LA LIBERTÉ Bulletin N° 30
Journal permanent et indépendant
de tous les djiboutiens de l'opposition

Bulletin
de l'A. R. D. H. D
2ème année

Maj 12/01/01 à 21 h 00 (Heure de Paris)

LA LIBERTÉ :
votre journal se construit chaque jour devant vous, avec vos contributions.
Chacun peut s'y exprimer librement et sans aucune censure. . .
(*)

SOMMAIRE N° 30 . . . du 6/01/01 au 12/01/01
- Le 5/01 : aucun accord FRUD / GOUVERNEMENT n'a été annoncé .... !
- Maître Arnaud MONTEBOURG et le Parti Socialiste français vivement critiqués par les ultra-proches de Guelleh dans leurs discours devant des sénateurs français en mission à Djibouti. 09/01 : toujours pas de réaction officielle de l'Ambassadeur de France.
- Devant le juge d'instruction : le Général Yacin reconnaît avoir participé à un coup d'Etat, mais c'était en 1999, lors de l'élection présidentielle - Panique à bord !

L. D. D. H.
Toutes les publications
de l'année 2000

Attention : pour des raisons d'organisation, internes au sein de l'ARDHD, les mises à jour des bulletins ne seront pas assurées, entre le 7 et le 16 janvier, avec la même rapidité que celle à laquelle nos lecteurs étaient habitués. Nous les prions de nous en excuser. Nous ferons de notre mieux pour assurer la diffusion de toutes les informations, même si cela se fait avec quelques retards pendant cette période exceptionnelle .... Il faut savoir que l'équipe de l'ARDHD rédige et diffuse ce journal depuis 15 mois sans aucune interruption et qu'il est nécessaire de prendre quelques jours de vacances. Malgré tout, s'il y avait un événnement majeur, nous prendrions toutes les dispositions pour assurer la diffusion.

Depuis le 31/12 : COMMUNAUTÉ DJIBOUTIENNE
Marre d'être bâillonné à Djibouti ? Cliquez ici !
Le service de discussion et d'échanges en direct.

LE COMITE DE SOUTIEN DE JEAN-MICHEL POUCHELE
Nous recevons de nombreux messages
de soutien et d'amitié qui viennent du monde entier.
Vous aussi ... venez rejoindre le comité
il suffit de confirmer votre soutien par E-Mail !


09/01 LETTRE de Monsieur le Député Maxime GREMETZ
au Garde des Sceaux

06/01 : SOMALIE : La question de Kisimayo ressurgit
LA LETTRE DE L'OCEAN INDIEN n°932 du 06/01/2001
06/01 ASSURANCES VOITURES :
LE REFUS DES COMPAGNIES ?
(Bruits et rumeurs)
8/01 Le système GUELLEH s'attaque maintenant ... au marché de Djibouti, qu'il a fait raser sans préavis ! (Bruits et rumeurs) 8/01 RIEN NE VA PLUS AU SHERATON - DJIBOUTI (Bruits et rumeurs)

08/01 DIFFICULTES TECHNIQUES :

1 - Les services de Guelleh auraient de nouveau fait interdire l'accès à notre site à partir de Djibouti, avec probablement l'aide de techniciens français ! Ca devient une habitude !

2 - Notre serveur de messagerie envoie les abonnements avec retard. C'est temporaire.

8/01 Attention Virus.
Depuis quelques temps nous recevons des messages anonymes (sans nom d'expéditeur). Ils contiennent en pièce jointe un programme intitulé MHIFODHM.EXE - 25,1 Ko - Surtout ne l'ouvez pas ! Il s'agit d'un virus nocif !
La source pourrait être l'adresse suivante (à vérifier) :
200101081240.NAA17629012@brainwasher.iway.fr

09/01 : Devant le juge d'instruction : le Général Yacin reconnaît avoir participé à un coup d'Etat, mais c'était en 1999 lors de l'élection présidentielle - Panique à bord !

09/01 LA PURGE CONTINUE AU SEIN DE LA TRIBU DES FOURLABA (Tribu de Yacine Yabeh)

09/01 Maître Arnaud MONTEBOURG et le Parti Socialiste français vivement critiqués par les proches de Guelleh dans leurs discours devant des sénateurs français en mission à Djibouti. Pas de réaction officielle de l'Ambassadeur de France.

10/01 QUI EST VRAIMENT LE DICTATEUR GUELLEH ?


Les commanditaires de l'attentat du Café de Paris, seraient .....


Témoignage, d'une personne torturée à Djibouti, recueilli par le MJOD. (Courrier des lecteurs)

10/01 Merci pour le site COMMUNAUTE DJIBOUTIENNE (Courrier des lecteurs) 11/01 LES TORTIONNAIRES DJIBOUTIENS FUIENT LE CANADA ... MAIS LES VICTIMES PEUVENT DEPOSER PLAINTE AUPRES DE LA GENDARMERIE ROYALE. (Bruits et rumeurs)
11/01 La volonté de fusionner le Somaliland avec la Somalie a-t-elle une justification ? (Somaliland forum, en anglais) Djibouti ratifie l'acte de constitution de l'Union africaine (en anglais)
11/01 REPONSE AUX PROPOS DE SAMATAR MIGUILL (Courrier des lecteurs) 11/01 Un nouvel ambassadeur à Paris. Son prédécesseur envisagerait de s'exiler ? Vers le Canada ou vers les USA, comme les autres ? (Bruits et rumeurs) (*) nous pourrions être amenés à refuser les articles dont le contenu serait contraire à la morale et/ou aux bonnes moeurs ainsi que les attaques personnelles, non justifiées et/ou disproportionnées.
11/01 Les prisonniers politiques en grève de la faim à Gabode ? (Bruits et rumeurs) 11/01 Reprise des offensives dans le Nord ? (Bruits et rumeurs)  

COMITE DE SOUTIEN DE JEAN-MICHEL POUCHELE

Jean-Michel POUCHELE en grève de la faim depuis le 31/12,
devant la sous-préfecture d'Abbeville,
demande à la France de le réintégrer dans son honneur 'volé'
par le régime dicatatorial de MM APTIDON et GUELLEH à DJIBOUTI

Consultez nos informations et le communiqué de presse du 4/01

Le comité de soutien est en cours de constitution depuis le 4/01. Vous pouvez vous y associer en cliquant ici pour nous adresser le message suivant :

"je soutiens l'action de Jean-Michel Pouchèle et demande à la France de le réintégrer dans son honneur. Je demande aussi qu'une loi soit votée en faveur de l'ingérence humanitaire".

