ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


08/04/10 (B545) Nouvelles de Somalie (3 articles en Français)

__________________ 3 - CyberPress (Canada)

Somalie: des insurgés s'emparent d'une base désaffectée de l'ONU


Les shebab contrôlent depuis plusieurs mois une large partie de la capitale ainsi que du centre et sud du pays.

Des insurgés islamistes radicaux shebab se sont emparés d'une base désaffectée des Nations unies, à Wajid, dans le sud de la Somalie, ont annoncé jeudi des sources officielles et locales.

«Ils sont arrivés mercredi soir et ont demandé au responsable des services de sécurité de faire enregistrer leurs armes et alors qu'ils attendaient qu'on les leur rende, des combattants fortement armés ont pris d'assaut les locaux jeudi matin en ordonnant aux gardes chargés de la sécurité de quitter les lieux», a expliqué à l'AFP sous couvert d'anonymat, un responsable des Nations unies à Mogadiscio.

Un habitant, Ahmed Kofurow, a précisé que les insurgés avaient pris le contrôle d'une piste d'atterrissage qui était utilisée par les agences des Nations unies à Wajid, à 400 km au sud-ouest de Mogadiscio.

«Les shebab ont déployé jeudi deux véhicules ainsi que de nombreux combattants fortement armés sur la piste. Les gardes ont quitté les lieux après avoir été désarmés», a précisé cet habitant.

En lutte contre le gouvernement de transition somalien (TFG), les shebab et leurs alliés du Hezb al-Islam contrôlent une grande partie du sud et du centre de la Somalie, ainsi que la majorité des quartiers de Mogadiscio.

En février, les shebab ont interdit la présence en Somalie du Programme alimentaire mondial (PAM), un mois après la suspension par l'agence de ses activités dans les régions contrôlées par les insurgés islamistes en raison de la multiplication des «attaques et menaces» de ces groupes armés.

L'agence venait en aide à quelque 2,5 millions de personnes dans ce pays en guerre civile quasi-continue depuis 1991.

L'année dernière, les shebab qui contrôlent les régions du centre-sud de Bay et Bakool, ont remis aux associations humanitaires une liste de 11 règles à respecter, notamment la paiement deux fois par an d'une somme de 20.000 dollars.

Le PAM considère la Somalie comme étant «sans aucun doute l'opération la plus dangereuse et la plus complexe» dans le monde.


__________________ 2 - Monde Diplo (Blog)

Les Européens au secours du pouvoir intérimaire somalien

Déjà engagée dans la sécurisation des routes maritimes dans l’océan Indien et dans la lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes – à travers l’opération Atalanta –, l’Europe s’engage sur le volet terrestre de la mise en sécurité de la région de la Corne de l’Afrique : elle a lancé le 7 avril « EUTM-Somalia » - sa vingt-quatrième « mission ». Cette contribution à la formation de l’armée « régulière » somalienne donne lieu à une série de premières : l’Espagne en est la « nation-cadre » et en a pris le commandement ; l’opération se déroule à partir d’un pays voisin (l’Ouganda) ; et le commandement militaire américain pour l’Afrique (Amisom) y participe, ainsi que les forces armées de Russie...

Le feu vert définitif pour ce soutien à la formation des forces de sécurité du Gouvernement fédéral de transition (GFT) vient d’être donné par les ambassadeurs des Vingt-Sept, qui ont adopté le « plan de mission ». Le Colonel Gonzalez Elul, désigné par l’armée espagnole pour prendre le commandement, est donc habilité à donner l’ordre d’activation de l’opération (Actord) qui pourrait être effective à partir de mai prochain.

L’European Union Training Mission Somalie (EUTM-Somalia) tire sa légitimité de plusieurs textes :

— une résolution du 26 mai 2009 du Conseil de sécurité de l’ONU recommande de « reconstituer, de former, d’équiper et d’entretenir les forces de sécurité somaliennes », et lance un appel aux bonnes volontés ;

— une nouvelle résolution du conseil, le 30 novembre 2009, rappelle son « attachement à la souveraineté, à l’intégrité territoriale, à l’indépendance politique et à l’unité de la Somalie » ;

— une lettre du gouvernement somalien, le 18 novembre 2009, « salue les efforts entrepris par l’UE » ;

— le 30 novembre 2009, une lettre de l’Union africaine – qui déploie en Somalie la force de maintien de la paix « Amisom » - confirme son intérêt pour le lancement d’une opération de formation des militaires somaliens ;

— enfin, le 5 janvier dernier, le gouvernement de Kampala lance une invitation officielle à l’UE pour qu’elle organise des cycles de formation des forces de sécurité somaliennes à partir du territoire ougandais.

