ARDHD : l'actualité en continu : Djibouti et la Corne de l'Afrique
 
 
la défense des droits de l'homme à Djibouti

 


20/12/10 (B583) Nouvelles de Somalie - six morts dans l'explosion d'une bombe à Mogadiscio - deux groupes d'insurgés fusionnent - deux groupes islamistes annoncent leur union contre le gouvernement - Tensions entre les shebab et le Hezb al-Islam - Guerre des ondes en Somalie (5 articles)

______________________ 5 - AFP

Somalie: six morts dans l'explosion d'une bombe à Mogadiscio

Six personnes, dont cinq soldats des forces gouvernementales, ont été tuées lundi à Mogadiscio par l'explosion d'un engin piégé, a-t-on appris de sources concordantes.

Des soldats ont découvert une bombe dissimulée au bord d'une route près de l'académie militaire Jale Siyad, quartier d'un contingent de militaires burundais de la force de paix de l'Union africaine (Amisom). Ils ont placé l'engin à bord de leur véhicule, qui a explosé peu après.

"Les cinq occupants de la voiture ont été tués, et leur véhicule a été totalement détruit", a indiqué au correspondant de l'AFP un responsable pour la sécurité du gouvernement de transition somalien (TFG), Mohamed Moalim Isa.

"Ils voulaient apparemment emmener la bombe pour la désamorcer, ils ont été littéralement pulvérisés" par l'explosion, a expliqué M. Isa.

La zone de l'incident a été immédiatement bouclée par les forces du TFG, selon des témoins, qui ont fait état de la mort d'une passante dans l'explosion.

"Il y avait des morceaux de corps humain partout (...), l'explosion a été très forte", a raconté l'un de ces témoins, Omar Hussein.

Cantonné dans l'ouest de la capitale, sur le site de l'ancienne université, le contingent burundais a été à plusieurs reprises la cible d'engins piégés dissimulés le long de la longue route bitumée qui mène à leur installation.

Les 8.000 militaires burundais et ougandais de l'Amisom sont déployés en plusieurs zones stratégiques de Mogadiscio en soutien aux forces du TFG, face aux insurgés islamistes shebab qui contrôlent la majorité de la ville.

______________________ 4 - Metro (Montréal - Ca) avec AP

Somalie: deux groupes d'insurgés fusionnent

Les deux plus importants groupes d'insurgés somaliens veulent fusionner leurs activités afin de lutter contre le faible gouvernement national appuyé par l'ONU, a indiqué un haut responsable de l'une de ces organisations, dimanche.

Le Parti islamiste joindra ainsi la milice al-Shabab, liée à al-Qaïda, et combattra en son nom, a affirmé le dirigeant des opérations du premier mouvement, Sheik Mohamed Osman Arus, à l'Associated Press.

Des combattants du Parti islamique ont été défaits à de nombreuses reprises par leurs anciens rivaux de la milice, notamment lors d'un affrontement pour le contrôle de la ville portuaire de Kismayo.

Mais Arus a nié que la fusion avait été orchestrée pour sauver la crédibilité de son organisation, affirmant qu'il s'agissait plutôt d'un pas en avant pour les mouvements musulmans radicaux.

Il a ajouté que la décision serait annoncée sous peu, sans donner de date précise. Les porte-parole de la milice al-Shabab n'étaient pas disponibles pour commenter.

Les deux groupes ont combattu côte-à-côte contre les forces gouvernementales dans le passé, malgré des différends idéologiques et de récents affrontements.

Le Parti islamique a déjà condamné les tactiques de son nouvel allié, qui incluent le recours aux attentats-suicides et aux exécutions sommaires. Son fondateur, Sheik Hassan Dahir Aweys, a aussi critiqué par le passé le serment d'allégeance public fait par la milice envers Oussama ben Laden.

Le Parti islamique compte entre 2500 et 3000 soldats et est habituellement considéré comme plus nationaliste que la milice al-Shabab, fortement influencée par l'Islam wahhabite.

Arus a indiqué que l'objectif de cette fusion pour son groupe était d'influencer les éléments radicaux de la milice de l'intérieur «parce que les conflits entre nous ne feront qu'avantager nos ennemis.»

________________________ 3 - Radio Chine avec XINHUA

Somalie : deux groupes islamistes annoncent leur union contre le gouvernement


Les groupes islamistes somaliens Al Shabaab et Hezbul Islam ont déclaré dimanche qu'ils unissent leurs forces dans leurs combats contre le gouvernement et les troupes de l'Union africaine (UA).

