ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


12/07/10 (B560) Nouvelles de Somalie - Tués alors qu'ils regardaient le Mondial - Somalie: au moins 16 morts dans des affrontements à Mogadiscio - Le cri des mères de Somalie - Le Représentant de l’ONU salue le soutien de la région au processus de paix en Somalie - Des Tribunaux Islamiques à Al-Shabaab : mythe et réalité de la menace islamiste en Somalie - Pas de troupes des pays voisins dans la force de l'UA à Mogadiscio (6 articles en Français)

________ 6 - Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

Pas de troupes des pays voisins dans la force de l'UA à Mogadiscio (gouvernement somalien)

Le gouvernement somalien a déclaré vendredi que les troupes des pays voisins ne participeront pas à la Force de maintien de la paix de l'Union africaine à Mogadiscio.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad), réuni cette semaine à Addis Abeba, ont approuvé l'envoi de 2000 soldats supplémentaires pour renforcer la force de l'UA en Somalie.

Une résolution de l'ONU interdit aux pays voisins de la Somalie d'envoyer de troupes en Somalie.

Selon les groupes locaux, la décision de l'Igad d'envoyer de renforts en Somalie pourrait permettre aux pays voisins de la Somalie, en particulier l'Ethiopie, d'entrer en Somalie, d'où elle s'est retirée il y a deux ans.

Le minsitre somalien de l'Information Abdurrahman Omar Yarisow a déclaré que les pays membres l'Igad enverraient pas de troupes en Somalie.

Le président somalien Chekih Sharif Cheikh Ahmed, présent au sommet de l'Igad, a appelé à l'envoi de renforts pour soutenir les casques bleus de l'UA présents Mogadiscio, en raison de l'avancée des insurgés islamistes radicaux sur le terrain.

________________ 5 - Mecanoblog

Des Tribunaux Islamiques à Al-Shabaab : mythe et réalité de la menace islamiste en Somalie

par Stéphane Mantoux pour Historicoblog

Lien avec l'article origina : cliquez


La prise de Mogadischio en juin 2006 par l’Union des Tribunaux Islamiques a brutalement ramené sur le devant de la scène un pays, la Somalie, que le monde occidental cherchait un peu à oublier depuis la mission des Nations Unies de 1992-1995 -en particulier les Etats-Unis, traumatisés par les pertes subies lors d’une opération spéciale au coeur de la capitale les 3-4 octobre 1993 (objet du fameux film La Chute du Faucon Noir de Ridley Scott, inspiré du livre de Mark Bowden).

Depuis lors, la Somalie fait l’objet d’interventions directes et indirectes des Etats-Unis pour lutter contre ce que ceux-ci estiment être la menace d’un Etat islamiste s’installant sur les décombres du pouvoir somalien éclaté depuis 1991, et la chute du dictateur Siad Barre.

Avec l’accroissement massif de la piraterie depuis 2007, un autre facteur d’inquiétude est venu s’ajouter au sujet de la Somalie, vue comme un « repaire de flibustiers » et une menace grave pour le commerce maritime mondialisé. Pourtant, une analyse sommaire de la situation montre que le constat est beaucoup plus nuancé ; c’est ce que nous allons présenter ici dans cette petite synthèse qui n’a pas l’ambition d’être exhaustive.

L’ascension des Tribunaux Islamiques (2002-2006)

Le Gouvernement Fédéral de Transition (GFT) somalien, reconnu internationalement depuis octobre 2004 et l’élection de son président Abdullahi, installé d’abord à Nairobi, au Kenya, puis à Baidoa, en Somalie, n’avait pas pu s’installer dans la capitale, encore aux mains des seigneurs de guerre locaux. Déchiré par des querelles de personnes, il ne disposait pas, par ailleurs, de force armée digne de ce nom.

Ce sont les seigneurs de guerre somaliens, héritiers de la décomposition de l’Etat à partir de la chute du dictateur Siad Barre en 1991, qui faisaient la loi dans le pays, en s’appuyant sur les gangs de jeunes souvent drogués, les mooryaans, tout en réalisant des bénéfices juteux par toute une série de trafics (commerce du khat, plante euphorisante locale, en particulier).

