ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


19/02/10 (B538) Nouvelles de Somalie (10 articles)

__________________________ 10 - AFP

Somalie: les victimes civiles, un des enjeux de la bataille de Mogadiscio

Hervé BAR

Dans leur offensive annoncée contre les insurgés shebab à Mogadiscio, les soldats pro-gouvernementaux et la force de paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) seront aussi jugés sur leur capacité à épargner les civils, aujourd'hui les premières victimes du conflit.

Chaque jour dans la capitale somalienne en guerre, les belligérants s'affrontent dans de meurtriers duels d'artillerie, selon un scénario écrit à l'avance.

Depuis leur bastion densément peuplé de Bakara ou "African village", les shebab lancent une volée d'obus de mortiers visant des positions de l'Amisom ou du TFG (gouvernement).

La riposte --également au mortier-- est généralement immédiate, qui s'abat en direction de l'origine présumée des tirs sur les quartiers insurgés, fauchant inévitablement des civils.

Après des mois de relative indifférence, les critiques internationales sont montées d'un cran ces dernières semaines contre ces "bombardements indiscriminés qui ont un impact disproportionné sur les civils", selon le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies en Somalie, Mark Bowden.

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a récemment dénoncé le "manque total de considération" pour la vie des civils de la part de "toutes les parties".

Amnesty International s'est alarmée "des attaques indiscriminées et disproportionnées (des insurgés), auxquelles les forces pro-TFG ont souvent répondu de la même manière".

"La nature urbaine du conflit et l'échec fréquent de toutes les parties à limiter les violences à des cibles militaires identifiées placent inévitablement les civils dans une situation très risquée", s'inquiétait en janvier le Conseil de sécurité de l'ONU.

La majorité de ces incidents ont lieu en zone shebab, jetant immédiatement, aux yeux de la population locale, le discrédit sur les forces du TFG et de l'Amisom.

"L'Amisom et le gouvernement ne font preuve d'aucune retenue dans leurs représailles", accuse ainsi un militant local des droits de l'homme, sous couvert d'anonymat.

En l'absence de tout observateur indépendant, et dans un contexte d'intense propagande, les responsabilités exactes sont cependant difficiles à établir.

Attentats aveugles, justice expéditive, atrocités en tout genre: "le mépris des shebab pour les civils n'est plus à démontrer", estime une source occidentale dans la capitale.

"Ils n'ont aucun scrupule à bombarder à proximité d'hopitaux, ou en usant de mortiers mobiles montés sur des véhicules, dans l'intention délibérée d'attirer une riposte meurtrière", accuse cette source.

Pour autant, "cela ne justifie en rien la violence des ripostes systématiques du TFG et de l'Amisom", selon le même observateur.

Face à ces accusations, le gouvernement assure essayer de minimiser les dommages. L'Amisom affirme de son côté tout faire pour épargner les civils.

"Nos soldats font preuve du maximum de retenue pour riposter quand ils sont en danger imminent", explique, irritée, une source militaire haut placée au sein de la force. "Ils ne tirent jamais les premiers (...), mais se réservent le droit à l'auto-défense".

"Notre mission est de protéger et d'assister les populations. Pas d'aggraver leur situation déjà très précaire", commente le même officier supérieur, qui cite "les nombreux incidents où nos adversaires ont ciblé directement des civils".

"En cas d'erreur ou d'accidents, nous mènerons une enquête et les responsables seront punis ou réprimandés", affirme-t-il.

L'UA est parfaitement consciente des effets désastreux de ces dommages collatéraux --sur la scène internationale comme dans les rues de Mogadiscio--, et de la propagande shebab sur le sujet, selon l'un de ces responsables.

"Désormais si par malheur nous tuons des civils, nous le dirons", promet-il.

Pourrait dès lors se poser un autre problème: les compensations aux proches des victimes, alors que l'UA peine déjà à payer ses propres soldats.

__________________________ 9 - Les Afriques

Somalie : Des troupes éthiopiennes à Bakool et Hiiraan

Des troupes éthiopiennes se sont positionnées dans certaines parties de Bakool et Hiiraan, accompagnées de centaines de militaires somaliens formés en Ethiopie, selon des témoignages de la région.

Des maisons ont été perquisitionnées et des arrestations de suspects ont été signalées dans ces villes.

Le porte-parole du gouvernement somalien dans la région, Mohamed Nur, a nié la présence de soldats éthiopiens sur le sol somalien.

« Les troupes qui ont commencé à perquisitionner les lieux tôt le matin, dimanche, font partie des forces gouvernementales somaliennes qui ont été formées en Ethiopie, je vous assure qu'il n'y a pas un seul soldat éthiopien dans la ville », a-t-il déclaré.

L'Ethiopie a retiré ses troupes de Somalie depuis le début de l'année dernière.