Prénom, nom,
Profession
Ville

1 - Parmi les signataires (Extrait de la liste en cours de constitution)

Jean-Loup SCHAAL, Président de l'ARDHD, Paris (France)
Jean-Jacques LEULLIER, Adjoint au Maire d'Abbeville, Affaires Sociales et Quartiers
Francis HAMMEL, député de la Somme (France)
Djimadoum LEY-NGARDIGAL, ACTUS, Amiens (France)
Mohamed-Moussa AÏNACHÉ, ancien directeur de la RTD, (France)

Ngarlejy YORONGAR, Député, N'Djaména (Tchad),
Jean-Prosper BOULADA, Coordonnateur du Front Uni pour une Alternance Démocratique au Tchad (FU/ADT), Srasbourg (France)
M. M. M.
Montréal Québec (Canada)
Gérad LACORDE, trésorier de SOS-AFRICA, (France)
Ibrahim JAAMAC, interprète Lund (Suede)
Ibrahim WARSAME Veterinary Surgeon Uppsala, (Sweden)
Ismail MOHAMED multimedia technician Atlanta (USA)
Hassan Mogeh HIRSI, Accountant, Los Angeles, California (USA)
Abdi IBRAHIM, programmeur ( Sweden ) Pays: Somaliland
Abdulrahman ISMAIL, Aviator ,Kuwait City (State of Kuwait)
Ali ISMAIL, Financial Analyst, Toledo, Ohio (USA)
Mohamed de WABERI, Chairman of Alliance Arrey Djiboutienne (Canada)
Danielle MARC, Collectivité Teritoriale 30100 ALES (France)
Julie CHAPELLE, Etudiante 27170 le tieulle othon (France)
Marie-Thérèse ALBERT, employée d'administration 30900 NIMES (France)
Aref Mohamed AREF, avocat 'suspendu par le régime', (Djibouti)
M D A, Montréal (Canada)
Jean-Christophe GOUX, Lausanne, (Suisse)
Patrick FALCOU Paris (France)
Saida BARREH-FALCOU,
représentant le PND en Europe, Paris, (France)
Yussuf S. ALI
Telecom Engineer New Jersey, (USA)
Maxime GREMETZ, député de la Somme, (France)

Mohamed HASSAN, sécrétaire général du M J O D (Au canada)
Alain JOLY, Association ADCI, 18500 Vignoux sur Barangeon /Berry & Sologne (France)
Marion BARUCH, Paris (France)
Ivonik BERNARD, Poissy (France)
M.Houssein ABDI, Auditeur interne, Montreal, (Canada)


2 - Messages : (Certains djiboutiens ne peuvent donner leur nom pour des raisons de sécurité ; nous publions une sélection de leurs messages en respectant l'anonymat à chaque fois que cela est demandé)

Je tenais a dire a ma façon que je soutiens l'action de ce monsieur qui se bat pour son honneur ,comme la plus part des djiboutiens/ennes qui vivent aux Etat-Unis ou en Europe sont choqués et humiliés par ce President Ismail Omar Guelleh et son cousin Hassan Gouled Aptidon .
Pour conclure mes petits mots courage frere !!!! esperant qu'ils quitteront un jour les dictateurs de djibouti .

Je soutiens l'action de Jean-Michel et ses droits doivent lui etre restitués pour dénoncer son jugement arbitaire.

"La communauté Djiboutienne de la Scandinavie soutient fermement et sans recul, l'action de Jean-Michel Pouchèle et elle demande à la France de le réintégrer dans son honneur. Nous demandons aussi, qu'une loi soit votée en faveur de l'ingérence humanitaire".
Cordialement Ibrahim JAAMAC,

I am very sadden and disappointed with "Son of Guelleh" of Djibouti government' by throwing into jail a humanitarian worker from France of whom his only crime is having went to the north, the Afar region, to help the people who are under a blockade by Guelleh forces. In my personal opinion this is the equivalent of when Siad Barre cut off all humanitarian workers from Somaliland in 1988 or when Mengistu of Ethiopia used the food blockage against his own people in 1985. This is an acceptable act and any citizen of this world should condemn it.

Au nom du groupe Alliance Arrey Djiboutienne du Canada, on vient de soutenir l'action pour ce monsieur et pour son ingerence humanitaire et de retrouver son honneur au sein de la communaute Djiboutienne et Francaise.

Je soutiens mon ami Jean Michel Pouchelle, d'autant plus que j'ai eu l'honneur d'être son avocat à cette époque à Djibouti comme à Paris. Je sais que les faits qui lui étaient reprochés n'avaient aucun fondement juridique au regard du droit positif djiboutien. La condamnation dont il a fait l'objet est inique et je suis encore choqué d'apprendre que la France l'a fait inscrire au casier judiciaire de Monsieur Jean Michel Pouchelle. Je vous adresserai une copie des conclusions que nous avions fait valoir devant les juges djiboutiens déjà à l'époque sous les ordres du Gouvernement. Avec mes meilleurs voeux à Jean Michel et toute sa chamante famille. Fraternellement Aref.

Je souhaite une bonne année et soutout du courage à pouchelle .

Nous soutenons entièrement M. Pouchèle dans son combat pour retrouver son honneur, après avoir été condamné et éffectué sa peine sur la base d'un acte d'accusation inique , alors que M. Pouchèle est connu, reconnu mème pour son sens de l'abnégation au service de populations défavorisée qu'il aide de tout coeur, en particulier à Djibouti.

Le M J O D se joint aux autres fréres djiboutiens pour que M pouchelle retrouve ses droits perdus par le régime paniquant de guelleh.LE mouvement demande au premier ministre français d'intervenir pour M pouchelle comme la france avait fait pour l'ancien président de la côte d'ivoire.merci.
_________________________________________
J
e suis au regret, pour des raisons de sécurité, de ne pouvoir signer la pétition pour la démarche de Jean-Michel Pouchèle. Je tiens néanmoins à vous faire savoir mon total soutien à l'action de ce héros de la cause humanitaire. En effet, comment oublier ces quelques rares hommes d'exception plein de courage qui osent braver les dictatures les plus odieuses pour apporter aides et assistances à leurs frères humains dans la détresse.

Je me désole cependant qu'aucun dirigeant du Frud ni qu'aucune personnalité politique afare de l'opposition, en dehors bien entendu de maître Aref, n'aient soutenu l'action de ce GRAND MONSIEUR. N'est-ce pas en venant au secours de nos compatriotes afars que Jean-Michel Pouchèle fut condamné sans vergogne par un dictateur minable ?
_______________________________

En effet, M. Jean-Michel Pouchèle est un héros de la cause humanitaire qui a porté assistance aux populations civiles en détresse fuyant les massacres du régime dictatorial de Guelleh. Courage Jean-Michel, le peuple de Djibouti ne manquera pas de vous soutenir. Ceux qui sont au pouvoir à Djibouti sont des mercenaires éthiopiens.
------------------------------------------ Sommaire -------------------------------------------------------
09/01 LETTRE de Monsieur le Député Maxime GREMETZ au Garde des Sceaux


Maxime GREMETZ
Député de la Somme
Vice-Président de la Commission
des Affaires Culturelles, Familiales et Sociales

Amiens, le 9 janvier 2001

Madame Marylise Lebranchu
Garde des Sceaux
Ministre de la Justice
13, Place Vendôme
75042 Paris



N/Rèf. :1041/2001.MG.FH


Madame la Ministre,

Depuis prés de 10 jours, Monsieur Jean-Michel Pouchèle a entamé une grève de la faim devant la sous-préfecture d'Abbeville, afin d'obtenir de vous-même sa réintégration dans son honneur, par l'annulation de la sentence inique qui l'a frappée en 1994.