C’est pour réagir à la décomposition de la Somalie que s’étaient créés, en 1996, les premiers Tribunaux Islamiques, fédérés au sein de l’Union des Tribunaux Islamiques (UTI) depuis 2002, alors dirigée par Cheikh Sharif Cheik Ahmed [1]. Le recrutement clanique de l’UTI se fait essentiellement chez les Hawiyé, et quelque peu chez un autre clan, les Haber Gidir. Or les Hawiyé se trouvent aussi dans le GFT somalien, et le clan est surtout présent en Somalie centrale.

La ligne politique de l’UTI est d’ailleurs, au départ, assez floue : des modérés y côtoient des proches d’Al Qaida. Le succès des Tribunaux Islamiques est dû, au départ, à une volonté de remise en ordre de la société somalienne, certes d’après les principes de l’islam : lutte contre le banditisme, les rivalités de clans, une sorte de solidarité horizontale qui semble bien prendre, au départ. Son action est particulièrement appréciée dans les quartiers nord de Mogadischio.

L’UTI va réussir à prendre le contrôle de la Somalie en raison de la crainte des Américains, qui depuis les attentats du 11 septembre voient le pays comme un foyer potentiel d’islamisme radical. La CIA prétend y avoir repéré plusieurs proches de Ben Laden -par exemple le Comorien Fazoul Abdallah Mohamed, qui avaient organisé les attentats contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya en 1998.

Les Américains s’inquiètent également des liens suspects entre certains milieux d’affaires somaliens et des organisations financières douteuses des pays du Golfe : les avoirs de la principale compagnie somalienne, al-Barakat, sont d’ailleurs gelés assez rapidement.

Basées à Djibouti, au camp Lemonier, les forces spéciales américaines surveillent de près la Somalie, formant les troupes des alliés américains de la région (Ethiopie au premier chef), tout en utilisant des milices somaliennes pour enlever les personnes jugées proches d’Al Qaida. Le président du GFT, élu en octobre 2004, a d’ailleurs été volontairement appuyé par les Américains car il était proche de l’Ethiopie…

Pour contrer une menace islamiste qu’elle juge de plus en plus dangereuse avec la formation de l’UTI, la CIA finance et arme une coalition des seigneurs de guerre baptisée, en février 2006, du titre ronflant d’Alliance pour le Rétablissement de la Paix et Contre le Terrorisme (ARPCT). Les services secrets américains utilisent en particulier le paravent que constitue la société privée de sécurité Select Armor [2].

Le but est en réalité d’éradiquer l’UTI, qui ne s’y trompe pas et passe à l’offensive le 20 février 2006. Après trois mois de violents combats, Modagichio tombe aux mains de l’UTI le 16 juin. Il est significatif que cette intervention plus marquée des Américains arrive alors que la politique des Etats-Unis en Irak est violemment critiquée, au vu de la dégradation de la situation sur le terrain [3].

La guerre civile en Somalie se complique encore par l’intervention des voisins de la Corne de l’Afrique. L’Ethiopie et l’Erythrée, ennemis jurés depuis que la seconde s’est séparée de la première en 1993 après la lutte victorieuse de la rébellion érythréenne et la chute du régime du colonel Mengistu, se sont affrontées militairement entre 1998 et 2000.

Le conflit larvé entre les deux Etats se traduit par un soutien apporté par chacun à l’un des deux camps en présence chez le voisin somalien. Comme l’Ethiopie soutient depuis le début le GFT somalien, l’Erythrée, pourtant Etat laïque, arme régulièrement l’UTI. On sait par ailleurs que d’autres Etats participent à l’approvisionnement en armes des deux camps : l’Arabie Saoudite soutient l’UTI, tandis que l’Egypte et le Yémen aident au contraire le GFT.

La presse internationale évoque alors une « talibanisation » rampante de la Somalie, à tort, car le contexte n’est pas du tout le même dans ce pays déchiré depuis 1991 qu’en Afghanistan. Si l’UTI est dirigée, à partir de la mi-2006, par le fondamentaliste Hassan Dahir Aweys, il n’en reste pas moins que son influence est limitée par le clanisme très fort encore présent en Somalie, qui avait d’ailleurs beaucoup coûté au dictateur Siad Barre, et qui a joué aussi dans la guerre civile déclenchée en 1991 jusqu’à aujourd’hui.