Hors de portée
Il ne s’agit donc pas d’une opération de maintien de la paix à proprement parler, considérée de toute façon par le ministre français de la Défense Hervé Morin comme « hors de portée ». L’objectif est de former 2 000 hommes dans un premier temps, voire d’aller jusqu’à un effectif total de 6 000 hommes en cas de renouvellement du mandat de la mission.

Pour la première fois, dans le sillage du nouveau traité européen de Lisbonne, l’opération est menée en étroite collaboration entre militaires et civils (ce qui est une des spécialités de l’Union européenne). Elle est sans risques, et à effectifs réduits (une centaine de formateurs, une quarantaine de personnels en soutien), dont plusieurs dizaines d’instructeurs espagnols, spécialistes de la lutte anti-guérilla en milieu urbain, et des militaires d’Allemagne, de Hongrie, Finlande, Italie, Portugal, Slovénie, et peut-être de Grèce, Suède, Roumanie ou Belgique [1].

Les militaires américains, sous la bannière de l’Amisom – leur nouveau commandement pour l’Afrique – se sont offerts à former aux techniques de lutte contre les explosifs improvisés (IED). Ils fourniront des armes et assureront le transport des soldats somaliens entre Mogadiscio et Entebbe, en Ouganda – ce qu’ils font déjà, de manière formelle [2] ou clandestine.

Le camp Lemonnier, à Djibouti – une ancienne implantation de la Légion étrangère française –, sert, entre autres, de base-arrière aux équipes militaires et civiles chargées d’intervenir à distance ou clandestinement en Somalie : aide aux nationalistes modérés ou anti-islamistes, surveillance à l’aide de drones, élimination – depuis les airs - d’éléments jugés hostiles aux intérêts américains [3].

Rôle moteur
Ne souhaitant pas rééditer une opération de type EUFOR-Tchad/RCA, où elle avait dû constituer avec ses hommes plus de la moitié des effectifs « européens », la France a limité sa participation à l’EUTM-Somalia à une trentaine d’instructeurs. Mais elle avait pris les devants en assurant – avec ses propres moyens déjà stationnés à Djibouti – l’entraînement en 2009 d’un bataillon de l’armée du président Cheikh Sharif Ahmed, soit 500 hommes. 150 d’entre eux étaient en formation en octobre dernier ; 350 autres devaient suivre.

Il s’agissait d’une formation basique, sur quelques semaines, axée sur l’obéissance, les réactions en groupe, et non pas d’une formation type « soldat d’élite » ou « force spéciale ». Les forces armées de la Fédération de Russie, qui ont déjà déployé une petite escadre en océan Indien, dans le cadre de l’opération anti-piraterie menée par l’Union européenne et par l’OTAN, avaient été sollicitées par les Français pour participer à la formation de ce bataillon somalien, à partir de Djibouti, et auraient donné leur accord.

Couplés avec les Espagnols, comme cela avait été le cas pour le lancement d’Atalanta, les Français ont une nouvelle fois joué un rôle moteur dans le montage en fait très laborieux de cette opération africaine, étalé sur près d’un an. En marge d’un conseil européen des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, en novembre dernier, les ministres français présents avaient appuyé politiquement l’opération EUTM-Somalia :

— « Si on ne prend pas en main la reconstruction de l’Etat somalien, on pourra avoir l’opération Atalanta durant 20 ans, 30 ans, une éternité (…). Atalanta s’attaque aux conséquences ; il faut s’attaquer aux causes » (Hervé Morin) ;
« Ce que nous avons sur place, c’est Al-Qaida, avec les Shebab... » (Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat aux affaires européennes).