Depuis de nombreuses années, Jean-Michel Pouchèle consacre sa vie à l'action humanitaire.

En 1991, le Gouvernement dictatorial djiboutien l'expulse du pays, au motif qu'il était " interdit d'apporter une aide aux populations " victimes du blocus mis en place par ce même gouvernement.

En 1993, il se rend à nouveau dans ce pays où règne la guerre civile et en est encore expulsé.

En 1994, convoyant une cargaison de médicaments, il fut arrêté et condamné à huit mois de prison ferme, au cours d'un procès indigne du Droit.

Après trois mois d'emprisonnement, il fut rapatrié en France, sous pression des autorités françaises.

Hélas, la sentence prononcé par le tribunal de Djibouti fut confirmée par le tribunal de Bobigny.

Ainsi, Jean-Michel Pouchèle fut incarcéré pour un mois à la maison d'arrêt de Fleury Mérogis.

Depuis, il ne cesse de vous demander sa réintégration dans son honneur et de prononcer l'annulation de la sentence dont il fut l'objet.

Faute d'être entendu et en désespoir de cause, il a donc entamé, au risque de sa vie, une grève de la faim.

Vous savez comme moi que le régime djiboutien bafoue quotidiennement les droits de l'Homme.

C'est pourquoi, il me semble que la France ne peut laisser Jean-Michel Pouchèle dans le déshonneur d'un repris de justice, alors même que l'œuvre qu'il a accomplie caractérise pleinement les valeurs de justice et de fraternité que notre pays défend.


En comptant sur votre bienveillance, je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l'expression de mes sentiments distingués.

Maxime Gremetz



------------------------------------------ Sommaire -------------------------------------------------------

 

08/01 DIFFICULTES TECHNIQUES

Il semble que nous soyons confronté à deux types de difficultés :

1 - Le site Liberte-Aref ne serait plus consultable à partir de Djibouti. Les mauvaises habitudes du système Guelleh auraient-elles retrouvées leurs méthodes préférées avec l'aide / la complicité de techniciens français ?

2 - La société qui héberge nos boites à lettre, rencontre des difficultés techniques qui ne sont pas liées à Djibouti. Les bulletins envoyés vendredi soir n'auraient pas encore été reçus par nos abonnés. Ils vont arriver bientôt, mais nous avons effectué ce lundi matin une nouvelle expédition à partir d'une autre adresse E-Mail qui ne semble pas être bloquée. Nous prions nos lecteurs de nous en excuser, mais nous n'avons appris ce problème que ce matin

------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

 

BRUITS ET RUMEURS

06/01 ASSURANCES VOITURES :
LE REFUS DES COMPAGNIES ?

Il se dit que les djiboutiens rencontrent de plus en plus de difficultés pour faire assurer leurs voitures : les compagnies refuseraient de le faire, dans le contexte économique et politique actuel. Cette situation poserait aussi des difficultés considérables au régime certes, mais surtout aux citoyens, qui ne pourraient plus se prémunir contre les conséquences financières d'un accident.


------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

06/01 FRUD / GOUVERNEMENT : EN DEPIT DES ESPOIRS, AUCUN ACCORD N'A ETE RENDU OFFICIEL LE 5/01 !!

Nous rappelons que les accords de Paris ont été signés début février 00 à Paris. Depuis que s'est-il passé ?

Nous n'avons reçu aucune information sur la tenue des négociations, sur les points d'accord ni sur les points de désaccord. Monsieur Dini a demandé un délai supplémentaire : un mois de plus et vous verrez !

Onze mois après la situation est toujours la même ... Ne serait-il pas plus convenable d'informer, de façon transparente, les djiboutiens qui attendaient beacoup des négociations FRUD / Gouvernement en terme de démocratie, de justice, .... ?

On se rappelle que les djiboutiens avaient accueilli avec chaleur M DINI dès son retour. Ils ont placé beaucoup d'espoir en lui. Même les membres de l'ODU avaient choisi le silence pour ne pas géner les hypothétiques négociations et pour leur donner toutes les chances d'aboutir. Ils se retrouvent très régulièrement pour discuter ensemble de la situation. Monsieur Dini participerait souvent à ces réunions. La dernière avait été tenue le 31 décembre.

Après onze mois, il serait légitime que les djiboutiens obtiennent des réponses à ces questions :
Y-a-t-il eu de véritables négociations engagées et poursuivies jusqu'à maintenant ? Quels sont les points d'accord et les zones de divergence ?
Doit-on prononcer la poursuite ou la rupture des accords cadres de Paris ?
Le FRUD va-t-il reprendre son indépendance d'action ?
Comment M Dini voit l'avenir ?


Sans faire de politique-fictions, on peut imaginer que les négociations n'ont pas beaucoup avancé et que nous ne sommes certainement pas à la veille d'un accord. Monsieur Dini y croit-il lui-même encore ?
-------------------------------------------
Sommaire --------------------------------------------------------

8/01 Le système GUELLEH s'attaque maintenant ... au marché de Djibouti, qu'il a fait raser sans préavis !

Le Marché central de Djibouti à été rasé cette après midi pour que tous les commerçants de viandes et légumes démenagent au nouveau marché contruit avec le financement saoudien et géré par des notables du régime. Cette destruction s'est faite sans préavis et sans le moindre respect pour les êtres humains commerçants qui vont ainsi perdre sur tous les tabeaux y compris les créances sur les personnes auxquelles ils avaient concenti des crédits, compte-tenu des arrièrès de salaires dans la fonction publique.

Note de l'ARDHD
Décidémment le système Guelleh perd la tête. Il ne lui suffit plus de s'attaque aux personnes, maintenant, il s'attaque aux marchés publics .... ! Où s'arrêtera-t-il ?

------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------
8/01 RIEN NE VA PLUS AU SHERATON - DJIBOUTI

Rien ne va plus au Djibouti-Sheraton Hôtel où le taux de remplissage est inférieur à 10 % ce qui ne permet donc évidemment pas de faire face aux charges. Du coup il est envisagé des licenciements du personnel qui ne fera que grossir le nombre de chômeurs déjà catastrophique.


Créancier de l'Etat djiboutien pour plus de quatre cents millions de francs Djibouti, le Djibouti-Sheraton Hôtel n'est cependant pas en mesure de refuser les " prises en charge " de l'Etat. Il continue donc à garnir jusqu'au pot de fleurs les somptueux banquets dont raffole le Ministre djiboutien des affaires étrangères en particulier.

