ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


10/12/10 (B581) Nouvelles de Somalie - Des milliers de personnes en danger alors qu’une grave sécheresse frappe Mudug - les Etats-Unis minimisent l’influence d’Al-Qaida en Somalie - Projets d'attentats-suicide en Somalie: 4 ans de prison pour deux Suédois - KENYA. LES RÉFUGIÉS SOMALIENS ONT BESOIN D’UNE PROTECTION CONTRE LES ATTEINTES AUX DROITS HUMAINS (4 articles)

________________________ 4 - Irin News (ONU)

SOMALIE: Des milliers de personnes en danger alors qu’une grave sécheresse frappe Mudug


« L’ampleur des besoins est bien plus grande que ce que nous pouvons livrer », a dit à IRIN Mustafa Abdulaziz

Des dirigeants locaux ont demandé une aide urgente pour des milliers de gens qui sont en danger après une grave sécheresse dans la région de Mudug en Somalie centrale.

« Nous avons eu très peu de pluies durant la période du Gu [la saison de pluies longues allant d’avril à juin] et les pluies de Dayr [allant d’octobre à décembre] ne sont pas venues du tout, ce qui a empiré une situation déjà très mauvaise », a dit à IRIN Abdullahi Mahamud Nur, un ancien, le 8 décembre.

M. Nur a dit qu’au moins 5 000 familles (30 000 personnes) dans 13 villages au nord-est et au sud-est de la capitale régionale, Galkayo, avaient besoin d’une aide immédiate.

Galkayo se situe à 700 kilomètres au nord de Mogadiscio.

La plupart des gens comptent sur le bétail [pour vivre], mais les faibles chutes de pluie les forcent à se battre pour joindre les deux bouts, a ajouté M. Nur. Il a dit que les plus durement touchés étaient des villages dans les régions de Towfiq, Eil Dhanane, Dhinowda et Afbarwaqo.

« J’ai vu de mes propres yeux des chèvres et des moutons et des bovins agonisant ; ceux qui restent du cheptel sont si faible qu’ils ne peuvent aller nulle part pour de l’eau », a dit M. Nur. « Ils ne peuvent pas être vendus et ils sont inutilisables pour du lait ou de la viande ».

Il a dit qu’il était prêt à accompagner toute agence dans cette zone et il a demandé aux agences d’accroître leurs activités.

La situation a aussi forcé certains nomades à se rendre dans les villes, selon M. Nur. « Ils y en a qui sont déjà arrivés à Galkayo ».

Abdiaziz Aw Yusuf, également connu comme Harin, un ancien commissaire du district de Jariiban dans la région de Mudug – la grande ville la plus proche de la zone concernée – a dit que les villages les plus touchés étaient proches de la côte.

« Ils n’ont eu aucune pluie et ils n’ont pas de barkads [bassin de rétention d’eau] », a-t-il dit. « Le premier besoin, c’est l’eau et ensuite la nourriture. Beaucoup de gens qui n’ont pas encore perdu leurs animaux les perdront s’ils ne reçoivent pas d’eau bientôt ».

Harin a dit que la zone habitée par les clans Dir et Sheikhal se trouvait entre les deux principaux clans dans la région, les Habar Gedir et les Majerteen, et étaient souvent ignorés.

Comme dans la majorité de la Somalie centrale, la région n’a pas connu de précipitations durant la dernière saison des pluies et les points d’eau et puits de forage ont séchés, ou ce qu’il y reste d’eau n’est potable ni pour les gens ni pour le bétail, a dit Mustafa Abdulaziz, de l’ONG locale Homboboro Relief and Rehabilitation Organization.

« Nous prévoyons de transporter de l’eau par camion dans certains des villages les plus durement touchés comme Towfiq, mais l’ampleur des besoins est bien plus grande que ce que nous pouvons livrer », a-t-il dit.