Espace sécurisé
Les militaires de l’Ugandan People’s Defense Force (qui participent déjà à l’Amisom) fourniront un soutien pour la formation de base des soldats somaliens ; des interprètes pourraient également être recrutés dans leurs rangs. Plusieurs arguments jouaient en faveur du choix du territoire ougandais comme cadre de cette opération :

— des militaires somaliens y sont déjà en formation ;

— la force de l’Union africaine à Mogadiscio (Amisom), composée pour partie de soldats ougandais, est commandée par un général de l’UPDF, Nathan Mughisa ;

— l’armée ougandaise, longtemps commandée par des officiers tutsis, a une solide réputation ;

— les instructeurs européens pourront s’appuyer sur les installations de l’armée ougandaise pour développer leurs modules de formation spécialisée (déminage et lutte contre les explosifs improvisés, sécurité et guérilla en zone urbaine, transmissions, action médicale d’urgence, etc.) ;

— et surtout, l’Ouganda – comparé à la Somalie – fait figure d’espace sécurisé...

Armes retournées
Des réflexions ont été engagées pour trouver des parades concernant :

— le recrutement et son filtrage (pour éviter que l’UE ne se retrouve à former des enfants-soldats) ;

— le financement et le paiement effectif de la solde des soldats, pour éviter les détournements ;

— la surveillance et la sécurisation, en Ouganda, du personnel en formation ;

— le suivi et l’encadrement des forces après leur retour à Mogadiscio , pour éviter qu’une fois formés, ces soldats ne désertent pour rejoindre leurs clans, voire des groupes extrémistes comme les Shebab ou le Hezb al-Islam [4]. Il ne s’agit pas d’une éventualité théorique : on vient de s’apercevoir que quelques combattants de la milice islamiste Al-Shebab, impliqués dans des attentats récents, avaient été formés au camp d’entraînement de l’armée ougandaise, à Bihanga, dans le cadre d’un programme – en principe secret – monté par l’UPDF.

— par ailleurs, la formation de l’armée somalienne – qui concerne des effectifs limités au service d’un pouvoir intérimaire circonscrit à une partie seulement de Mogadiscio – n’a pas une incidence directe, sinon partielle et à long terme, sur le phénomène de la piraterie, qui n’est traité actuellement que par la voie maritime. En octobre dernier, Paris avait appelé l’Union à « élargir son approche, pour former les garde-côtes et les policiers somaliens » – mais sans succès jusqu’ici.

Notes
[1] D’autres pays se sont montrés plus réservés : pays baltes, République tchèque, Royaume-Uni.


[2] Le gouvernement américain aide déjà les troupes ougandaises et burundaises de l’Amisom en matière de formation, transport, équipement...

[3] En juin 2007, un destroyer de l’US Navy avait bombardé une zone côtière du nord-est de la Somalie, après des accrochages entre de présumés combattants islamistes et des troupes de la région semi-autonome du Puntland.

[4] AFP, 25 janvier 2010.

__________________ 1 - Questions-Défense (Blog)

Lancement de la mission EUTM Somalie

Le 25 Janvier 2010, le Conseil a décidé de mettre en place une mission militaire pour contribuer à la formation des forces de sécurité somaliennes. Le 7 avril 2010, le commandant de la mission de EUTM en Somalie, le colonel Ricardo Gonzalez Elul, a été autorisé à donner l'ordre d'activation en vue d'effectuer le déploiement des forces et d'entamer l'exécution de la mission.

Cette mission aura lieu en Ouganda, où les forces somaliennes sont déjà formées, ce qui faciliterait également la coordination de l'action de l'UE avec la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM). La mission sera menée en étroite coordination avec les partenaires de l'UE, le gouvernement fédéral de transition de la Somalie (TFG), l'Ouganda, l'Union africaine (UA), l'ONU et les USA.

141 personnels de 13 pays européens participeront à cette opération et seront déployée progressivement au cours du mois d'avril. L'Espagne contribue à cette mission à hauteur de 38 personnels, les autres contributions sont les suivantes; France (26), Italie (18), Portugal (15) et l'Allemagne (13) .

L'instruction se déroulera au camp de Bihanga ou l'union européenne prépare l'arrivée des formateurs et des recrues en construisant des infrastructures.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.