Le premier qui oserait présenter une demande de paiement risquerait une lettre de cachet. Cela a suffit pour brouiller avec les gouvernants djiboutiens le magnat saoudo-éthiopien qui se montre de plus en plus écoeuré par ces agissements et dit avoir la nette impression de s'être fait naufrager à Djibouti par ses anciens " amis ".

Résultat : il refuse de procéder au moindre investissement pourtant promis. Encore un leurre IOGien mis à jour. AU SUIVANT !

Encore un grand " ami " de perdu pour IOG. AU SUIVANT !

------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------
11/01 LES TORTIONNAIRES DJIBOUTIENS FUIENT LE CANADA ... MAIS LES VICTIMES PEUVENT DEPOSER PLAINTE AUPRES DE LA GENDARMERIE ROYALE.


Suite a la recente inculpation a Ottawa d'un ancien tortionnaire de Guelleh, plusieurs
tortionnaire ont quitte le Canada en direction des Etats Unis pour ne pas etre inquietes

De plus nous rappelons que toute victime des persecutions des hommes de Guelleh aujourd'hui peuvent se presenter au Canada à la Gendarmerie Royale du Canada a Ottawa, pour déposer plainte
------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------


11/01 Les prisonniers politiques en grève de la faim à Gabode ?

Il aurait été interdit, aux familles, des prisonniers politiques de Gabode, de leur apporter de la nourriture, y compris au Général Yacin Yabeh. Celui-ci, certainement en connaissance de cause, leur a conseillé de refuser toute nourriture des gardiens, par crainte d'empoisonnement.

Ils ont tous fait la grève de la faim, pendant 4 jours. Aujord'hui, on a accepté que la femme de Yacin Yabeh lui apporte à manger, mais nous ne savons pas si les familles les autres prisonniers politiques ont eu l'autorisation de le faire.

Note de l'ARDHD :
Il faut savoir que, contrairement à ce qui se passe dans les pays démocratiques, le régime djiboutien n'assure pas la nourriture des prisonniers. En réalité, on considère généralement que les allocations budgétaires sont trop insuffisantes pour le faire et que les gardiens et leurs chefs empochent de toutes les façons les montants attribués. Il appartient donc aux familles d'assurer la nourriture quotidienne des prisonniers, ce qui se passe normalement avec la bienveillance des autorités et des gardiens. Dans le cas présent, il semble que M. GUELLEH ait franchi un cran supplémentaire dans la vengeance en interdisant aux familles de nourrir les prisonniers politiques


------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

11/01 Reprise des offensives dans le Nord ?

Vers le Nord, la guerre aurait recommencée, mais les gens ne veulent pas parler, à cause des coupures intempestives de téléphone : ils craignent, à juste titre, que leurs communications téléphoniques soient écoutées.

------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------

11/01 Un nouvel ambassadeur à Paris. Son prédécesseur envisagerait de s'exiler ? Vers le Canada ou vers les USA, comme les autres ?

L'ambassadeur de Djibouti, à Paris, vient d'être remplacé par le mari de la nièce de Hassa Gouled (Goumaneh, ex-Trésorier Public). L'ex-ambassadeur aurait l'intention de s'exiler, mais on ne connait pas encore vers quel pays.

------------------------------------------- Sommaire --------------------------------------------------------
 

COURRIER DES LECTEURS
Nous reprenons le contenu intégral des lettres qui nous sont adressées.
Nous publierons aussi les messages des lecteurs qui souhaitent répondre.
L'ARDHD n'assume aucune responsabilité quant au contenu des messages de cette rubrique. Ils sont publiés sous la responsabilité entière de leurs auteurs.
L'ARDHD rappelle qu'elle ne soutient aucune action politique, ni aucun parti et qu'elle milite exclusivement en faveur de la Paix et des Droits de l'Homme.
Pour des raisons de sécurité, les messages sont publiés sans les noms des auteurs (sauf demande formulée avec précision par l'auteur)


LA VOIX DE LA JEUNESSE DE L'OPPOSITION.

DROIT DE REGARD PAR GOURMAD (AIDE EN SOMALI)


10/01 QUI EST VRAIMENT LE dictateur GUELLEH ?
Témoignage d'une personne torturée à Djibouti, recueilli par le MJOD.


Aujourd'hui ,je voudrais vous parler d'un homme qui revient toujours sur les manchettes de votre journal. Cette personne est bien connue du public djiboutien et de l'opinion internationale. Son nom hante les têtes et les esprits de centaines de djiboutiens.


Mais au fait comment est-il arrivé a ce stade ?


Des réponse vont immédiatement sortir de centaines de bouches et ils diront qu'il était le neveu de Gouled. Tout le monde sait cela, connaît sa biographie mais tous les gens ne connaissent pas ses intentions . Bien qu'il ait été chef de cabinet de Gouled pendant plus de 22 ans , il a réussi à diviser la population de la République en utilisant à tour de bras l'argent des djiboutiens et en utilisant le tribalisme comme doctrine .

Souvenez-vous qu'en 1982 (principalement le 21 octobre) le parti unique vit son jour et
ce Monsieur occupait à ce temps un poste mineur (avec le statut de fonctionnaire).


Beaucoup d'intellectuels de ce temps disait et pensait que le parti unique était la seule voix pour réunir le peuple de Djibouti. Mais les années passèrent et on s'aperçut que le parti unique avait créé des dissensions énormes au sein de la population . C'est à cette époque que notre ami entra en action et chercha à réprimer tout ce qui s'opposait au
RPP.


Aden Robleh Awaleh était de ses braves gens qui ont dit pour la première fois non au parti unique, et bien sur d'autre suivirent ses actions . Mais la machine de répressions entra sur scène et commença à éliminer tous ceux qui se proclamaient intellectuels. Pour faire peur à la nation ,il faut toujours lui apporter des preuves et la population constata les premiers décès suites aux tortures subies à la villa Christophe.

Un vent de panique s'installa à l'intérieur de la population et chacun redouta de subir les
mêmes traitements. Ismail Omar Guelleh était de ceux qui suivait avec attention et qui donnait leurs ordres aux tortionnaires .


Djibouti venait de perdre sa crédibilité à l'extérieur en raison de nombreux cas de violation des Droits de l'Homme qui était enregistrés chaque jour. La France qui était
au courant de ces pratiques ferma les yeux en se réfugiant derrière le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures de Djibouti.


Quelle hypocrisie ! Comment pouvait-elle défendre ce principe, alors qu'elle assurait le salaire des fonctionnaires, le fonctionnement de l'AND et qu'elle "assistait "techniquement"" l'administration ? Impensable, non !

Le dictateur Gouled vivait de soutiens financiers de toutes origines, mais la communauté
internationale ne savait pas que cette aide cachait pas mal d'histoires .....


La torture et le racket organisés au plus haut niveau de l'État, pour mieux contrôler la société djiboutienne.