"Nous avons formé une union sous le nom d'Al Shabaab car nous voulons confronter ensemble contre l'ennemi d'Allah, au lieu de nous combattre entre nous mêmes", a déclaré Mohamed Osman Arus, porte-parole de Hezbul Islam.

Les leaders des deux groupes pourraient formellement lancer leur union lundi à travers une cérémonie dans la banlieue de Mogadiscio.

Les deux groupes avaient eu récemment des combats entre eux pour disputer le contrôle de terrains dans le sud du pays.

Il est à noter que l'annonce de cette union entre les deux groupes intervient après que les zones sous contrôle de Hezbul avaient fait l'objet d'attaques soutenues et que plusieurs commandants de Hezbul Islam s'étaient ralliés à Al Shabaab.

Selon des informations de presse, Al Shabaab a pris des positions de hezbul Islam à Afgoye, localité située à 30 km au sud- ouest de Mogadiscio.

________________________ 2 - Operationpaix.net avec AFP

Tensions entre les shebab et le Hezb al-Islam

AFP rapporte que les shebab menacent d’attaquer les insurgés du Hezb al-Islam à Afgoye, en périphérie de Mogadiscio. Selon un résident de la localité, « la tension est très vive, des tirs sporadiques peuvent parfois être entendus alors que les deux camps ont considérablement renforcé leurs positions avec l’arrivée de combattants lourdement armés ».

Les deux groupes rebelles sont alliés pour combattre les forces gouvernementales et l’AMISOM à Mogadiscio mais s’opposent depuis plus d’un an dans une lutte d’influence pour contrôler le sud du pays et Kismayo.

________________________ 1 - Le Courrier (Ch)


Guerre des ondes en Somalie

CLÉMENT GIRARDOT,

Peu d'informations filtrent sur le conflit somalien déserté par les reporters occidentaux. Depuis trois ans les milices islamistes s'attaquent aux journalistes locaux pour imposer leur idéologie sur les radios.

Journaliste est un des métiers les plus dangereux en Somalie.

Mohamed Olad Hassan, 33 ans, correspondant local pour la BBC, peut en attester. En décembre 2009, il a échappé de peu à la mort dans un attentat où trois de ses collègues ont été tués. Malgré le risque permanent, Mohamed Olad Hassan a choisi de rester en Somalie pour témoigner du conflit et des souffrances de son peuple. Son quotidien est empli de mesures de sécurité: «Chaque matin en me levant je passe des coups de fils pour connaître la situation sécuritaire de Mogadiscio.

Si je dois partir en reportage, je regarde bien autour de ma maison, je sors avec ma voiture, je fais mon travail et je rentre. Le reste du temps, je reste chez moi.» Depuis 1991 et la chute du régime communiste de Siad Barre, la Somalie connaît l'instabilité. Actuellement, le gouvernement fédéral de transition (GFT), installé à Mogadiscio en 2007 et soutenu par la communauté internationale, est aux prises avec les milices islamistes qui contrôlent le sud du pays et une partie de la capitale. Au nord, la République autoproclamée du Somaliland et la région autonome de Puntland sont moins en proie à l'anarchie. Dans ces territoires, les milices islamistes comme Al-Shabab sont aussi présentes, mais de manière clandestine.

Le contrôle de l'information et surtout de la radio, média le plus populaire en Somalie, est un enjeu majeur dans le conflit. En 2007, les troupes du GFT avaient assiégé et ouvert le feu sur le bâtiment de la radio indépendante Shabelle à Mogadiscio. Le principal danger est maintenant celui des milices islamistes dont Radio Shabelle est devenue la cible. Cette dernière vient de recevoir le prix 2010 de la liberté de la presse délivré par Reporters sans frontières (lire ci-contre). Aux mois d'août et septembre, Al-Shabab et Hizbul Islam se sont emparés de trois stations FM de la capitale.

Pas de divertissements, ni de femmes

«Les insurgés ont pris le contrôle de radios locales dans les régions où ils ont le pouvoir pour promouvoir leur idéologie et leur propagande», déclare Osman Moallim, de la Coalition somalienne pour la liberté d'expression. D'après les chiffres du Syndicat national des journalistes somaliens (NUSOI), sept radios FM sur les vingt-deux recensées dans la Somalie centrale et méridionale sont passées sous la coupe des milices islamistes. Depuis 2007, selon le syndicat, vingt-deux journalistes ont été assassinés, plus de 200 ont reçu des menaces de mort et plus de 250 sont partis du pays.