L’UTI ne bénéficie pas d’un véritable soutien extérieur et les Hawiyés ne représentent que 20 % à peine de la population. Il semble aussi que les « durs » plus proches d’Al Qaïda n’est pas véritablement le contrôle de l’organisation de l’UTI.

Une présence d’Al Qaida en Somalie ?

En Somalie, l’islam est arrivé dès les VIIème-VIIIème siècles de notre ère, surtout par le contact des marchands arabes.

Aujourd’hui, 98 % de la population est musulmane. L’islam somalien se caractérise par la présence de confréries soufies, en particulier la Qaadiriya et l’Ahmediya. Le sunnisme orthodoxe est la norme, avec un clergé en général proche des élites dirigeantes. Il a fallu attendre la guerre civile consécutive à la chute de Siad Barre en 1991 pour voir l’islam véritablement jouer un rôle important en politique.

Le mouvement Al-Ittihad, un des principaux groupes armées de la guerre civile somalienne, avait d’ailleurs été mis sur la liste des organisations terroristes par les Etats-Unis en 1998 ; on peut le considérer comme un surgeon des Frères Musulmans. Il avait des liens avérés avec la mouvance Al Qaïda.

Que dire d’ailleurs de la présence d’Al Qaïda en Somalie ?

Il semblerait que les premiers éléments soient arrivés sur place en février 1993, depuis Peshawar, au Pakistan. Ils auraient même joué un rôle dans les attaques conduites contre les troupes de l’ONU et les Américains cette année-là. Plus vraisemblablement, la Somalie de l’immédiat après-Siad Barre était un excellent point de recrutement pour l’organisation, qui a surtout fourni de l’entraînement à certains Somaliens, fonctionnant un peu comme un camp de forces spéciales.

Les membres d’Al Qaïda se heurtent d’ailleurs au problème clanique : leurs convois sont souvent attaqués, et le message a du mal à passer auprès d’une population soucieuse d’abord de se protéger contre les clans voisins. Il est intéressant de voir que l’organisation islamiste se heurte au même problème que les Américains : elle n’arrive pas à cerner le contexte local, et le discours salafiste grippe devant la question de l’enseignement soufi, très développé en Somalie.

Elle arrive cependant à conquérir certains secteurs, en particulier le port de Ras Kamboni, sur l’Océan Indien, proche de la frontière avec le Kenya dans le sud du pays ; ce sera d’ailleurs l’un des bastions de l’UTI. Des camps d’entraînement y sont installés pour des volontaires étrangers, non sans opposition locale d’ailleurs [4].

De la chute des Tribunaux Islamiques à la résistance d’al-Shabaab (2006-2010) : « la guerre islamiste n’aura pas lieu » ?

A la mi-décembre 2006, l’UTI contrôle près de la moitié de la Somalie : seuls le Puntland, le Somaliland et la zone centre-sud de la Somalie, autour de la ville de Baidoa, échappent à son emprise.

Le GFT somalien, installé près de Baidoa, ne survit que grâce à l’appui des troupes éthiopiennes, contre lesquelles Daweys lance le djihad, et tient un discours qui n’est pas sans rappeler les ambitions de « Grande Somalie » du dictateur Siad Barre qui avait mené à la guerre de l’Ogaden (1977-1978) contre l’Ethiopie. L’UTI revendique aussi un soutien aux deux mouvements de rébellion de l’Ogaden, le Front de Libération de la Somalie Occidentale, création de Siad Barre, et le Front de Libération Nationale de l’Ogaden ; le Front de Libération Oromo, un autre mouvement rebelle d’une province éthiopienne, basé à Asmara en Erythrée, serait lui aussi soutenu par l’UTI.

Les Américains et les Ethiopiens, en décembre 2006, affirment que l’UTI est désormais contrôlée par la mouvance radicale al-Shabaab, un mouvement qui regroupe des jeunes gens dont la plupart ont été formés en Afghanistan ou ont combattu au sein des divers théâtres d’opérations de « l’internationale islamiste », si l’on peut dire. L’UTI revendique en tout cas un pouvoir fort et centralisé pour la Somalie : elle s’est imposée en dehors de Mogadischio d’abord par la force militaire plutôt que par le ralliement politique, comme le montre la conquête du port de Kismayo.