Pour arriver au sommet de l'état, Guelleh commença à éliminer ses adversaires politiques et en premier lieu, les Afars. Il les accusait injustement de faux complots et de tentatives de coups d'états pour leur faire goûter les tortures dans la villa Christophe.

Cette entreprise était coordonnée de près loin ou de loin par son frère Idriss O Guelleh qui était un véritable trafiquant par ailleurs. On conseilla à Guelleh, s'il voulait se débarrasser de certaines personnes et des opposants potentiels, de faire torturer les élites de chaque communauté. Dans le but de faire des exemples et de créer un climat de crainte.

Pour les Afars , Ali Coubba paya le prix, suite à un tract distribué dans la ville. Les autres communautés reçurent le même traitement, même sa propre tribu n'avait pas échappé à cette folie meurtrière (Mohamed Moussa Tourtour en paya le prix). Après cela il se débarrassa de chaque communauté en les divisant de l'intérieur. Il s'attaqua ensuite à ceux qui possédait des richesses à Djibouti. Les frères arabes souffrirent beaucoup de ses rackets divers, puis ce fut les simples commerçants de la ville qui durent s'incliner à leur tour et payer.

L'attentat du Café de Paris : Un crime décidé au plus haut niveau et réalisé par les proches de Guelleh

Guelleh faisait toujours "sien" du fameux proverbe "diviser pour mieux régner".

L'attentat du Café de Paris a été organisé au plus haut niveau de l'état. Il fallait faire souffrir une communauté qui potentiellement, pouvait représenter une menace. Les gens qui ont participé à ce complot sont les suivants :


Ismail O Guelleh, chef de cabinet et chef de la SDS,
Mahdi Ahmed Cheik, chef de la garde présidentielle,
Saad Cheik, procureur de la République,
Colonel Hoche Robleh, chef de corps de la gendarmerie,
Djama Ali Guelleh, directeur de l'EDD,
Hassan Said, chef de la SDS,
Hassan Gouled, Président de la République,
Colonel Yacin Yabeh, chef de corps de la FNS,
Lieutenant Iftin, tortionnaire à Ambouli,
Capitaine Yonis hoche, adjoint du chef de corps et responsable des brigades,
Major Daheiyié, brigade d'ambouli,
Moumin Bahdon Farah, Ministre des Affaires Etrangéres,
Ismail Guedi Hared, directeur de cabinet de Gouled,
Colonel Zakaria Cheik Ibrahim, chef d'état major de la défense
Khaireh Allaleh Ared, Ministre de l'Intérieur
ainsi que les notables qui ont participé à la réunion d'Ambouli.
le Député Ali Roubba.


Dans une prochaine lettre, je vous expliquerai comment et pourquoi tous ces gens sont impliqués dans le complot.

Le M J O D condamne les actes de tortures et tous les formes de violences. Si vous voulez plus de précisions, contactez à Djibouti l'ancien Président de l'Association des Droits de l'Homme, M Mohamed Houmed Soulé ainsi qu'Amnesty International. Notre mouvement dira toute la vérité sur l'attentat du Café de Paris et comment la justice française a fermé les yeux sur les violations des Droits de l'Homme et sur les cas de torture.

Beaucoup de jeunes ont souffert d'actes de tortures qui leur ont laissé des séquelles graves sur leur corps et dans leurs esprits (certains sont devenus fous ou alcooliques à
force de ne pas être reconnus comme des victimes ou des prisonniers politiques)


On les voit errant, parcourant les pays européens pour essayer de faire éclater la vérité et ils ne comprennent toujours pas pourquoi ils ont été accusés d'une chose qu'ils n'ont pas commise.


Voilà chers frères, le portrait de l'homme qui est censé apporter le bonheur et la paix dans le pays.

Je laisse à mes frères djiboutiens le soin de s'exprimer et de dire ce qu'ils ont dans le
coeur, car, demain dans la tombe ALLAH(SAWT) leur posera des questions. Le M J O D soutient tous les frères et soeurs qui ont soufferts/ souffrent de cette dictature tribale.


Propos et témoignages recueillis par le M J O D. " Nous ne pouvons dévoiler le nom de la personne pour des raisons de sécurité, pour sa famille et ses proches."

Mohamed Hassan
secrétaire général du M J O D
conjointement avec le témoin, torturé à Djibouti.

-------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------

10/01 Merci pour le site COMMUNAUTE DJIBOUTIENNE

C´est pour vous remercier, que je vous écris cette lettre, vous remercier de nous avoir indiqué le non d´un site où les Djiboutiens du monde entier peuvent dialoguer en
direct et s'exprimer sans censure.

Je fais allusion au site de la communauté Djiboutienne.

Dés lors que c´est Schaal qui nous á donné le nom de ce site, nous faisons énormément confiance á ce site et nous pourrons dialoguer sans craindre que les membres du gouvernement ne nous espionnent.

Sur ce site je m´appelle HOLLHOLL le non de la petite ville dont je suis originaire à Djibouti. Hollholl se trouve á 60 km à l´est de Djibouti.

Parfois sur ce site j'indique aux lecteurs qui souhaitent me contacter directement, de vous demander, à vous M Schaal, mon adresse E-Mail.

Merci une fois de plus de nous avoir donné le nom de ce site.

-------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------

11/01 REPONSE à SAMATAR MIGUIL

Tu traites de néo-fasciste Jean Loup SCHAAL et son journal la LIBERTE sur Internet https://www.ardhd-old.org , tu te trompes largement. C'est grâce à ce journal que nous - Djib de l'étranger - sommes informés sur les pratiques maffieuses, sur les violations quotidiennes des droits de l'homme, sur les détournements des deniers publics, sur la justice au service d'un clan, sur l'avenir hypothéqué de nos enfants et de la jeunesse en général dont le seul objectif est de quitter le pays - sur ce point, tu ne pourras me contredire puisque tu as choisi de t'exiler au CANADA en tant que pseudo réfugié - . Je
peux dire que l'Info sur ce site est d'abord sincère, objective et presque toujours vérifié sur place.

Nous savons tous que pour ce régime le compte à rebours est lancé. C'est une question de semaines car le bateau commence à prendre l'eau. Par contre, j'ai peur pour la population civile qui risque de payer pour la folie et la démence d'un régime en déroute, en fin de règne et en pleine décomposition.

Les signes sont là et ne trompent personnes (fermeture des lieux de culte (mosquées) pour la fête de la Aid, recensement des hommes dans l'armée et la gendarmerie selon leur Ethnie, purge dans la haute fonction publique, armement en secret de milices etc... des signes alarmants. Il nous manque que la radio des milles collines ! Et là, j'ai l'impression que SAM , tu joues pleinement le rôle (dénonciation calomnieuses sur les un et les autres, appel à la haine, insultes en tout genre) de cette radio tristement célèbre mais sur Internet - .