_____________________ 8 - AFP

Somalie: avant la bataille, les bonnes affaires du marché noir des armes

Ali MUSA ABDI

A Mogadiscio, tandis que les forces gouvernementales et les insurgés islamistes s'apprêtent à se livrer une bataille d'envergure, des combattants achètent pistolets et fusils d'assaut en toute tranquillité sur le principal marché de la ville.

Devant les rumeurs persistantes d'offensive imminente des forces gouvernementales contre les insurgés, des milliers de civils ont fui ces derniers jours la capitale somalienne et la plupart des échoppes ont fermé.

Mais pour le commerce au détail d'armes neuves ou d'occasion, les affaires sont florissantes.

Abdi Hirsi, l'un de ces vendeurs, explique ainsi que son produit phare, un pistolet chinois, se vend 25% plus cher depuis plusieurs jours.

"Le pistolet chinois, qui partait avant pour 560 dollars, se négocie à présent autour de 700 dollars", a-t-il expliqué à l'AFP. "Je vous parle d'un modèle neuf, dans son emballage".

"Si vous voulez en acheter plus, on peut baisser le prix un petit peu ou proposer une sérieuse ristourne sur les munitions", explique-t-il.

Quelque peu désolé, le jeune vendeur explique être à court de lance-roquettes RPG depuis la semaine dernière. "Mais je peux m'en procurer auprès d'autres marchands si j'ai affaire à un acheteur sérieux".

Le marché est situé à Bakara, principal centre de négoce de Mogadiscio, situé dans le nord de la ville.

Dans cet entrelacs de ruelles étroites et resserrées souvent utilisé par les groupes armés pour mener leur guerre de guérilla, les étals de nourriture côtoient ceux de vêtements et de tissus. On y trouve également de l'or, du carburant et une grande variété de biens pillés.

L'un des secteurs de Bakara, "Irtoogte", abrite le marché aux armes, un endroit bien connu des résidents en raison des tirs en l'air réguliers qui en émanent, les acheteurs voulant tester la marchandise sur place.

"Le fait de tester est essentiel pour vérifier que le produit est opérationnel. Nous ne pouvons pas vendre de fausses armes", explique un autre détaillant, Ahmed Mohamed, 34 ans.

Irtoogte avait été officiellement fermé en 2007 par le gouvernement de transition, puis par les shebab en 2008 lorsqu'ils avaient pris contrôle de ce quartier.

Les vendeurs d'armes se sont fait depuis plus discrets, mais pour quiconque en a les moyens, acheter un fusil d'assaut demeure à peine plus compliqué que de se procurer un téléphone portable.

"On ne peut plus exposer notre marchandise dans la rue comme avant mais il est important de continuer et de chercher des clients", selon Mohamed.

"Les shebab et le gouvernement sont susceptibles de confisquer nos biens s'ils les voient. Du coup, on les entrepose dans des endroits sûrs et on les livre directement à l'acheteur", précise-t-il.

Mohamoud Abdi, un milicien shebab de 23 ans, désespère de trouver des obus de 106 mm pour son canon portatif M40 de fabrication américaine.

"Les armes sont là, mais pas les munitions. Si nous pouvions utiliser ces armes, les troupes de l'Union africaine (UA) déguerpiraient chez elles comme celles des Nations unies en 1995", assure-t-il.

Dans un rapport publié l'année dernière, le groupe de travail l'ONU chargé de surveiller l'embargo sur les armes en Somalie relevait que "80% des investissements internationaux destinés à restructurer les forces de sécurité gouvernementales avaient été détournés de leur objet premier".

Amnesty International s'est fait également l'écho de cet inquiétant constat dans un rapport récent: "le TFG n'a pas la capacité d'empêcher le détournement de quantités substantielles de son propre armement et équipement militaire vers d'autres groupes armés et vers le marché noir".

_____________________ 7 - La Tribune (Algérie)

Des responsables du gouvernement de transition somalien ont échappé à un attentat

Synthèse de Lyes Menacer


Plusieurs responsables du gouvernement de transition somalien ont échappé de justesse à une tentative d’assassinat lundi dernier à Mogadiscio, ont indiqué hier des sources proches du palais présidentiel, citées par les agences de presse.

L’attaque a eu lieu dans une région proche de la capitale où des ministres étaient en visite sur place. Mais les responsables de la sécurité ont réussi à déjouer cette attaque, attribuée aux rebelles islamistes des shebab qui luttent depuis un an pour renverser l’actuel président cheikh Ahmed Sharif, accusé d’être à la solde des Occidentaux.

«Nous avons déjoué un complot visant à tuer plusieurs personnes, après avoir annulé un faux séminaire», a dit le ministre somalien du Travail et de l’Emploi, Mohamed Abdi Hayir, à la station de radio Shabelle, basée à Mogadiscio.