L’UTI commet alors l’erreur d’envoyer ses miliciens attaquer les troupes du GFT à Baidoa, c’est à dire en fait les soldats éthiopiens. L’armée éthiopienne, largement soutenue par les Américains, balaye assez rapidement ses adversaires [5], qui, au lieu de mener une guérilla urbaine à Mogadischio dans le pur héritage somalien, choisissent d’abandonner la capitale pour se réfugier au sud du pays.

Il faut dire que le soutien populaire dans la capitale à l’UTI était large, mais pas très prononcé. Les habitants étaient reconnaissants du retour à l’ordre, d’une politique de nettoyage et de la réouverture du port et de l’aéroport, mais quelque peu mécontents de certains édits islamiques promulgués par l’UTI. Celle-ci se replie donc sur le port méridional de Kismayo, avant d’en être chassée par l’armée éthiopienne ; la plupart des membres de l’organisation survivent alors à la frontière avec le Kenya, traqués par les soldats éthiopiens et par des forces spéciales américaines opérant depuis l’autre côté de la frontière.

Dans la première moitié de 2007, à Mogadischio, le TFG tente de rétablir son autorité mais se heurte à de nombreuses difficultés. Il a en effet exclu le sous-clan Ayr des Haber Gidir des responsabilités, car c’est le sous-clan d’Aweys, le fondamentaliste leader de l’UTI. Par ailleurs, les Shabaab mènent quant à eux une véritable guérilla urbaine dans la capitale contre les troupes du TFG et les Ethiopiens.

Les 1 600 soldats ougandais de la force de maintien de la paix de l’Union Africaine expédiée sur place sont aussi pris pour cible. Les leaders du mouvement Shabaab, aidés par des combattants étrangers, sont d’ailleurs les principaux responsables des attaques : ils introduisent de nouvelles tactiques, attentats-suicides, engins explosifs improvisés, assassinats ciblés, qui sont alors inconnues en Somalie.

En janvier 2007, les Américains réalisent plusieurs frappes avec des appareils AC-130 gunships à Ras Kamboni et près de la frontière kenyane pour éliminer certains des dirigeants extrémistes des Shabaab et de l’UTI. Un détachement américain, baptisé Task Force 88, coopère étroitement avec les Ethiopiens pour traquer les personnages importants de l’islamisme radical somalien. Les appareils américains sont d’ailleurs vraisemblablement basés en Ethiopie. Début juin 2007, un destroyer américain effectue une frappe tactique dans la région semi-autonome du Puntland, au nord-est du pays, contre un groupe d’Al-Qaida suspecté de se cacher dans les montagnes environnantes.

En mars 2008, les Etats-Unis franchissent un cap dans la lutte contre Al-Shabaab en mettant le groupe sur la liste des organisations terroristes à travers le monde. En mai, une frappe de missiles tue le leader de l’organisation, Aden Hayshi Ayro. Le 26 octobre 2008, le GFT et le principal mouvement de résistance, l’Alliance pour la Re-Libération de la Somalie (ARS) -le nouveau sigle de ralliement de l’UTI- concluent un accord de paix qui prévoit aussi le départ des troupes éthiopiennes.

En janvier 2009, le Cheikh Ahmed, dirigeant modéré des Tribunaux Islamiques, est élu président de la Somalie. On peut alors penser que c’est un gage de stabilisation pour le pays, les Tribunaux Islamiques étant respectés par une bonne partie de la population ; ceci étant, deux des 11 tribunaux islamiques penchent du côté des radicaux, dont celui dirigé par Aweys.

A la mi-septembre 2009, les forces spéciales américaines réussissent à tuer un autre responsable important des Shabaab, Saleh Ali Nahan, un vétéran des attentats de 1998 au Kenya et en Tanzanie, et qui avait aussi participé à l’attentat de Mombasa en 2002 contre un appareil israëlien. Ceci étant dit, le gouvernement somalien peine encore à s’imposer, de par l’absence d’armée régulière, de forces de police et de justice qui transcenderaient les luttes claniques. Cependant, le départ des troupes éthiopiennes a permis d’ôter un prétexte utilisé par les Shabaab pour rallier la population somalienne à la lutte contre « l’envahisseur chrétien ».

La principale menace pour les Américains réside bien, en fait, dans le groupe Al-Shabaab (littéralement « la jeunesse ») créé en 2004 dans le but de partir, d’abord, à la reconquête du sud somalien.

