ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


22/11/10 (B579) Nouvelles de Somalie - Des combats font 23 morts en Somalie - au moins 17 morts dans des affrontements - Quels sont les rapports entre l’Éthiopie et la Somalie ? - L’AMISOM se concerte à Bujumbura pour évaluer les progrès de paix réalisés en Somalie (4 articles)

____________________ 4 - Metro (Canada) avec AP

Des combats font 23 morts en Somalie

De violents combats entre des forces cherchant à s'emparer du contrôle de villages du centre de la Somalie ont fait au moins 23 morts, en fin de semaine, selon des représentants des autorités et des témoins.

Treize personnes ont péri lorsque les troupes d'une milice pro-gouvernementale ont attaqué un village protégé par des insurgés islamistes samedi. Les combats se poursuivaient dimanche.

Et dans la capitale de Mogadiscio, d'autres combats entre les insurgés islamistes et les forces gouvernementales, appuyées par des soldats du maintien de la paix de l'Union africaine, ont causé la mort de dix personnes, en plus d'en blesser 17 autres, selon un haut responsable des services ambulanciers de Mogadiscio.

Un résidant de Wardhumale a raconté avoir vu dix corps étendus au sol dans le village. Un homme résidant dans le village voisin de Elgod a dit avoir vu trois corps.

Les résidants ont indiqué que la milice islamiste al-Shabab a abandonné le village de Wardhumale, laissant la milice pro-gouvernementale Ahlu Sunnah Wal Jama en contrôle. Des porte-parole des deux clans ont clamé victoire dimanche.

Ahlu Sunnah Wal Jama est une milice dont les membres appuient le sufisme, le type d'islamisme traditionnellement pratiqué en Somalie. Selon ses dirigeants, les combats ont pris naissance parce que les insurgés pratiquent une forme d'islamisme différente.

La Somalie n'a pas eu de gouvernement central depuis la fin destitution du général Siad Barre, en 1991. Le général Barre s'était emparé du pouvoir à la suite d'un coup d'État en 1969.

__________________________ 3 - AFP

Somalie: au moins 17 morts dans des affrontements

Au moins dix-sept personnes ont été tuées samedi soir dans des affrontements armés entre des rebelles islamistes et une milice pro-gouvernementale, ont indiqué des témoins dimanche.

Les miliciens pro-gouvernementaux d'Ahlu Sunna wal Jamaa ont attaqué tard samedi les insurgés islamistes shebab, qui se réclament d'Al-Qaïda, dans le village de Wardhumale, au centre du pays et ont mené une seconde attaque dimanche.

"Dix-sept personnes, la plupart des combattants de deux camps, ont été tuées, mais ce bilan pourrait s'alourdir, car des corps sont encore sur les lieux des affrontements", a déclaré Mohamed Moalim Weheliye, un vieillard d'une petite ville voisine.

Selon d'autres villageois qui ont fui les lieux, le bilan serait de 20 morts et une cinquantaine de blessés.

"Je me suis enfui d'un village tout proche de Wardhumale. Il n'y a pas de blan exact des pertes, mais au moins 20 morts ont été confirmées", a déclaré Abdullahi Duale.

Le porte-parole des shebab, cheikh Abdiaziz Abu Musab, a pour sa part affirmé à des journalistes à Mogadiscio, que leurs partisans avaient remporté la bataille et fait "de nombreux morts" dans les rangs des pro-gouvernementaux.

Cette version a été contestée immédiatement par le porte-parole de la milice pro-gouvernementale, Yusuf Abu Qadi: "nos forces ont détruit l'ennemi autour de plusieurs villages du centre du pays", a-t-il dit.

Les shebab, qui ont pris le contrôle de vastes territoires dans le centre et le sud du pays ces trois dernières années, ont juré la perte du président somalien Sharif Cheikh Ahmed soutenu à bout de bras par la communauté internationale.

Le gouvernement de transition somalien ne contrôle qu'une petite partie de la capitale somalienne et ne doit sa survie qu'à l'appui des quelque 7.500 soldats ougandais et burundais de l'Amisom.

_________________________ 2 - Kaarshe Blog
Advocating For Somali Unity

Quels sont les rapports entre l’Éthiopie et la Somalie ?


Jeune Afrique

Pendant la première moitié du XXe siècle, l’Éthiopie a été un symbole de résistance africaine à l’impérialisme européen. Les Éthiopiens ont battu les troupes coloniales italiennes à Adoua en 1896 et le pays a sauvegardé son indépendance. Quand l’Italie a fait une nouvelle tentative, en 1935, l’empereur Haïlé Sélassié est allé demander à la Société des nations une sécurité collective contre l’invasion. Il n’a reçu aucune aide. L’Éthiopie est alors devenue le symbole de l’Afrique dans tout le monde noir.

Lors de la difficile genèse de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1963, Haïlé Sélassié a profité de son prestige pour jouer les intermédiaires entre les différents États africains. L’OUA a installé son siège à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Mais si l’Éthiopie a tenu ce rôle symbolique sur tout le continent, elle a développé aussi des rouages étatiques tyranniques. Lors des grandes famines dans les années 1970, le mécontentement interne s’est aggravé. En 1974, un militaire, Mengistu Haïlé Mariam, a pris la tête d’une révolte contre la monarchie et créé un gouvernement militaire qui s’est rapidement autoproclamé marxiste-léniniste.