Selon les Nations Unies, on estime à deux millions le nombre de Somaliens qui ont besoin d’une assistance humanitaire.

_______________ 3 - Le Monde avec WikiLeaks

WikiLeaks : les Etats-Unis minimisent l’influence d’Al-Qaida en Somalie

Jean-Philippe Rémy

Les groupes armés islamistes qui tentent de prendre le pouvoir dans le sud de la Somalie et poursuivent la guerre à Mogadiscio contre les forces divisées du Gouvernement fédéral de transition (TFG) menacent-ils de créer un nouveau foyer mondial pour des combattants de la nébuleuse Al-Qaida?

Les Etats-Unis s'interrogent, alors qu'ils interviennent de manière discrète, mais indirecte, en Somalie. Ce dossier a pris de l'importance ces dernières années, avec la crainte de voir tomber Mogadiscio, son port et son aéroport, fournissant une plateforme pour les groupes en contact avec les Somaliens d'Al-Chabab, eux-mêmes liés à Al-Qaida.

Les diplomates américains notent bien "l'arrivée de combattants étrangers" en Somalie, mais ils précisent : "Beaucoup d'entre eux sont d'ethnie somalie, recrutés dans les pays voisins ou dans la diaspora (…) Ceci inclut des Nord-américains, dont au moins vingt jeunes hommes recrutés à Minneapolis, et d'autres venus d'Europe."

"PIPELINE" DE COMBATTANTS MIS EN DOUTE

Dans le même télégramme, il est aussi fait mention de combattants venus "d'Afrique de l'Est, surtout du Kenya et du Soudan", ainsi que de "non-somalis" originaires de "l'Asie du Sud et du Proche-Orient, incluant des Pakistanais, des Yéménites et d'autres 'arabes' non identifiés." Mais le diplomate prend le soin de préciser : "Pas plus que le gouvernement somalien, nous ne connaissons [leur] nombre exact (…) Les déclarations d'officiels somaliens parlant de milliers d'étrangers semblent exagérées."

Et l'ambassadeur note qu'en dépit du "soutien public" d'Al-Qaida aux combattants somaliens, "il y a bien peu de preuves de liens significatifs de soutien direct d'Al-Qaida, en termes financiers ou militaires, en provenance d'Irak ou d'Afghanistan", ni même d'un "pipeline" de combattants depuis ces deux pays. Au contraire, son télégramme met en évidence des sources d'approvisionnement régionales (Yémen et Erythrée) pour les armes et l'argent.

Et si les Etats-Unis se fourvoyaient? Des télégrammes révèlent à quel point les dirigeants somaliens du TFG sont des alliés incommodes. En témoigne un télégramme relatant une discussion, en mai 2009, entre Ali Sharmake, premier ministre à l'époque, avec le chargé des affaires somaliennes à l'ambassade américaine de Nairobi, au Kenya.

M. Sharmake brosse un tableau inquiétant des divisions du TFG. Il "s'inquiète de l'influence" d'un groupe armé allié, Ahlu Sunna Wal Jama'a, pourtant activé pour lutter aux côtés du TFG. Il admet que les contre-attaques du TFG enregistrent des résultats médiocres, mais en impute la responsabilité à des "problèmes de logistique et de communication." Il en profite pour réclamer "des radios" et du "conseil militaire".

A propos d'argent, le premier ministre promet de justifier "très rapidement" l'emploi mystérieux d'un demi-million de dollars (378 000 euros) versé par le gouvernement américain. Dans l'immédiat, il assure ses interlocuteurs de sa "profonde gratitude" d'avoir reçu des "munitions et des armes de gros calibre."

Ali Sharmake redemande aussi aux Etats-Unis de procéder à des frappes pour éliminer des chefs de la guérilla islamiste. Il rappelle à cet effet que peu de temps auparavant, il a appelé depuis Mogadiscio, le 16 mai, pour demander qu'une frappe américaine "efface si possible" les participants à un conclave réunissant des responsables d'Al-Chabab et du Hizbul Islam, alliés contre le TFG. Le diplomate américain demande si le TFG pourrait faire face à "des dommages collatéraux". Le premier ministre somalien répond "oui, sans hésiter".