L’organisation a réussi à s’imposer dans plusieurs parties du sud et du centre de la Somalie. La plupart des attaques les plus violentes lui sont dues ; elle disposerait d’un vivier de 7 000 combattants. Le but d’Al-Shabaab est d’installer un Etat islamique en Somalie, régi par la charia, et de chasser les envahisseurs étrangers, Ethiopiens ou Américains. Plus de 450 combattants étrangers auraient rejoint, au total, le mouvement Al-Shabaab en Somalie. Le groupe est très présent dans le Puntland, mais aussi près de Baidoa et Kismayo.

Autre groupe combattant à côté d’Al-Shabaab : Hizbul-Islam, lui aussi frange extrêmiste de l’UTI, mais qui a perdu beaucoup de son importance depuis la disparition de son chef. Les deux groupes, très installés dans le sud somalien, se sont d’ailleurs régulièrement affronté par les armes.

Al-Shabaab, à l’avenir incertain depuis la disparition de son chef, cherche désormais à s’implanter dans les deux régions autonomes du Somaliland et du Puntland, fragilisées par des crises politiques. Al-Shabaab a souffert, de fait, de la politique menée dans les villages « libérés » au sud de la Somalie : loi islamique draconienne, châtiments corporels terrifiants, sans parler de certaines attaques politiquement malhabile (bombardement de la cérémonie de remise de diplôme de l’université Benadir le 3 décembre 2009, par exemple).

En outre, elle a promu des dirigeants de clans originaires du nord de la Somalie dans le sud, tout en cherchant à imposer le salafisme contre le soufisme, ce qui n’a pas été sans provoquer des heurts avec la population locale. La force actuelle du mouvement Al-Shabaab témoigne davantage, en fait, de la faiblesse persistante du gouvernement central somalien [6].

Globalement, néanmoins, le phénomène Al Qaida reste marginal en Somalie ; il suffit à l’organisation d’avoir recruté un petit noyau de fidèles pour mener à bien ses opérations sur place. L’exagération rhétorique des Américains sur la menace islamiste en Somalie ne fait que servir les intérêts de ce petit groupe de combattants fanatisés, trop heureux de bénéficier de la couverture médiatique ainsi fournie.

Piraterie et djihad : une connexion inexistante ?

Il ne faut pas oublier non plus que la question des Tribunaux Islamiques, et in fine de l’islamisme en Somalie, est liée aussi à celle de la piraterie, et de sa recrudescence depuis la chute de l’UTI en décembre 2006 [7]. Les Tribunaux Islamiques avaient en effet lancé une grande campagne de nettoyage des « nids de pirates » le long des côtes somaliennes qu’ils contrôlaient

Après l’intervention éthiopienne, la piraterie a repris ses droits et s’est même développée : en 2008, plus de 130 navires avaient été attaqués, faisant du golfe d’Aden et du détroit de Bab-el-Mandeb une des régions les plus dangereuses du monde pour le commerce maritime. Le 8 avril 2009, la tentative d’abordage du navire américain Maersk Alabama était la première subie par les Etats-Unis depuis plus de deux siècles.

Les pirates, très bien renseignés, diversifient d’ailleurs le type de prises et étendent leur champ d’action géographique par l’utilisation de « vaisseaux-mères ». On estime en 2009 qu’il y avait plus de 1 200 pirates basés sur les côtes somaliennes, en particulier celles du Puntland, la région semi-autonome du nord-est, où la piraterie est une tradition depuis longtemps (autour du port d’Eyl, aujourd’hui, en particulier).

La plupart des pirates appartiendrait au clan Majarteen, le même que celui de l’ancien président du GFT somalien Abdullahi, qui fournissait d’ailleurs les quelques troupes de ce dernier. Quatre groupes principaux de pirates opèrent en Somalie : le National Volunteer Coast Guard autour de Kismayo, le Marka Group, au sud de Mogadischio, et celui du Puntland. Le plus important et le plus organisé militairement parlant est celui des Somali Marines, qui préfèrent d’ailleurs se dénommer « Défenseurs des Eaux Territoriales Somaliennes » . Le groupe opère depuis Mogadischio jusqu’au Puntland, au nord.

Pour l’instant les contacts entre le mouvement Al-Shabaab et les pirates ne semblent pas très étroits, malgré le fait que le premier aurait formé plus de 2 500 Somaliens sur les côtes. Le risque d’apparition d’un djihad sur les mers existe bel et bien, mais il ne s’est pas encore matérialisé.