Parmi eux, Mohamed Ali Royter, qui vit depuis décembre 2009 à Nairobi au Kenya, comme la plupart des journalistes exilés. Le 28 juin 2009, il reçoit un courriel venant d'un membre d'Al-Shabab le menaçant de mort: «Nous avons vu la demande que vous avez envoyée aux chrétiens pour obtenir l'asile. Au nom de Dieu, vous allez périr dès que nous vous attraperons.» Le journaliste venait de publier un article faisant état d'intimidations antérieures de la part de l'organisation armée, qui lui reprochait d'utiliser des expressions comme «islamiste» ou «soutenu par Al-Qaïda» pour la décrire dans ses papiers.

Au-delà des informations la concernant, Al-Shabab tente d'imposer son idéologie aux médias. «Ils veulent que tout le monde les soutienne, affirme Mohamed Olad Hassan, de la BBC, c'est pourquoi ils attaquent les médias et tuent des journalistes.» La milice a aussi édicté certaines règles pour les émissions radio qu'elle entend faire respecter: «Pas de musique, pas de divertissement, pas de football, énumère-t-il, ils veulent seulement des informations qui leur soient favorables.»

Pas de femmes derrière le micro non plus. Farhia Mohamed Osman, 20 ans seulement, a dû partir précipitamment de sa ville de Galcaio (Puntland) pour Nairobi en avril 2009. Dix jours de voyage en bus pour rejoindre la capitale kenyane (à 2000 km) durant lesquels elle s'est couverte d'un voile intégral par peur qu'on la reconnaisse. Son crime avait été de diffuser des émissions sur les problèmes des femmes de la région.

Le refuge kényan

Au bout du chemin, Nairobi est loin d'être un havre de paix: «La police kenyane m'a arrêtée pour me demander mes papiers, raconte-t-elle. Je leur ai dit que je n'en avais pas, et que j'étais réfugiée. Ils m'ont détenue dans de très mauvaises conditions pendant deux jours avant que mes amis ne les paient pour me libérer.

Maintenant j'ai peur, je reste à la maison.» Certains journalistes continuent aussi de recevoir des menaces par téléphone.

«La politique est l'ennemi des médias», affirme Abdulkadir Mursal, le très expérimenté directeur du service en langue somalienne de la radio IRIN basée à Nairobi. Ce service d'information soutenu par l'ONU se concentre principalement sur les questions humanitaires et sociales. Il émet quotidiennement en ondes courtes une heure de programmes variés, reprise par des stations FM partenaires dans toute la Somalie.

Pour l'instant, la radio a su rester en dehors de la violence qui touche les médias en Somalie. Elle est reconnue pour ses pièces de théâtre radiophoniques et diffuse aussi de la musique: «Al-Shabab nous dit qu'ils ne veulent pas de musique, relate le directeur, nous leur répondons que ces chansons ne sont pas pour divertir mais pour mobiliser la population et lui dire ce qui est bien ou mal!» Puis il se met à rire devant l'absurdité de la situation. Cet ancien directeur de la radio publique a connu bien d'autres pressions en plus de trente ans de métier.

 
ordre des brosses à reluire
l'Ordre des
Brosses à Reluire



dessin de Roger Picon


réunit les meilleurs chantres du régime dictatorial

Bulletin n° 44
Mahdi Ahmed Abdilahi au grade de "Cireur de Pompes" - Premier échelon
Bulletin n° 45
Monsieur Ali Abdi, Ministre des Affaires Etrangères au grade "d'hyène fonceuse" - Premier échelon
Monsieur Johar, Ministre du commerce au grade "d'hyène repue" - Premier échelon
Observatoire n°B122
Mohamed Ali Mohamed (dit DIG DIG), auteur de l'article "Pour un peu plus de patriotisme" (paru dans le journal La Nation N°91 du 12/11/01) au grade de "Léche-bottes" avec mention spéciale.

Observatoire n°B127

l'ensemble des journalistes de La Nation pour un article paru début janvier 2002 et intitulé "Pour la liberté de la Presse", collectivement au grade de 'faux-culs' avec la barrette spéciale de dénonciateurs.
Observatoire n°B134
M. Ismael Ibrahim Houmed,
Ministre de la Justice, des Affaires Pénitentiaires et Musulmanes, Chargé des Droits de l’Homme, pour sa langue de bois, au grade de 'Somnifère'.