De toute façon, je sais qu'un jour ou l'autre, on paye pour ses fautes d'une façon ou d'une autre. C'est une croyance que j'ai et qui se vérifie presque toujours. Alors de grâce, réfléchis - su tu en as encore les moyens - et essaye d'ouvrir les yeux car :

"NOTRE PAYS EST VIOLE QUOTIDIENNEMENT DEPUIS PLUS DE DEUX DÉCENNIES ET DANS L'IMPUNITÉ LA PLUS TOTALE ".

On sait que tu es en service commandé sur Internet avec mission de protéger tes maîtres à l'image d'un pit bull. Tu as fais ce choix, c'est ton droit le plus absolu. Mais s'il te plaît arrête de salir les autres, ceux qui œuvrent pour la vérité, pour le retour à la démocratie, pour qu'enfin nos compatriotes soient rétablis dans leur dignité.

Je ne te dis pas salut car c'est plus fort que moi - ce serait hypocrite et ça je ne sais pas faire- et sincèrement tu m'inspires tout sauf le respect.

Freeman

-------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------

 

Les principaux responsables
d'actes de torture à Djibouti.

Maintenant que la justice pénale pourrait instruire (compte-tenu du jugement rendu récemment par la Cour d'Appel de Paris) les plaintes des victimes de mauvais traitement, d'emprisonnement arbitraire et de torture, nous rappelons à l'opinion publique les noms des tortionnaires qui ont été le plus souvent cités par les victimes.

Parmi les tortionnaires les plus cités

  • Colonel Mahdi Cheikh Moussa,
  • Lieutenant-colonel Hoche Robleh
  • Commandant
    Zakaria Hassan
  • Lieutenant Ladieh
  • Lieutenant Mohamed Adoyta
  • L'aspirant Haroun
  • Le sous-officier Naguib
  • L'adjudant Tane
  • Kalifa
  • Wagdi

Certains se seraient déjà réfugiés à l'étranger
sous de fausses identités,
mais ils sont placés sous surveillance.

Nos informations sur la torture à Djibouti. et les récits des victimes

-------- Sommaire ----------

NOUVELLES BRÈVES ET REVUE DE PRESSE


5/01 SOMALIES Nouvelles IRIN - ONU

SOMALIA: Somaliland president urged to resign

A petition signed by 200 prominent personalities in Somaliland has urged Muhammad Ibrahim Egal, the president of the self-declared republic of Somaliland (northwestern Somalia), to resign. The petitioners accused Egal of giving the impression that he intended to unite Somaliland with Somalia, the BBC reported on Thursday. The petition was orchestrated by "hardline" members of the former liberation movement, the Somali National Movement (SNM), better known in Somaliland as "Calan Cas" or "red flag" for their opposition to reunification with Somalia, political sources in Somaliland told IRIN.

The signatories included the former vice-president and a founding member of the SNM, Abdirahman Aw-Ali, and former Interior Minister Muse Bihi.

"These are former members of the administration, with very little credibility," said the source. "Many people blame them for the fighting in Hargeysa and Burao," he added. This is in reference to the clan fighting which took place in Hargeysa, the capital of Somaliland, between 1994 and 1996 and in Burao, Somaliland's second city, between 1995 and 1996, resulting in the deaths of 4,000 people and the destruction of the towns.
According to the BBC report, the petitioners also accused the Egal government of "misadministration, corruption, and interference with independence of the judiciary".


This petition may actually help Egal get his term of office extended. Egal's five-year term ends in 2001, and there is speculation in Somaliland that Egal may ask for a three-year extension, a humanitarian source told IRIN. According to the source, the government has already sent delegations to the regions to solicit support for this initiative. "The public identifies the SNM with war, and are unlikely to support its call," the source said, adding that it "can only help Egal, who is seen as a man of peace, get his extension".

SOMALIA: Baidoa cut off

The town of Baidoa, 240 km southwest of Mogadishu, has been cut off from
the rest of Somalia since Monday. The BBC on Wednesday reported that the
Rahanweyn Resistance Army (RRA), which controls the town, had shut down
all telephone offices and impounded all radios. The RRA did not explain
its move, and it was believed it did not want information to get out
because of a reported split within its ranks, the BBC report said. Buses
and other vehicles had been unable to get into Baidoa, and no vehicles
were leaving, the report said.


Somali business sources told IRIN there had indeed been a split within the
RRA, having occurred after the RRA chairman, Colonel Hasan Muhammad Nur
Shatigadud, removed some militiamen from checkpoints and trade entry
points - where they had been collecting taxes - and replaced them with
others. The disgruntled militia and their commanders reportedly left for
their home areas. These RRA forces are said to have regrouped in two
locations - Qansahdheer in Bay Region, 90 km west of Baidoa, and Tayeglow,
in Bakool Region, 270 km north of Baidoa. The sources added that they
numbered between 500 to 900. So far there have been no reports of
fighting, but Baidoa town is said to be extremely tense.


--------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

06/01 : SOMALIE : La question de Kisimayo ressurgit
LA LETTRE DE L'OCEAN INDIEN n°932 du 06/01/2001

Le ministre de la Défense du gouvernement somalien par intérim, Abdullahi Musse "King Kong" (Mejertein), a pris la défense des dignitaires Harti (Mejertein, Dulbahante et Warsangeli pour l'essentiel) qui se sont opposés au président par intérim Abdi Qassem Salad Hassan à propos de la situation à Kisimayo. (...) [Total = 1875 caractères]

------------------------------------------ Sommaire -------------------------------------------------------

11/01 Somaliland and Somalia : The Unlawful Merger Of Two States
by Abdi Abdillahi Hassan, Holland
Somaliland forum member


The Unification between Somaliland and Somalia was unlawful

Somaliland was a British Protectorate for 86 years and got its independence 26 June 1960. It was an internationally recognised sovereign state until I July 1960. Then a small group of Somaliland politicians merged it with Somalia, which got its independence from Italy on 1 July 1960. Neither the Somaliland politicians nor those of Somalia leaders consulted the public.

In July 1961, there was a referendum on the new constitution for the two nations. The Somaliland community rejected it by an overwhelming majority. The Somaliland parliament and has never signed constitution. Neither the representatives of Somaliland nor those of Somalia signed the Act of Union ( see appendix 1 The development of constitution of Somali republic by Haji N.A. Noor in page 30). Therefore, the union
between the two nations was totally unlawful.


When the Somaliland public voted against the union, their vote counted for nothing and their voice was not listened to. They were, therefore, denied their civil rights at such an early stage of the so-called union. The Somaliland community was angry about that issue, and they demonstrated for several months. Government institutions were closed
down and even the children did not go to school for nearly one year.


That is why Somaliland military leaders attempted the failed coup in the North in December 1961. The coup leaders were jailed, but were released because they showed that there was no official unification between the two countries. The South could not prove that the union was lawful and the court in Muqadishu agreed that the merger was unlawful.