_______________ 2 - Radio Nederland avec AFP

Projets d'attentats-suicide en Somalie: 4 ans de prison pour deux Suédois

Deux Suédois d'origine somalienne membres de la milice islamiste radicale shebab ont été condamnés mercredi à quatre ans de prison ferme pour "préparation de crimes terroristes" en Somalie, a annoncé le tribunal suédois de Göteborg.

Leur peine est plus lourde que les réquisitions du procureur, qui avait demandé 3 ans de prison ferme.

"Le procureur a démontré que les deux accusés ont endossé la responsabilité, et décidé en association avec la milice islamiste somalienne shebab, de commettre des crimes terroristes via des attentats-suicide", écrit la cour dans sa décision.

Mohamoud Jama, 22 ans, et Bille Ilias Mohamed, 26 ans, avaient été arrêtés par le renseignement intérieur suédois, le premier à Göteborg (sud-ouest) en mai et le deuxième à Stockholm en juin.

Les deux Suédois naturalisés sont "membres" et "ont de fortes sympathies" pour le mouvement islamiste radical somalien des shebab, qui a déclaré son allégeance au réseau Al-Qaïda et contrôle la plus grande partie du sud et du centre de la Somalie, souligne la cour.

_______________________ 1 - Amnesty International

KENYA. LES RÉFUGIÉS SOMALIENS ONT BESOIN D’UNE PROTECTION CONTRE LES ATTEINTES AUX DROITS HUMAINS


Françoise Guillitte

Au Kenya, les violations des droits humains infligées aux réfugiés et demandeurs d’asile somaliens mettent des milliers de vies en danger, a indiqué Amnesty International dans un rapport publié mercredi 8 décembre 2010.

Intitulé From life without peace to peace without life , ce document montre que les milliers de personnes qui fuient les violences perpétrées en Somalie ne trouvent pas refuge, protection ni solutions durables au Kenya, la frontière entre les deux pays ayant été fermée il y a près de quatre ans pour des raisons de sécurité.

« Les combats incessants et les atteintes aux droits humains abominables commises en Somalie constituent une menace avérée pour la vie de dizaines de milliers d’enfants, de femmes et d’hommes. Aucun Somalien ne doit être renvoyé de force dans le sud et le centre de la Somalie », a expliqué Michelle Kagari, directrice adjointe du programme Afrique d’Amnesty International.

Au mois de novembre, quelque 8 000 Somaliens, qui s’étaient réfugiés au Kenya pour fuir les combats intenses dans la ville somalienne de Belet Hawo, ont été sommés de retourner dans leur pays par les autorités kenyanes. La police kenyane a ensuite contraint quelque 3 000 d’entre eux à retourner en Somalie, où ils courent toujours le risque d’être soumis à de graves violations des droits humains.

« De nombreux Somaliens n’ont pas d’autre choix que de franchir la frontière kenyane. Cependant, le Kenya ayant fermé le centre de filtrage situé près de la frontière, aucun Somalien n’est enregistré immédiatement et personne ne fait l’objet d’un filtrage. Comme on pouvait s’y attendre, cette mesure ne permet aucunement de régler les problèmes de sécurité nationale au Kenya. »

Au lendemain d’une flambée de violence en décembre 2006, le Kenya a fermé sa frontière de 682 kilomètres avec la Somalie, affirmant que des combattants qui entretiendraient des liens avec al Qaïda risquaient d’entrer dans le pays et de mettre en péril la sécurité nationale.