La Somalie, voisine de l’Éthiopie, avait également un gouvernement militaire sous Siyad Barre, qui se qualifiait lui-même de « socialiste scientifique ». Elle entretenait des relations tendues avec les États-Unis et assez étroites avec l’Union soviétique. Après le coup d’État de 1974, quand Mengistu s’est déclaré marxiste-léniniste, l’Union soviétique a abandonné la Somalie et jeté son dévolu sur l’Éthiopie, plus grande et plus importante. Les États-Unis se sont alors, à leur tour, intéressés à la Somalie.

Un peu d’analyse ethnique est nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé ensuite. L’Éthiopie est un ancien royaume chrétien, longtemps dominé par l’aristocratie amhara. Il y a un groupe chrétien important, les Tigrés, qui parlent une autre langue. Et deux autres groupes assez importants : les Oromos, dont la moitié sont musulmans, et les Somalis musulmans. En outre, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Éthiopie a absorbé la colonie italienne côtière de l’Érythrée. Sous Haïlé Sélassié, seuls les Amharas comptaient, et l’Érythrée se battait pour son indépendance. Sans l’Érythrée, l’Éthiopie n’a pas d’accès à la mer.

Le cas de la Somalie était tout à fait différent. Il y a eu deux colonies, l’une italienne (Somalia) et l’autre britannique (Somaliland). La Somalie italienne est devenue indépendante en 1960 et a fusionné avec la Somalie britannique. Dans les années 1960, quand les conflits ethniques ont commencé à déchirer un grand nombre d’États africains, c’était un lieu commun de penser que la Somalie ne connaîtrait jamais de conflit ethnique, puisque presque tout le monde était ethniquement somalien, parlait somalien et était musulman.

Les habitants des deux pays ont rongé leur frein sous les deux dictatures. À la fin de la guerre froide, aucun des deux gouvernements n’a survécu. Mengistu et Barre ont été tous les deux renversés, en 1991.

En Somalie, l’État ethnique « parfait » s’est désintégré, car les clans ont commencé à se battre. En 2006, un groupe appelé l’Union des Tribunaux islamiques a pris le pouvoir à Mogadiscio, la capitale, et expulsé les chefs des clans féodaux, instaurant une paix relative pour la première fois depuis plus d’une décennie.

Washington a considéré l’Union des tribunaux islamiques comme une copie conforme des talibans et une alliée d’al-Qaïda. Zenawi également. L’Éthiopie a donc décidé de chasser les Tribunaux islamiques et de venir en aide au gouvernement central impuissant, qui n’avait même pas été capable d’entrer dans la capitale.

L’Éthiopie a, bien sûr, gagné la première manche. Mais les Somaliens n’accueillent pas les Éthiopiens comme des libérateurs, et Mogadiscio reste dans la tourmente.

_________________________ 1 - Afrique Avenir avec APA

L’AMISOM se concerte à Bujumbura pour évaluer les progrès de paix réalisés en Somalie

Des délégations provenant des pays qui ont contribué en troupes à la Mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM), se concertent à Bujumbura (Burundi), en vue d’évaluer les progrès réalisés dans les efforts visant à asseoir la paix et la sécurité en Somalie un pays en proie à une guerre civile depuis près de deux décennies.

Entamée lundi dernier, la rencontre de quatre jours à pour objectif de débattre du travail de cette mission et des moyens à déployer pour la renforcer. Elle réunit aussi le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies, un représentant de l’Union Africaine en Somalie, et une délégation du gouvernement somalien.

Cette réunion se tient au moment où le mandat du gouvernement de transition issue des accords de Djibouti, prend fin dans moins d’une année.

Plusieurs missions qui lui étaient assignées n’ont pas encore été réalisées. Le peu de réalisations est à l’actif de l’AMISOM qui aide ce gouvernement à combattre les insurgés islamiques.

Le gouvernement de transition qui ne contrôle qu’une minime partie de la capitale Mogadiscio doit être soutenue, selon le président burundais qui a ouvert cette rencontre, afin de ne pas permettre aux extrémistes islamistes de conquérir tout le pays, ce qui serait une menace pour la région entière et le monde.

« La Communauté Internationale ne doit pas prendre la question somalienne comme une question incombant aux seuls Somaliens compte tenu de son ampleur pouvant favoriser le terrorisme mondial à partir de la Corne de l’Afrique », a souligné Pierre Nkurunziza.

Il a réaffirmé son engagement à « rester aux côtés du peuple somalien en gardant et augmentant les effectifs de ses troupes, à condition que les conditions pour son déploiement soient réunies ».

Seuls le Burundi et l’Ouganda ont envoyé 8000 militaires en Somalie, mais les besoins restent encore énormes, selon des sources concordantes.

Raison pour laquelle le président burundais insiste pour que la communauté internationale « prenne le taureau par les cornes » afin de répondre par des stratégies réalistes, concrètes et adaptées. «‘’D’ores et déjà, nous proposons que toutes les mesures devraient être prises pour assurer l’efficacité de l’AMISOM, en procédant au renforcement de ses effectifs, de son équipement, mais aussi par l’élargissement de son mandat », a insisté le président burundais.

Les insurgés islamistes ont plusieurs fois proféré des menaces à l’endroit du Burundi et de l’Ouganda. Pour ce dernier, les menaces ont été traduites dans les faits lors des attentats de juillet dernier dans la capitale ougandaise, Kampala, tuant plusieurs dizaines d’innocents.

L’AMISOM est financée en grande partie par les Etats Unis qui ont eux mêmes échoués aux cotés de ONUSOM en 1993 lors de l’opération « restore hope in somalia ».

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.