Somaliland civilians are victims of South administration.The results of the referendum and coup in 1961 gave direct signal to the South dominated government that the Somaliland community was not satisfied with the union and their administration. The Somaliland people knew that they were discriminated against and that they were regarded as second class citizens. The differences between the two nations ran deep
and went back to the Second World War, when they supported two rival European countries - Somaliland was supported by British government and the allies, while Southern were supported by Italy.


When Mohamed Siad Barre came to power, the situation deteriorated. He ordered the killing of civilians, and he put in the jail the political leaders. Thousands of innocent civilians were killed. Millions fled the country. He destroyed the cities and he looted the property. He also "terrorised" the environment by laying down two millions mines. The
Somaliland civilians were fighting for many years to regain their independence and they formed early in the 1980s political party called Somaliland national movement( SNM).


Rebirth of Somaliland State

After Siad Barre regime collapsed in January 1991, SNM worked first to secure the peace and stability in the region and it succeed within a short period to create a peaceful environment.

SNM brought the clan leaders together and to discuss their future. After long consultations, the Somaliland people decided on 18 May 1991 to regain their sovereignty. This was, in effect, a second referendum on the union, and showed once and for all that they rejected the union . . After 30 years of hardship and "colonisation" by their neighbour Somalia, they re-formed the Republic of Somaliland. Prof. Richard
Greenfield (ex- Political adviser to military regime of Barre) was quoted as saying that Somaliland was a colony of the South, particularly during the 1980's.


Somaliland is now one of the most stable and peaceful region in Horn of Africa. It has one of the best democratic systems in the Africa continent. As Robert Oakley, former US Ambassador in Somalia 1982-1984 and lead IRC delegation an American NGO, said, the achievements of Somaliland are a good example to the rest of African countries.

Somaliland fulfils all the requirements necessary for recognition of a sovereignty state. It has own its own flag, national currency, international recognised borders, a democratically elected House of Representative, an Upper house, a Cabinet and an independent legal system. There is also freedom speech, and human rights are respected. The process of building a multiparty system is continuing. The Economic growth is estimated at 2.5% per annum, I there is a liberal business activity and a successful free market economy. The Financial Times reported that Hargeisa (capital city) has a better business activity than Nairobi( capital city of Kenya).

Somaliland is still hampered by the lack of international recognition . It can not access the international agencies and authority. The international community still denies Somaliland sovereignty. This is in contradiction with basis human rights. The UN denies Somaliland the right guaranteed in Article 3 of the Universal Declaration of Human
Rights which states that "every one has the right to life, liberty and security person".


The world community's action also contradicts Articles 15 (1) and (2) which state that "everyone has the right to nationality" and that " no one shall be arbitrarily deprived of his nationality nor denied the rights to change his/her nationality respectively." Again, this action runs counter to the International Covenant on Economic, Social and
Cultural rights - Article 1 of the ICESCR states that " all peoples have right of self-determination. By virtue of that right, they freely determine their political status and freely pursue their economic, social and cultural development". The lack of recognition of Somaliland state, poses a lot of obstacles including inability to travel and lack
of capacity to participate in the Global economy.


The UN and the international community are now putting pressure on Somaliland to rejoin Somalia. I don't understand why? Are they showing bias and favouritism for South Somalia?. One thing is sure the union was unlawful, The international community
should recognise that was no legal basis for the union and that that means that Somaliland was occupied for 30 years by the Somalia .


The New South Somalia government elected recently in Arta.

The new so called new Government is for Somalia. The Somaliland community has rejected the conference, because it did not concern them.. First of all they have a democratically elected government. Secondly the Somaliland community knows that that the Arta conference was attended by the former politicians and military officers of the
Barre regime. Many of these people have committed genocide against Somaliland innocent people. These war crimes were some of the worst violations of human rights in the last half century and were similar to crimes committed by the Nazis. The criminals should be not elected as a political leaders, but they should be prosecuted and brought to justice.


The international community should not recognise the new government without examining those who committed the crimes against the humanity.

The international community should not be choosing one side in this dispute between Somaliland and Somalia. They can better play a meditation role. Democracy is served by accepting the will of the Somaliland people. Peace in the region could also be advanced as the idea of Greater Somalia threatens not only Somaliland but also the whole
region. The Greater Somalia "constitution" did not recognise the borders with the neighbouring countries like Ethiopia, Kenya and so the recognition of Somaliland is also to the interest of IGAD. Re-creating a Greater Somalia could destroy the stability and peace in the Horn of Africa.


------------------------------------------ Sommaire -------------------------------------------------------
Djibouti Ratifies Constitutive Act of African Union
2001.01.10 22:28:20



ADDIS ABABA, January 10 (Xinhuanet) -- Djibouti Ambassador to Ethiopia Dileita
Mohamed Dileita Wednesday presented here the Instrument of Ratification of the
Constitutive Act of the African Union to Secretary General Salim Ahmed Salim of the
Organization of African Unity (OAU).
Addressing a ceremony marking his presentation, Dileita said that by ratifying the
constitutive act, Djibouti is demonstrating its continued commitment to the cause of
African unity, the OAU said in the press release.
In response to Djibouti's move on the occasion, Salim spoke highly of the country's
ratification of the act, saying that Djibouti has always been in the forefront of the
collective efforts by the continent to strengthen the unity of the African peoples.
Salim said that in addition to Djibouti, nine other OAU members have ratified the act,
including Libya, Mali, Senegal, Central African Republic, Chad, Sudan and Niger.
The African Union will come into being after two thirds of the OAU member states
ratify the act.


------------------------------------------ Sommaire -------------------------------------------------------

L'HOMME
OU
LA FEMME
DE LA
SEMAINE.

Dans cette rubrique nous signalons à l'opinion internationale, celle ou celui qui s'est distingué(e) soit pour soutenir la dictature, soit en violant les Droits de l'Homme : cruauté, tortures, exécutions sommaires, emprisonnements arbitraires, viols, assassinats, destruction de cheptels ou de point d'eau, destruction d'écoles ou de centres de soins, etc. .

Auront-ils à répondre un jour de leurs actes et de leurs crimes
devant un tribunal pénal international ?


Rappel des personnages
déjà "élus" :

(Les liens directs, avec les articles parus à l'époque, sont désormais opérationnels)

LA LIBERTE N° 17 -
Mme LEILA
, juge d'instruction

LA LIBERTE N° 19 -
Omar FARAH,
gendarmerie d'Ali Sabieh

LA LIBERTE N° 29 -
Le général Yacin YABEH,

LA LIBERTE N° 32 -
Le directeur de la Prison de Gabode
,

LA LIBERTE N° 33 -
Ali Mohamed ABDOU
, procureur général

LA LIBERTE N° 35 -
Mme Hawa Ahmed YOUSSOUF
Ministre déléguée conjointement avec M. Le Représentant de l'UNICEF à Djibouti.