Bibliographie :

Napoleon A. BAMFO, « Ethiopia’s invasion of Somalia in 2006 : Motives and lessons learned », African Journal of Political Science and International Relations, Volume 4, février 2010.

Mohamed IBRAHIM, « The Geopolitical Implications of the Somali « Islamic Courts » . Activities in the Horn of Africa. », mai 2009.

André LE SAGE, « Somalia’s Endless Transition : Breaking the Deadlock. », Institute for National Strategic Studies National Defense University, n°257, juin 2010.

Roland MARCHAL, « Somalie : un nouveau front antiterroriste ? », Les Etudes du CERI n°135, juin 2007.

Gérard PRUNIER, « Liaisons dangereuses de Washington en Somalie », Le Monde Diplomatique, septembre 2006.

David H. SHINN, « Al-Qaeda in East Africa and the Horn », Journal of Conflict Studies, été 2007.

Gerrie SWART, « Pirates of Africa’s Somali Coast : on terrorism’s brink ? », South African Journal of Military Studies, volume 37, n°2, 2009.

Notes

[1] Gérard PRUNIER, « Liaisons dangereuses de Washington en Somalie », Le Monde Diplomatique, septembre 2006.

[2] Mohamed IBRAHIM, « The Geopolitical Implications of the Somali « Islamic Courts » . Activities in the Horn of Africa. », mai 2009.

[3] Roland MARCHAL, « Somalie : un nouveau front antiterroriste ? », Les Etudes du CERI n°135, juin 2007.

[4] David H. SHINN, « Al-Qaeda in East Africa and the Horn », Journal of Conflict Studies, été 2007.

[5] Napoleon A. BAMFO, « Ethiopia’s invasion of Somalia in 2006 : Motives and lessons learned », African Journal of Political Science and International Relations, Volume 4, février 2010.

[6] André LE SAGE, « Somalia’s Endless Transition : Breaking the Deadlock. », Institute for National Strategic Studies National Defense University, n°257, juin 2010.

[7] Gerrie SWART, « Pirates of Africa’s Somali Coast : on terrorism’s brink ? », South African Journal of Military Studies, volume 37, n°2, 2009.

Source : Historicoblog

_________________ 4 - Afrique Avenir

Le Représentant de l’ONU salue le soutien de la région au processus de paix en Somalie

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Somalie, Augustine P. Mahiga, a salué la récente décision de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) d’envoyer une force de 2.000 hommes pour renforcer la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), a annoncé l’ONU dans un communiqué de presse remis vendredi à APA.

Augustine P. Mahiga a salué cette décision prise par l’IGAD lors de son sommet du 5 juillet à Addis-Abeba en Ethiopie, estimant que cela engage davantage cette organisation dans la recherche d’une solution à la crise en Somalie.

Mahiga a souligné l’importance du soutien apporté par l’IGAD au processus de paix somalien signé à Djibouti, qu’il considère comme la seule base pour la paix et la réconciliation en Somalie.

“Les Nations Unies vont poursuivre leur partenariat en Somalie avec l’IGAD et l’Union africaine, conformément au Protocole d’accord sur la Somalie, signé par ces trois institutions le 28 avril 2010”, a indiqué le Représentant spécial dans le même document.

L’Union africaine avait promis d’envoyer 8.000 Casques verts dans ce pays de la Corne de l’Afrique, mais pour l’instant seuls 6.000 hommes envoyés par l’Ouganda et le Burundi sont sur place.

L’IGAD regroupe six pays d’Afrique de l’Est : la Somalie, l’Ethiopie, Djibouti, le Kenya, le Soudan et l’Ouganda.


_________________ 3 - Youphil

Le cri des mères de Somalie

Alors que les hommes sont accaparés par la guerre, la religion et la drogue, des femmes prennent des risques pour retrouver leurs droits, leurs familles et leurs enfants.

Mogadiscio est une ville totalement abandonnée, ses populations laissées aux mains des miliciens. Le journaliste américain Charles Kituku, d'origine kenyane, séjournait la semaine dernière à Marseille après deux mois passés dans des quartiers de la capitale assiégée.