Observatoire n°B135

M. Wahib Ahmed ben Ahmed, Président du MSR pour une déclaration en faveur de la dictature et pour ses contradictions, au grade de 'Clown'


Observatoire n°B143
ZAKITAHA, journaliste qui a signé un article publié dans La Nation sous le titre "Vers un apprentissage serein de la Démocratie"
, au grade de "Baratineur patenté".


Observatoire n°B146
Mme Hawa Ahmed Youssouf
Ministre chargée de la Promotion de la Femme, du bien être familial
et des Affaires sociales, pour sa plaidoirie en faveur de l'Action de Guelleh pour la jeunesse et des progrès accomplis, au grade "d'Avocat du Diable"


Observatoire n°B152a
M. Mohamed Ali Daoud
pour l'affirmation de son egagement total ainsi que de celui du FRUD-Bis aux côtés de la dictaure et des forces du mal, au grade de "Bouffon écervelé"


Observatoire n°B155

Monsieur DILEITA,
Premier Ministre, pour les injures adressées à Monsieur Ahmed DINI, au grade de "Perroquet soumis".


Observatoire n°B160
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD, pour les propos qu'il a tenu contre les populations financièrement exsangues et pour les menaces qu'il a proférées, au grade de "Père Fouettard"

Observatoire n°B164
Mohamed Moussa Chehem, ancien instituteur, devenu Ambassadeur à Bruxelles, pour les propos qu'il a tenu contre les opposants politiques de son pays et pour ses notions erronnées de mathématiques, au grade de
"Flagorneur inconsistant"


Bulletin N°B173
Moumin Bahdon Farah, ancien Ministre
, ancien opposant, au grade d'Opposant fluctuant et réductible' pour les propos, emprunts de flagornerie, qu'il a prononcés publiquement en faveur de Guelleh et de son système dictatorial.


Bulletin N°B175
Mohamed Aden Waberi président de l‘ADEPF, qui a offert 50 bicyclettes à la FNP pour les aider à capturer les coupables, au grade de 'Maton Chef'.



Observatoire n°B176
Le congrès extraordinaire
de l'Ordre des Brosses
à reluire
a réuni :
- Moumin Bahdon Farah, "opposant fluctuant et réductible'
chef de file du PSD,
- Mohamed Ali,
Secrétaire Général du RPP,
- Aden Robleh Awaleh,
président du PND,
- Ali Mohamed Daoud,
président du FRUD,
- Dileita Mohamed Dileita, 'perroquet soumis'
le Premier ministre
,
et Ismaël Omar Guelleh.


Observatoire n°B177
Monsieur Omar AIDID
, pour avoir censuré les émissions de Canal +, au titre de 'Grand guignol'


Observatoire n°B177
Promotion de Noël 2002,
Djama Souleiman, Procureur,
Goumaneh, Ambassadeur,
Me Martinet,
au grade de "Cow-Boys de l'impossible" et Moumin Bahdon est promu officier de l'Ordre des Brosses à Reluire.

Observatoire n°B180

M Ismaël Yassin, Président de la CENI pour ses propos satisfaits vis à vis de la régularité du scrution du 10/01/03 au grade de "Magicien des Chiffres"


Observatoire n°B191
Me Aref Mohamed Aref pour ses déclarations publiques en faveur d'un général au passé plus que doûteux et contre un opposant politique, au grade de "Corbeau repenti"

Observatoire n°B195

M. Ali Mohamed Daoud, Président du FRUD cloné, pour son engagement publique le 26 avril 2003 en faveur d'un resserement des liens avec la dictature sanguinaire, au grade "Bonimenteur incorrigible"


Observatoire n°B195
M. Ali Abdi Farah, Ministre des Affaires étrangères pour ses propos au sujet de l'instauration de la bonne gouvernance au royaume de Guelleh, au grade "Camelot du Roi"

Observatoire n°B198
M. Rifki Abdoulkader, Ministre de tutelle de la Communication pour les propos tenus dans un droit de réponse paru sur les Nouvelles d'ADDIS "Agent X - Missions impossibles"

Observatoire n°B203

Me Wabat Daoud, bâtonnier du barreau de Djibouti, pour ses affirmations concernant la situation d'un Etat de Droit à Djibouti, au grade de "Grand encenseur embrouillé".

Observatoire n°B215
Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de ll'Habitat, pour sa communication-rélexion dans l'ADI, au grade de "Décrotteur de souliers".