Ce «faux séminaire» était l’initiative d’une organisation inconnue qui se présente comme le Centre pour la formation et la consultation (CTC), qui avait invité plusieurs membres du Parlement, des responsables de la sécurité ainsi que des directeurs généraux à participer à cette réunion qui devait coïncider avec un «attentat terroriste», a ajouté le ministre. Deux voitures piégées et un autre véhicule chargé d’explosifs ont explosé au passage du convoi du ministre somalien de la Défense, cheikh Yousouf Siyad Indha Add, sans l’atteindre.

L’attaque a, en outre, fait cinq morts et une quinzaine de blessés, des civils pour la plupart. M. Hayir a fait savoir que son «ministère a pris des mesures afin qu’aucun séminaire ne soit organisé sans notification du ministère».

«Le ministère n’était pas au courant du complot visant à causer d’importantes pertes en vies humaines au sein du gouvernement. Les forces de sécurité somaliennes recherchent les auteurs du complot», a fait savoir M. Hayir. Le gouvernement somalien a accusé les insurgés shebab d’être derrière ce complot.

Ces derniers contrôlent la majeure partie du pays. L’attaque avortée des rebelles intervient dans une période marquée par une inquiétante flambée de la violence dans la capitale somalienne Mogadiscio et ses environs. La recrudescence des actes de violence a causé l’exode d’au moins 13 600 personnes qui ont fui la capitale en deux semaines seulement, a affirmé mardi dernier le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Parmi ces personnes qui ont réussi à fuir les combats, «8 800 d’entre elles seulement» étaient parvenues à quitter Mogadiscio, alors que «4 800 autres se sont retrouvées dans des quartiers relativement plus sûrs» de la ville, a précisé la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’un point de presse à Genève.
Lors des violents affrontements qui s’étaient déroulés la semaine dernière dans la capitale somalienne, notamment dans le nord de la ville, «au moins 50 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées», a-t-elle ajouté.

_____________________ 6 - JDD

La Somalie se prépare à l'offensive

Les troupes gouvernementales somaliennes se sont massées mercredi à Mogadiscio afin de planifier une offensive contre les militants al Shabaab affiliés à al Qaida et qui entendent renverser le pouvoir en place, rapportait The Wall Street Journal.

Le gouvernement somalien a expliqué que le but de l'opération, soutenue par des forces de l'Union africaine entrainées par les États-Unis, était de regagner du terrain sur les insurgés et de rallier l'opinion publique de la capitale en proie à l'instabilité.

Cette initiative s'inscrit dans une stratégie américaine; car renforcer un gouvernement faible est désormais jugé primordial par la maison Blanche dans sa lutte contre les militants islamistes.

_____________________ 5 - La Tribune.fr avec AP

Somalie: le ministre adjoint de la Défense échappe à un attentat

Le ministre adjoint à la Défense a échappé à un attentat-suicide à la voiture piégée dans la capitale somalienne, a rapporté lundi un policier.

Deux gardes du corps de Yusuf Mohamed Siyad ont été blessés, a précisé le policier Hassan Farah. Le kamikaze a suivi la voiture du ministre, lui est rentré dedans et a explosé, a-t-il rapporté. Une seconde explosion a suivi.

L'attaque s'est produite alors que le gouvernement s'apprête à lancer une offensive contre les militants islamistes. La Somalie n'a pas de gouvernement stable depuis près de 19 ans.

_______________________________ 4 - JDD

Des soldats éthiopiens entrent en Somalie

Des troupes éthiopiennes ont pénétré samedi dans deux villes frontalières au centre de la Somalie et ont enlevé la famille d'un homme lié à la milice islamiste d'Al Chabaab, rapportent des habitants.

"Les soldats éthiopiens sont entrés à El Barde hier et ont arrêté plusieurs personnes. Ils étaient à bord de véhicules blindés et cherchaient un homme connu dans la région qui travaille aussi avec Al Chabaab", a expliqué un habitant de cette ville, Hussein Ronow.

"L'homme s'est enfui, mais ils ont emmené avec eux sa femme et trois enfants", a-t-il précisé, ajoutant que d'autres membres de la famille avaient été emmenés.

"Nos ennemis, les Ethiopiens, sont entrés dans nos villes et terrifié les habitants", a dit Cheikh Aden Yare, chef d'Al Chabaab dans la région de Bakool.

_______________________________ 3 - Le Figaro avec AFP

Des combats font 4 morts en Somalie

Au moins quatre personnes, dont deux civils, ont été tuées aujourd'hui dans des affrontements entre soldats pro-gouvernementaux qui ont éclaté au cours d'une vaste opération de sécurisation à Mogadiscio, a-t-on appris de sources concordantes.