Il a assisté aux dernières absurdités des miliciens Shebab et Hezb al-Islam. Dans la plupart des quartiers de Mogadiscio qu'ils contrôlent, c'est l'obligation faite aux hommes de se faire pousser la barbe. Les populations se sont déjà vues interdire les cloches dans les écoles, les salles de cinéma, les danses folkloriques, la musique et le football. Des hommes acceptent tout selon lui, sans broncher, font la guerre comme des moutons, passent leur temps à mâcher le khat -drogue locale...

Expulsée de chez elle, sans ses enfants. Le reporter raconte avoir été frappé par le courage d'Aïsha. Cette jeune femme tente de retrouver ses droits et ses enfants aux mains d'un ex-mari ancien milicien. En Somalie, toute résistance aux hommes devient un acte politique. Comme les autres, elle porte le hidjab et a abandonné le soutien-gorge, autres interdictions imposées par les miliciens islamistes.

Ce soir-là, lorsque le journaliste Charles Kituku la rencontre dans un petit salon de thé clandestin fréquenté par des soldats internationaux, Aisha a rassemblé une dizaine d'autres femmes, toutes désespérées comme elles, toutes fatiguées de rester des victimes sans voix de cette sale guerre menée principalement par les hommes.

Aisha aurait pu s'enfouir définitivement sous le poids du deuil, comme les nombreuses autres mères de sa condition. Sa famille a été en partie décimée dès le début du chaos dans le pays, en 1990. Son père, veuf et sans argent, la vend à une famille puissante à l'époque, c'est à dire proche d'un clan de miliciens qui régnait sur une partie d'un quartier pauvre de Mogadiscio. Elle fait deux enfants; quelques années après, à 35 ans, elle est congédiée parce plus vieille que les nouvelles épouses du mari...

Aujourd'hui, ce n'est pas son ex-époux qu'elle regrette évidemment, mais ses trois enfants: souvent, dans ces situations, en cas de séparation, c'est la femme qui quitte la famille et la maison.

L'année dernière, elle a appris que l'un de ses fils a été tué aux combats dans le sud de Mogadiscio. Les deux autres âgés respectivement de 11 et de 12 ans se battent toujours dans des milices rivales où son père les a placés, très probablement dans le cadre d'un 'deal' commercial. Le commerce des jeunes soldats est devenu l'une des sources de revenus les plus prisées des géniteurs sans scrupules.

Des maris qui abandonnent les foyers. Pour la mère, la nouvelle a d'abord été un assommoir. Mais elle a décidé de monter au front, juste pour "crier la colère", explique le journaliste qui l'a vue interpeller des soldats et des fonctionnaires de la mission de la paix, des passants étrangers devant les hôtels, etc...

Tous les mardis soirs, ce petit bout de femme voilée parvient à réunir chez elle une dizaine d'autres mères désespérées. Chacune présente ses doléances. Elles parlent de maris qui abandonnent les foyers, qui rentrent drogués et violents, de jeunes enfants qui sont vendus aux chefs miliciens ou aux époux riches lorsque ce sont des filles...

Des risques énormes. Ces militantes n'ignorent pas, pourtant, qu'elles prennent des risques énormes. Dans les quartiers, même dans le secteur dit gouvernemental plus ou moins contrôlé par des soldats burundais et ougandais de la mission internationale, beaucoup de leurs compatriotes les appellent "les folles". Aisha s'en fout: elle a fait de son combat une question de vie ou de mort.

La société somalienne a rarement toléré le militantisme féminin. Même avant l'actuel islamisme radical issu du wahabisme et sur lequel fondent leurs pratiques les milices les plus menaçantes, les mères et les jeunes filles sont traditionnellement confinées dans un rôle subalterne. Les pionnières du mouvement associatif somalien en ont déjà fait les frais, à plusieurs reprises, même lorsqu'elles étaient plus organisées et soutenues.

Par exemple, les activistes d'un collectif plus connu, la Coalition des organisations populaires de femmes (COGWO) ont souvent été accusées d'usurper les droits des hommes et ceux de Dieu. La responsable de la Cogwo témoignait récemment via Amnesty Internationale: "Nous avons été pris pour cible et on nous a demandé, à mes collègues et moi, de dénoncer publiquement notre travail en faveur des femmes comme étant une activité criminelle. Nous avons reçu des menaces et plusieurs de mes collègues ont été tués".