Observatoire n°B224
Abdoulrazak Daoud, chef du district de Tadjourah, pour les propos flagorneurs tenus lors de la visite de la Présidente à Tadjourah, au grade de "Bouffon de la Reine"


Observatoire n°B232

M. Ismaël Ibrahim Houmed
, Garde des Sceaux, au grade de "Pitre public" et



M. Mahamoud Ali Youssouf, Ministre délégué, au grade de "Bonimenteur de Cour" pour leur discours en janvier 2004, lors de la Conférence de Sana'a.

Observatoire n°B236

Mohamed Moussa Chehem,
Ambassadeur auprès du Bénélux, des Pays scandinaves et de l'U.E., pour ses déclarations au Journal LA NATION "Grand Manipulateur " '2ème nomination"


Observatoire n°B252

Le Journal LA NATION,
au titre de "feuille de choux" 1er échelon, pour ses articles flagorneurs au sujet de Guelleh et sa volonté de lutter contre la pauvreté à Djibouti.


Observatoire n°B272
Monsieur Mohamed Aden Douksiyé
, pour le vibrant hommage rendu à Guelleh et à sa politique réussie de redressement économique, le 6 novembre 2004 à l'Ambassade de Paris, au grade de "Premier Porte-Plumeau"

Observatoire n°B277

Monsieur Ali Abdi Farah,
Ministre des Affaires étrangères pour les déclarations publiques à l'occasion de l'ouverture des discussions avec l'U.E., au grade de "Valet de la Cour du Roitelet"


Observatoire n°B281
Monsieur Rachid Idriss Nour Souran,
Editorialiste à La Nation pour ses déclarations "Affaire Borrel - The game is over !" au grade de "Cache misère"


Observatoire n°B282
Monsieur Dini Mohamed Dini,
Présient de l'APEM, pour son discours d'Obbock, au grade de "Frotte-manche"


Observatoire n°B287

Monsieur Mohamed Daoud Chehem,

Président du PDD, pour sa candidature alibi à l'élection présidentielle d'avril 2005 et le soutien qu'il apporte indirectement à Guelleh, au grade de Chevalier dans l'Ordre des Faire-valoir, avec le titre de "Gentilhomme porte-coton" et cooptation automatique dans l'Ordre des Brosses à reluire.


Observatoire n°B288
Monsieur Ibrahim Chehem Daoud,

Président de l'UPR, pour son discours en faveur du maintien de la dictature, de l'asservissement de la population et d'un soutien inconditionnel à IOG, au grade de "Fayot de la dernière heure"


Observatoire n°B289
Monsieur Omar "Kuul" et Madame Zeinab Kamil Ali reçus conjointement pour leurs déclarations en faveur du vote pour Guelleh au titre de "flagorneurs aux petits pieds"

Observatoire n°B291
Monsieur Ali Ismail Yabé, Président de la CENI, reçu pour son action en faveur du "blanchiment" de la fraude électorale au grade d'Officier et au titre de "vendeur de salades"


Observatoire n°B294
Monsieur Ali Hassan Ali, Docteur en sciences économiques (Nancy), pour son long plaidoyer en faveru des mérites de la dictature, paru dans La Nation au titre d' "opportuniste de la dernière heure"


Observatoire n°B298
Mohamed Ali Moumin, ancien directeur de l'environnement, nommé récemment Ambassadeur au Soudan, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Blablateur inconsistant "


Observatoire n°B309

Ali Farah Assoweh, Ministre des Finances, pour les propos tenus dans La Nation, au titre de "Courtisan servile"


Observatoire n°B315
Ismaïl Nour Mouhoumed,
Président de l'Association pour la Promotion du Civisme, pour les propos tenus dans La Nation au grade de "Grande andouille"


Observatoire n°B321
Monsieur Abdourahman Mohamed Abdillahi (Gojo), qui affirme être, Président de l'association de l'amitié Djibouti-France, pour son article publié par La Nation au grade de "Félon irresponsable"

Observatoire n°B322

Monsieur Jean-Paul Angelier, Ambassadeur de France à Djibouti, pour les propos qu'il a tenu en conférence publique et qui ont été repris par La Nation au grade de " Pompier de la dernière chance" . C'est le premier européen qui accéde à cet Ordre prestigieux.