LA LIBERTE N° 36 -
M Ibrahim Idriss DJIBRIL
, MInistre de la Justice, conjointement avec M Mohamed Ali ABDOU, procureur général de Djibouti (2ème nomination)

BULLETIN N° 4 -
Lieutenant GUELLEH
de la FNP

BULLETIN N° 7 -
Le responsable des forces de police
qui a donné l'ordre le 24 juin de tirer à balles réelles sur Daher Guedi FOUREH.

BULLETIN N° 16 -
M Yacin Elmi BOUH,
Ministre de l'Economie et des Finances.

LA LIBERTE bulletin N° 23 - M Yacin Elmi BOUH, Ministre de l'Economie et des Finances (2ème nomination)

LA LIBERTE bulletin N° 28 - Monsieur Abdallah Abdillahi Miguil, Ministre de l'Intérieur

LA LIBERTE bulletin N° 29 - Monsieur MOGUEH, Ministre délégué aux affaires musulmanes

-------- Sommaire ---------------

RADIO TROTTOIR : votre chronique hebdomadaire

09/01 : Devant le juge d'instruction : le Général Yacin reconnaît avoir participé à un coup d'Etat, mais c'était en 1999 lors de l'élection présidentielle - Panique à bord !

Dans la journée du Lundi 8 janvier le Général Yabeh a été présenté devant le juge d'instruction :

à la question " Reconnaissez vous avoir fait un coup d'état le 7 décembre 2000 "

" Le général répond oui mais pas le coup en question, je l'ai fait le 9 avril 1999 lors de l'élection présidentielle, contre le candidat de l'opposition avec le concours de IOG actuel président, du Général Zakaria, du Colonel Madhi Cheik Moussa et du fameux Secrétaire Général au ministère de l'Intérieur Abdalllah Abdillahi Miguil, ce qui lui a valu la promotion de Ministre de l'Intérieur depuis cette date.

La panique s'installe au parquet, le Général a été immédiatement ramené dans sa cellule.

Le juge a été sommé de ne rien mentionner de cette audition.

--------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------
09/01 LA PURGE CONTINUE AU SEIN DE LA TRIBU DES FOURLABA (Tribu de Yacine Yabeh)

La purge des Fourlaba (tribu du Général Yabeh) continue, Le trésorier Payeur National Mohamed Goumaneh a été démis de ces fonctions ce matin 9 janvier 2001 et nommé ambassadeur sans destination.

Sa tête a pu être sauvé grâce à son épouse, nièce du Dictateur Gouled.


--------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------

09/01 Maître Arnaud MONTEBOURG et le Parti Socialiste français vivement critiqués par les proches de Guelleh dans leurs discours devant des sénateurs français en mission à Djibouti. Pas de réaction officielle de l'Ambassadeur de France.

Un Ambassadeur et des parlementaires français 's'écrasent' devant IOG, même lorsqu'un de leurs collègues est attaqué !

Une délégation de trois sénateurs Français, à la tête de laquelle se trouve Monsieur Faure Vice Président du Sénat, séjourne actuellement à Djibouti depuis dimanche 7 janvier 2001.

Accompagné par l'Ambasseur de France à Djibouti Monsieur Roussel, la délégation s'est rendue à l'Assemblée Nationale Djiboutienne, où elle a dû supporter la lecture particulièrement laborieuse " presque aussi bien que celle d'un écolier de cours moyen 1er année)" des trois discours, l'un par le président de l'assemblée, l'autre par celui de commission des Affaires Etrangères et enfin celui de commission de la Défence.

Ces discours ont très gravement mis en cause le Député Français Arnaud Montebourg ( et dans une moindre mesure le parti socialiste français), que le représentant d'IOG a désigné comme seuls responsables et à l'origine des mauvaises relations entre le " parlement " djiboutien et celui de la France.

On ignore quelles ont été les réponses du sénateur Français et de l'Ambassadeur de France. On ne sait pas non plus si Monsieur l'Ambassadeur en a profité pour démentir les propos semblables que le Ministre djiboutien des Affaires Etrangères lui avait prêtés. En revanche, on sait par un courrier adressé à M. Montebourg par le Ministre Français des Affaires Etrangères que M Patrick Roussel, Ambassadeur aurait démenti avoir tenu de tels propos.

(Il s'agissait alors de l'affaire BORREL et d'après un article paru dans la Nation, Monsieur Patrick Roussel aurait dit en privé à un représentant du Gouvernement djiboutien que toute l'affaire lui semblait avoir été montée par Me Montebourg)

Une délégation qui se satisfait de rencontres avec les ultra-proches de Guelleh et qui écoute poliment les discours préparés par le régime dictatorial :

Une chose est sure : la délégation n'a même pas cherché à rencontré les anciens parlementaires djiboutiens : MM. Moumin Bahdon, Ali Mahamade Houme, Ahmed Boulaleh et Moussa Ahmed Idriss que le régime a illégalement et arbitrairement fait révoquer et mettre en prison. A ce propos l'Union Inter Parlementaire (dont un sénateur est membre du comité des Droits de l'Homme) a pris fait et cause pour lui en exigeant aujourd'hui encore la levée de toute les mesures arbitraires et illégales qui les ont frappés.

Inutile de dire aussi que la délégation de sénateurs n'a pas non plus cherché à rencontré l'ODU ni les syndicalistes ni les militants des Droits Humain.

Au fait, pourquoi ces trois sénateurs sont-ils venus à Djibouti : tourisme politique ?

Question : En cette période préélectorale française, que sont venus chercher à Djibouti, les sénateurs français, avec IOG, surtout à un moment où il est plus que jamais isolé tant à l'intérieur (même dans ses propres rangs) qu'à l'extérieur de Djibouti ?

IOG n'a pas osé faire diffuser dans les bulletins en langue française, ses attaques contre Me Montebourg, mais seulement dans les autres langues. Il l'a fait sans état d'âme et sans provoquer une réaction de l'Ambassade de France. Cette Ambassade est équipée d'un système d'écoute sélective : on ne parle et on ne comprend que le français, quand cela peut arranger les affaires !

NB : IOG a fait publier à la Radio et la Télé djiboutienne dans toutes les langues locales sauf en français, les propos haineux contre le Député Arnaud Montebourg … une fois de plus sans la moindre réponse de… l'Ambassadeur de France ni même, cette fois ci, des Sénateurs français

--------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------
 
----------------------------------------------------- Sommaire ---------------------------------------------------------
 
------------------------------------------------------ Sommaire ---------------------------------------------------------
 

AVERTISSEMENT :
- l'utilisation de toutes nos informations est autorisée, (à l'exception des extraits de presse, et des photos pour des raisons de propriété intellectuelle).
- l'impression et la diffusion sont autorisées et même recommandées !
Il vous est demandé simplement de citer la source de la façon suivante :
"Extrait du site de l'ARDHD - http : //www. liberte-aref. com"