Pour ces femmes qui n'ont plus d'autre choix que d'affronter les bêtises des hommes, il ne s'agit pas de vouloir se mesurer aux milices religieuses. Elles n'en ont pas les possibilités. Leur stratégie pour le moment repose sur un travail de pédagogie et de plaidoyer: montrer qu'en réalité les pratiques de discrimination et les violence que les maris font subir aux femmes et à la famille ne sont pas conformes à la loi religieuse ni à la culture somalienne.

Aisha n'est pas restée longtemps à l'école, mais elle écoute la radio depuis plusieurs mois. Elle a appris par exemple, raconte-t-elle au journaliste kenyan, que l'islam interdit formellement d'enlever aux femmes les enfants en bas âge, et qu'il exige respect aux femmes...

Dans ce chaos qui règne sur la Somalie, c'est justement cet attachement au droit qui donne l'espoir à ces femmes. Mais elles savent que leur situation ne s'améliorera de façon effective qu'avec le retour de l'Etat.

_________________ 2 - Yahoo News

Somalie: au moins 16 morts dans des affrontements à Mogadiscio

Au moins 16 personnes ont été tuées dans de violents affrontements entre factions rivales et forces gouvernementales à Mogadiscio, la capitale somalienne, a indiqué mardi un responsable gouvernemental. Lire la suite l'article

La plupart des victimes sont des combattants qui ont été tués lundi lors de plusieurs incidents alors que les insurgés islamistes resserrent leur emprise sur la capitale, a déclaré à l'AFP ce responsable en charge de la sécurité, Mohamed Abdirahman.

"Des éléments violents ont attaqué les forces gouvernementales dans le nord de Mogadiscio, déclenchant de violents combats. Ils ont été vaincus et plusieurs combattants ont été tués", a-t-il ajouté.

"Deux de nos soldats ont également été tués, ainsi que trois civils pris au piège des échanges de tirs", a-t-il dit.

D'intenses combats opposent les shebab aux forces gouvernementales somaliennes et à l'Amisom, la force de l'Union africaine en Somalie, sur le front nord de Mogadiscio.

Les shebab, qui ont fait allégeance à Al-Qaïda, ont promis de renverser le gouvernement du président Sharif Cheikh Ahmed, un islamiste modéré élu en janvier 2009.

Le gouvernement somalien, soutenu à bout de bras par la communauté internationale, ne contrôle qu'une petite partie de la capitale somalienne et ne doit sa survie qu'à l'appui des troupes de l'Amisom.

La Somalie, en guerre civile quasi-ininterrompue depuis 1991, célébrait jeudi le cinquantenaire de son indépendance.


_________________ 1 - Le Figaro avec AFP

Tués alors qu'ils regardaient le Mondial

Deux jeunes Somaliens ont été tués et trois autres blessés par une grenade lancée par des inconnus, hier soir près de Mogadiscio, alors qu'ils regardaient en groupe à la télévision la demi-finale du Mondial Espagne-Allemagne, ont rapporté aujourd'hui des témoins.

Le motif de cette attaque non revendiquée, dans la localité de Elasha Biyaha, à 17 km au sud-ouest de Mogadiscio, demeure inconnu.

Les islamistes insurgés shebab, qui contrôlent la majeure partie de la Somalie en guerre, avaient interdit aux jeunes de regarder la Coupe du monde en groupe à la télévision, un passe-temps jugé "anti-islamique".

Cette attaque a été précédée par une autre, quelques minutes plus tôt, visant cette fois un commissariat contrôlé par une autre milice islamiste, celle de Hezb al-Islam, aux relations souvent difficiles avec les shebab, pourtant officiellement alliés.

"L'explosion est survenue alors que des jeunes gens regardaient le match entre l'Espagne et l'Allemagne. L'un deux est mort sur le coup et un autre a succombé à ses blessures", a rapporté à l'AFP un témoin, Mohamed Adan. Les jeunes gens s'étaient regroupés pour regarder le match dans une maison de la localité.

"Nous avons entendu des informations à propos d'attaques à Elasha Biyaha, dont une visant des civils qui regardaient un match de football, mais je n'ai aucun détail à ce stade", a commenté pour sa part un responsable de la milice Hezb al-Islam s'exprimant auprès de l'AFP sous couvert de l'anonymat.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.