"Quatre personnes, dont deux civils, ont été tuées dans des combats entre membres des forces de sécurité pour le contrôle d'un check-point", a indiqué un responsable des services de sécurité du gouvernement somalien, Abdurahman Hersi. "Nous sommes en train d'enquêter sur ce qui a pu déclencher cet incident", a ajouté ce responsable.

Selon des témoins, un groupe de soldats a installé un barrage sur le carrefour, déjà contrôlé par un autre groupe de militaires. "J'ai vu les corps de deux civils, dont une femme, tués au cours des échanges de tirs. Deux soldats sont également morts et la situation est revenue à la normale maintenant", a expliqué l'un de ces témoins.

L'incident s'est déroulé le matin même lors d'une vaste opération de sécurisation menée par la police dans le sud de Mogadiscio, sous contrôle du gouvernement de transition somalien (TFG), a-t-on constaté. De nombreux mini-bus et véhicules ont été stoppés et fouillés, l'identité de leurs passagers vérifiée. Cette opération vise "à renforcer la sécurité dans les quartiers sous contrôle du TFG", a déclaré à la presse le porte-parole de la police somalienne, Abdulahi Hasan Barise. "L'opération se poursuivra jusqu'à ce que la sécurité des personnes soit assurée", a-t-il affirmé.

_______________________________ 2 - Centre Info ONU

Somalie : L'ONU préoccupée par la poursuite des combats à Mogadiscio

Le Coordonnateur de l'assistance humanitaire des Nations Unies en Somalie, Mark Bowden, a fait part de sa profonde préoccupation après une nouvelle flambée de violence à Mogadiscio, la capitale somalienne, qui a fait 80 morts et entraîné le déplacement de 8.000 personnes supplémentaires depuis le début du mois de février

« Les civils continuent de subir les conséquences du conflit et de l'insécurité dans le pays », a-t-il déploré lundi.

Le nord de Mogadiscio, en particulier les districts d'Heliwa, de Yaaqshiid et de Wardhiigleey, a été le théâtre de combats entre les forces gouvernementales et les milices al-Shabaab.

Un tiers des personnes déplacées a trouvé refuge dans d'autres quartiers de la capitale mais une majorité a rejoint le couloir Afgooye, une zone qui s'étend sur 30 kilomètres à l'ouest de la ville où 366.000 personnes habitent des abris de fortune.

M. Bowden a appelé les parties au conflit à minimiser les risques pour les civils en respectant le droit international humanitaire.

Mogadiscio est l'une des régions les plus touchées par la guerre en Somalie. Le pays compte 1,4 million de personnes déplacées et plusieurs millions de réfugiés dans les pays voisins, comme le Kenya.

_______________________________ 1 - AFP

Somalie: 13.600 personnes ont fui les combats à Mogadiscio en deux semaines

Les heurts entre forces somaliennes et insurgés islamistes, qui ont fait un nombre de victimes "alarmant", ont fait fuir de Mogadiscio 13.600 personnes en deux semaines, a indiqué mardi le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Alors que le gouvernement de transition (TFG) annonce depuis plusieurs semaines une offensive dans la capitale contre les insurgés shebab, qui se réclament d'Al-Qaïda, et leurs alliés du Hezb al-Islam, "les violences ne cessent pas à Mogadiscio, poussant la population à fuir", a expliqué une porte-parole du HCR, Melissa Fleming.

"Quelque 13.600 personnes ont dû quitter leur maison en seulement deux semaines en raison des affrontements" entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés, a-t-elle précisé lors d'un point de presse.

"Parmi ces personnes, seules 8.800 sont parvenues à quitter la capitale" pour un camp proche, a-t-elle ajouté, soulignant que "4.800 autres se sont retrouvées dans des quartiers relativement plus sûrs" de la ville.

"Le nombre des victimes et des personnes blessées par les combats est alarmant", s'est par ailleurs inquiétée Mme Fleming.

"Selon les partenaires du HCR sur place, au moins 50 personnes ont été tuées et plus de 100 blessées depuis que le conflit s'est intensifié la semaine dernière", a-t-elle expliqué.

Les shebab ont affirmé se préparer "à contre-attaquer" à l'offensive du TFG et ont déployé en renfort des centaines de combattants sur les lignes de front de la capitale.

Les Somaliens, confrontés à une instabilité pratiquement devenue endémique et à une grande pauvreté, fuient en masse leur pays, notamment en Ethiopie voisine où ils sont, selon le HCR, 200 à arriver quotidiennement. Le pays compte actuellement, d'après l'agence onusienne, 67.000 réfugiés somaliens.

Le HCR a commencé le 12 février un programme de relogement de ces réfugiés dont 250 ont été déplacés du centre de transit de Dolo Ado (à la frontière) à un camp situé à 65 km à Melkadida, dans le sud-ouest de l'Ethiopie.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.