nombreuses victimes civiles, même si la force de paix affirme tout faire pour minimiser les victimes collatérales.

___________________________ 2 - Nouvel Obs avec AP

Al-Qaïda propose d'armer et de former les musulmans nigérians

Abdelmalek Droukdel, le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, propose d'armer et de former les musulmans du Nigeria, qu'il estime victimes d'une "croisade" menée par leurs compatriotes chrétiens.

"Nous sommes prêts à entraîner vos fils à l'usage d'armes", déclare-t-il dans un message publié lundi sur un site web. Il offre un soutien en "hommes, armes, munitions et équipement".

Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique exhorte les Nigérians à "pousser (leurs) fils dans les champs de bataille du djihad pour qu'ils deviennent l'avant-garde combattante dans la défense du sang et de l'honneur des musulmans".

Le mois dernier, des violences ont opposé chrétiens et musulmans dans le centre du Nigeria, faisant 326 morts. Mais Droukdel affirme que seuls des musulmans - plus de 500 au total - ont été tués. "C'est clairement un massacre uniquement contre les musulmans", dit-il.

"La seule façon de mettre un terme à ces massacres sans fin et de rétablir vos droits", plaide-t-il, "c'est de vous préparer à la guerre sainte et le meilleur exemple vous est donné par vos frères en Somalie qui affrontent les croisés éthiopiens".

___________________________ 1 - Le Parisien

L'agent de la DGSE capturé en Somalie est vivant

Bernard Bajolet, coordonnateur national du renseignement à la Présidence de la République, a été entendu mercredi dernier par la Commission de la défense de l'Assemblée nationale. Lors de cette audition, l'ancien ambassadeur (Algérie, Irak, Jordanie) a évoqué le sort des agents de renseignement français retenus actuellement en otages dans différents pays d'Afrique et du Moyen-Orient.

En réponse à une question de Guillaume Garot, député PS de la Mayenne, sur le nombre d'agents des services français actuellement détenus, il a précisé : «Nous avons actuellement huit otages. Un au Mali, Pierre Camatte, quatre au Soudan, un en Somalie et deux en Afghanistan».

Interrogé par le président de la Commission, Guy Tessier, sur les contacts avec les ravisseurs et les conditions de détention de ces otages, Bernard Bajolet est resté volontairement vague. «Ces huit otages mobilisent des moyens conséquents, notamment de la DGSE. Leur gestion simultanée représente un énorme effort. Certains sont précisément localisés ; pour d’autres, cela se révèle plus difficile. Des contacts sont établis pour certains d’entre eux.» Il a cependant ajouté : «Il y a de bonnes raisons de penser que les huit sont vivants.»

«Aucune option n’est jamais exclue»

Quant à l'éventualité d'une action de force pour les libérer, le coordonnateur du renseignement n'a rien exclu. «Les cas sont différents, a-t-il précisé. Chacun obéit à une logique particulière. Aucune option n’est jamais exclue. La vie des otages est la priorité absolue et les décisions sont prises sur la base de ce critère.»

Par ailleurs, Bernard Bajolet a rappelé aux députés que la France restait sous une menace terroriste élevée. «Aujourd’hui le curseur ne redescend pas : il reste à un seuil très haut. Vigipirate est toujours au niveau rouge. La menace est réelle et élevée. Le fait qu’il n’y ait pas d’attentat ne signifie pas qu’elle soit réduite.» Il a révélé que les services de renseignement français avaient contrecarré certaines opérations. «Plusieurs attentats ont été déjoués, la plupart grâce à l’action de nos services et, dans certains cas, avec l’aide de services étrangers. À la fin de l’année dernière, il y a eu une volonté d’attentat sur notre sol. Malgré tous nos efforts, nous n’avons pas de garantie d’infaillibilité ou d’aptitude à toujours prévenir les attaques.»

Agé de 60 ans, Bernard Bajolet était en poste à Damas (Syrie) en 1986 lors de l'affaire des otages français au Liban. Quelques années plus tard, ambassadeur à Bagdad, il eut à gérer les prises d'otage des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, puis Florence Aubenas. Il a toujours affirmé n'être que diplomate, sans faire partie de la DGSE.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.