Observatoire n°B337
DIG-DIG, chevalier depuis 2001, auteur de l'article "Chapeau Monsieur le Ministre " (paru dans le journal La Nation du 16/02/06) à la dignité d'officier et au grade de "Léche-bottes récidiviste et incorrigible"


Observatoire n°B349
ABS, pour un article paru dans La Nation et vantant les mérites d'une année de Présdence ! au grade
"Trompe couillon"


Observatoire n°B356

L'éditorialiste de La Nation du 29/06/06, pour un hommage appuyé à Guelleh et des formules aussi prétentieuses qu'incompréhensibles
"Ciseleur de la formule creuse et absconse"


Observatoire n°B387-A
ALI MOHAMED ABDOU, conseiller du Ministre de la Justice, pour ses attaques contre J-P Noël ABDI et ses affirmations concernant la démocratie et l'Etat de Droit à Djibouti, au grade de
"Grand farceur "


Observatoire n°B400
.......
Chris LAFAILLE et Pierre RANCE, journalistes à Paris-Match et Europe1, pour leurs thèses négatives dans l'assassinat du Juge Borrel aux grades de
"Négatif de la dernière heure et Négatif des évidences"


Observatoire n°B414

M Youssouf Abdillahi Houssein, directeur de Daallo airlines pour les propos flagorneurs qu'il a tenu dans La Nation, au grade de "Pilote des mirages présidentiels"


Observatoire N° B 435

Chris Lafaille, journaliste au service de Guelleh, a été élevé à la dignité d'officier de l'ordre au Grade de "Grand mercernaire et négationniste incorrigible"
pour son livre sur l'affaire Borrel.

Observatoire N° B 435

Olivier Stirn, pour les félicitations que son épouse et lui ont envoyé à Guelleh à propos des législatives de 2008 et de la démocratie à Djibouti au grade de "Grande Andouille de la Dictature "


Observatoire N° B 442

MIchel Roussin ,
pour son article vantant les mérites économiques de Guelleh et l'épanouissement social du pays au grade d'
"enjoliveur des réalités troubles "


Observatoire N° B 469

Sunil SAIGAL,
représentant résident du PNUD à Djibouti, pour le soutien sans pareil, qu'il apporter à la dictature djiboutienneau grade de
"flagorneur arrogant "


Observatoire N° B 478

ALI MOHAMED ABDOU,
Président de la Commission nationale des Droits de l'Homme au titre de
"Baratineur intarissable "


Observatoire N° B 498

Ougourheh Kifleh
Ministre de la Défense au grade de
"Flagorneur du génie "

Observatoire N° B 528

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité d'Officier avec le titre de CNDH, en récompense de l'interview qu'il a donné à La Nation. "Commandeur des Négationistes de la Détresse Humaine"


Observatoire N° B 530
L'Ing. bilan Ali Soubanneh
est coopté à l'unanimité moins une voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Ramasse-miettes", pour ses déclarations en faveur de l'ajout de Guelleh sur la liste des nominés pour le Prix Nobel de la Paix.

Observatoire N° B 545
Abdillahi Ainan Robleh
a été coopté à l'unanimité des voix en qualité de membre de l'Ordre des Brosses à Reluire, au grade de "Diffuseur des mirages présidentiels ", pour ses déclarations en faveur des réussites de Guelleh et du troisième mandat

Observatoire N° B 575
Francis Gillery
a été coopté à l'unanimité pour le remercier du reportage de désintoxication probable, qu'il a réalisé et qui permet à la dictature de se refaire une "santé médiatique" au grade de "Mercenaire des élites dominantes"

Observatoire N° B 575
Françoise Mouline
a été cooptée à l'unanimité pour sa mise en cause des affirmations d'Elisabteh Borrel et son soutien inconditionnel à un prêtre pédophile, condamné pour ces faits. "Danse avec les Loups "

Observatoire N° B 578
Farhat Rachad
a été cooptéà une faible majorité pour récompenser son enagement aux côtés du 3ème mandat, lors de l'interview qu'il a donnée à Africa 24, au grade de "Joueur de fifre à gelots"

Observatoire N° B 580
Democracy International
a été cooptée à l'unanimité pour le soutien qu'elle a apportée à la dictature djiboutienne, par le biais d'un rapport extrêmement favorable au 3ème mandat, signé par MM. Christian Hennemeyer, El Obaid Ahmed El Obaid, et Kevin Colbourne, L'association est élevée au grade de "Cache misères"

Observatoire N° B 631

ALI MOHAMED ABDOU,
est promu à l'unanimité à la dignité de commandeur avec le titre de "Grand Couillon de service", pour ses déclarations à l'occasion de la préparation de la journée des D.H. à Djibouti.