Pourtant, en raison de la porosité de la frontière, les Somaliens ont continué à fuir leur pays et à chercher refuge au Kenya. Les autorités kenyanes ont fermé les yeux sur l’afflux continu de demandeurs d’asile somaliens franchissant la frontière, ce qui remet en cause l’effet, si tant est qu’il existe, de cette fermeture sur la situation en termes de sécurité.

Lors d’une rencontre avec Amnesty International en mars 2010, le ministre kenyan de l’Immigration a en effet admis que « fermer la frontière n’a[vait] pas d’effet bénéfique. Nous ferions mieux de filtrer [les demandeurs d’asile somaliens], afin de savoir qui ils sont. »

Dans son rapport circonstancié, Amnesty International explique que depuis la fermeture de la frontière, les forces de sécurité kenyanes ont renvoyé de force des demandeurs d’asile et des réfugiés en Somalie, leur ont extorqué des pots-de-vin et les ont arrêtés et détenus de manière arbitraire. Les Somaliens sont régulièrement harcelés par la police kenyane dans les régions frontalières, dans les camps de réfugiés de Dadaab, situés dans le nord-est du Kenya, et dans les zones urbaines, y compris à Nairobi.

Une Somalienne de 55 ans a raconté à Amnesty International en mars 2010 : « Je suis arrivée à Dadaab il y a sept jours en passant par Dobley. Arrêtée après Dobley, j’ai passé six jours en prison à Garissa. Je suis venue en voiture avec 25 autres Somaliens. Nous avons tous été emprisonnés… J’avais quatre enfants avec moi : une fillette de 11 ans, et trois garçons de neuf, huit et trois ans. La police kenyane nous a dit : « Vous êtes entrés illégalement par la mauvaise route. » J’ai dû leur donner 5 000 shillings kenyans [47 euro]. Mes proches ont dû m’envoyer de l’argent. »

Les trois camps de Dadaab sont déjà extrêmement surpeuplés. Conçus à l’origine pour accueillir 90 000 réfugiés, ils en hébergent désormais plus de 280 000. La pression est par conséquent considérable sur l’accès des habitants à un abri, à l’eau, aux installations sanitaires, à la santé et à l’éducation. Le gouvernement kenyan a traîné les pieds avant d’attribuer de nouveaux terrains pour recevoir la population croissante de réfugiés.

Les réfugiés installés à Dadaab ont expliqué à Amnesty International que les camps eux-mêmes devenaient de moins en moins sûrs et que des membres et des sympathisants d’al Shabab, groupe armé islamiste somalien, y habitaient ou y circulaient et, parfois, y recrutaient des réfugiés pour aller combattre en Somalie. Les forces de sécurité kenyanes auraient également été impliquées dans le recrutement de réfugiés somaliens aux fins de formation militaire fin 2009.

« Dans les camps de Daadab, nous sommes désormais face à une situation de crise, a fait valoir Michelle Kagari. Les réfugiés somaliens se retrouvent coincés entre une zone de conflit et ce que d’aucuns décrivent comme une prison ouverte, car le Kenya ne les autorise pas à sortir des camps sans une autorisation spéciale. Les réfugiés qui se sont rendus dans des villes kenyanes vivent dans la précarité et sont exposés aux violences policières. « Le Kenya prend en charge de manière disproportionnée la responsabilité des flux massifs de réfugiés venus de Somalie et a besoin d’une aide accrue de la communauté internationale, notamment des pays de l’Union européenne (UE), en vue d’offrir des solutions durables à ces personnes. » Amnesty International engage le gouvernement kenyan à veiller à ce que les Somaliens fuyant les violations flagrantes des droits humains et les violences exercées sans discrimination trouvent refuge sur le sol kenyan et y bénéficient d’une réelle protection.

Elle demande aussi à la communauté internationale et aux partenaires donateurs du Kenya de partager la responsabilité de la crise des réfugiés au Kenya, de renforcer les programmes de réinstallation et de soutenir les projets d’intégration locale visant à améliorer la vie des réfugiés au Kenya.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.